La grande bellezza – Critique aisée n°217

Critique aisée 217

La grande bellezza

Paolo Sorrentino – 2013
Toni Servilio

En ce qui me concerne, ce film, sorti en 2013, était passé complètement inaperçu. Certes, il était revenu bredouille de Cannes et des Césars, mais il avait reçu l’Oscar du meilleur film étranger.  Pourtant, personne ne m’en avait parlé. Incroyable !
Seulement, voilà ! Cinq ou six ans plus tard, des amis Continuer la lecture de La grande bellezza – Critique aisée n°217

Le Cujas (83)

Chapitre 10 – Dashiell Stiller
Dix-septième partie

Raconter au jour le jour les petites aventures des entrainements en Géorgie devenait fastidieux. Quel intérêt cela présentait-il pour lui ? Et quel intérêt cela présenterait-il pour un lecteur ? Un moment, il espéra que le récit du cantonnement en Angleterre puis celui de la Campagne de France deviendrait plus intéressant, ne serait-ce que pour lui-même. Mais aussitôt, une question angoissante vint le tourmenter : qu’écrirait-il quand il en serait à raconter la montée au Nid d’Aigle ? Que dirait-il de ce qui s’était réellement passé ? S’avouerait-il responsable de la mort des deux français ou bien trouverait-il une demi-vérité ambiguë ? Ou même un fieffé mensonge ?

Il n’eut pas à résoudre cette difficile question car il se lassa de l’écriture de son journal bien avant d’en arriver là. Un soir qu’il venait de relire tout ce qu’il avait écrit depuis deux mois, il réalisa subitement la vanité de son projet. Combien de soldats comme lui avaient entrepris d’écrire leur propre journal ? Combien parmi eux pensait en faire quelque chose de passionnant pour le public ? Combien croyaient que la description par le menu de leurs aventures, de leurs peurs, de leurs amitiés, de leur calvaire intéresserait encore les gens une fois la guerre terminée ? Combien ?… Combien sortiraient du lot des écrivains du dimanche ? Comment pourrait-il faire partie de ceux-là ? Les réponses à ces questions étaient évidentes, décourageantes…

Il écrivit de moins en moins et se mit à boire davantage. Il n’allait plus sur Continuer la lecture de Le Cujas (83)

Dernière heure : grève des emails 

Dernière heure : grève des emails 

Le site du Journal des Coutheillas est actuellement  victime d’une nouvelle sorte de grève perlée : les emails qui annoncent chaque matin, et même parfois l’après-midi, ozabonézébaï la parution d’un nouvel article sont émis ou pas avec une fantaisie déconcertante. Il est donc possible que, pour les jours (les mois ?) à venir vous ne receviez que parfois ou pas du tout ces emails que vous espérez.

Notre équipe technique tente de résoudre le problème, sans garantie de résultat pour le moment tant le langage Continuer la lecture de Dernière heure : grève des emails 

Le Cujas (82)

Chapitre 10 – Dashiell Stiller
Seizièmepartie

—Dites… En principe, je pars pour Atlanta demain matin, mais si vous voulez, je dois pouvoir repousser ça d’un jour ou deux. Ça vous dirait de passer un peu de temps à New York avec moi?

— Pourquoi pas ? répondit Lucy d’un air absent que Stiller ne remarqua pas.

— Je pourrais vous faire visiter la ville. Je suis de là-bas, vous savez.

— D’accord, Dashiell, ça sera avec plaisir. Mais là, il faut que je retourne à ma place. On va bientôt se poser. On en reparle quand on sera à LaGuardia.

— Parfait ! A tout à l’heure, Lucy.

*

Le Constellation s’est posé une heure plus tard. Les passagers sont descendus par la porte avant dans le brouhaha des rires et la bousculade des manteaux et des bagages à main. Dashiell a vu disparaître la silhouette de Lucy dans l’embrasure. Puis il s’est levé à son tour pour sortir sur le tarmac. Il a suivi la ligne ondulante des voyageurs jusqu’au contrôle des passeports. Il a patienté dans la file d’attente en se haussant de temps Continuer la lecture de Le Cujas (82)

¿ TAVUSSA ? (77) – Absolutely fabulous !

Absolutely fabulous ! 
Ce titre est celui d’une célèbre série diffusée par la BBC à la fin du XXème siècle, puis sur Canal+ au début du suivant.
Je l’ai choisi parce que cette série mettait en évidence l’incroyable liberté de ton et de pensée de cette chaine britannique.  

En ouverture de l’une de ses émissions de débats podcastiques, Le Nouvel Esprit Public, Philippe Meyer vient de faire mention d’une décision récente de la BBC, mère de toutes les radios publique, ainsi qu’il l’a qualifiée. 
Je fais suffisamment confiance à Monsieur Meyer pour reproduire ici sa déclaration telle quelle sans la vérifier plus avant comme je l’aurais fait pour n’importe qui d’autre. Voici :  Continuer la lecture de ¿ TAVUSSA ? (77) – Absolutely fabulous !

Rendez-vous à cinq heures : Conradiologie

La page de 16h47 est ouverte…

CONRADIOLOGIE

Il est souvent question dans le JDC de Joseph Conrad ce dont je me réjouis car Conrad est incontestablement l’un de mes écrivains de prédilection.  Divers de mes commentaires m’ont donné l’occasion de le faire savoir et si dernièrement j’ai joint le dernier paragraphe du chapitre 36 du Miroir de la Mer à titre d’illustration de mon propos, j’ai regretté depuis de n’avoir pas retranscrit la totalité de ce chapitre 36 qui est à lire comme une nouvelle indépendante tant il résume parfaitement l’esprit de l’œuvre de Conrad.

Joseph Conrad est pour moi le maître incontestable Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures : Conradiologie