Archives de catégorie : News

Dernière heure : grève des emails 

Dernière heure : grève des emails 

Le site du Journal des Coutheillas est actuellement  victime d’une nouvelle sorte de grève perlée : les emails qui annoncent chaque matin, et même parfois l’après-midi, ozabonézébaï la parution d’un nouvel article sont émis ou pas avec une fantaisie déconcertante. Il est donc possible que, pour les jours (les mois ?) à venir vous ne receviez que parfois ou pas du tout ces emails que vous espérez.

Notre équipe technique tente de résoudre le problème, sans garantie de résultat pour le moment tant le langage Continuer la lecture de Dernière heure : grève des emails 

¿ TAVUSSA ? (77) – Absolutely fabulous !

Absolutely fabulous ! 
Ce titre est celui d’une célèbre série diffusée par la BBC à la fin du XXème siècle, puis sur Canal+ au début du suivant.
Je l’ai choisi parce que cette série mettait en évidence l’incroyable liberté de ton et de pensée de cette chaine britannique.  

En ouverture de l’une de ses émissions de débats podcastiques, Le Nouvel Esprit Public, Philippe Meyer vient de faire mention d’une décision récente de la BBC, mère de toutes les radios publique, ainsi qu’il l’a qualifiée. 
Je fais suffisamment confiance à Monsieur Meyer pour reproduire ici sa déclaration telle quelle sans la vérifier plus avant comme je l’aurais fait pour n’importe qui d’autre. Voici :  Continuer la lecture de ¿ TAVUSSA ? (77) – Absolutely fabulous !

Rendez-vous à cinq heures : Anne H. est-elle de gauche ou d’ailleurs ?

La page de 16h47 est ouverte…

Anne H. est-elle de gauche ou d’ailleurs ?

A propos des dernières mesures circulatoires  et discriminatoires — diminution de moitié du nombre de  places de stationnement et  doublement de leur  tarif — prises par Cruella, un lecteur, qui révèlera son identité s’il le souhaite, s’insurgeait : “Comment ! Mais de telles mesures ne peuvent que favoriser les riches qui se  moquent de payer deux fois plus cher leur stationnement !”,  s’étonnait qu’elles fussent prises par une femme affichée de gauche, et demandait une explication au sage de service. Eh bien voilà ce que le sage lui répondit, très sérieusement :

C’est pourtant très simple de trouver la clé qui explique toutes les mesures relatives à la circulation prises par A.H. depuis qu’elle est à la mairie.

Pour les analyser,  il faut abandonner totalement le prisme socialiste : est-ce une mesure de gauche ? Va-t-elle favoriser ou défavoriser les Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures : Anne H. est-elle de gauche ou d’ailleurs ?

Rendez-vous à cinq heures avec Robert Dhéry

La page de 16h47 est ouverte…

Ah! Les belles bacchantes !

JE N’EN REVIENS PAS QU’HIER VOUS N’AYEZ ÉTÉ QUE ONZE A VOIR CETTE INCROYABLE VIDEO. DU COUP, JE VOUS LA REDONNE AUJOURD’HUI. 

Robert Dhéry (1921-2004) est, je crois, le seul représentant français du burlesque à la scène comme au cinéma. Avec son physique de gentil timide, il avait des audaces dans le comique absurde que seuls les Anglais et les Américains pratiquent avec aisance.

Voici une scène de “Ah ! Les belles bacchantes” (1954). On y reconnaitra, si on s’y connait, Robert Dhéry, Louis de Funès, Roger Caccia (le voyeur chauve), et Roger Aget (le gros  baigneur). Vous ne pouvez pas manquer ça !

 

Rendez-vous à cinq heures : lettre de motivation

La page de 16h47 est ouverte…

Lettre de motivation

par Jim

À la suite de la publication des offres d’emploi de ce matin, le JdC a reçu la candidature suivante :

Curi Cul Homme Vit Héhéhé… – Lettre De Motivation  

Le Revendeur de Trous que vous recherchez c’est moi, vous n’en trouverez pas d’autres.

Le trou, c’est ma vie !

Je suis né dans un trou perdu du Saskatchewan nommé Keyhole, un nom prédestiné pour la suite de ma carrière renommée de Voyeur et Passeur par les Trous de Serrure, un métier rare dans lequel j’ai creusé mon trou tout seul, sans piston, je dirai même tout de mon cru.

En dépit d’une enfance de trousse-pet dont il ne me reste qu’un trou noir et de quelques trous de mémoire dans ma vie d’adulte dont je confesse une période troublante passée au trou mais dont je m’enorgueillis de m’être échappé par le trou de la serrure d’abord puis par une trouée dans Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures : lettre de motivation

Dernière heure : la fin du Cujas

Dernière heure : la fin du Cujas

Mercredi 23 juin

Eh bien, ça y est ! Le dernier mot de la dernière ligne du dernier chapitre du Cujas a été apposé en bas de la dernière page hier soir vers 23 heures 30. Et ce dernier mot, c’est “Antoine”. Enfin presque… Enfin, vous verrez !

Mais vous ne verrez pas avant plusieurs semaines, car d’ici ce dernier “Antoine”, il y a de la marge, ou plutôt il y a des  pages ! Et des pages…

Mais, ça y est, c’est fini ! C’est pas trop tôt ! Je vais pouvoir me consacrer à autre chose, la suite d’Anticythère, par exemple, ou peut-être le deuxième acte du “Vent sans les voiles”. Vous l’aviez oublié, ça, le Vent sans les voiles ! Eh bien,  pourtant, c’est encore là, dans le tiroir mental des pièces de boulevard. A moins que William Shakespeare ne se décide à vivre de nouvelle aventures. Mais peut-être vous ferai-je vivre cette Continuer la lecture de Dernière heure : la fin du Cujas

Rendez-vous à cinq heures : l’autre partie de cartes

La page de 16h47 est ouverte…

L’autre partie de cartes

Marius, la pièce de Pagnol, et sa célèbre partie de cartes. Vous vous souvenez ? “Tu me fends le coeur !” César, Panisse, Escartefigue et Monsieur Brun jouent la manille… Scène superbe, joyeuse, truculente, aujourd’hui encore aussi connue que celle de la cuisine des “Tontons flingueurs”.

Mais aujourd’hui, je vous donne l’autre partie de cartes de la trilogie marseillaise. Elle réunit toujours César, Escartefigue et Monsieur Brun. Mais Panisse est mort. Alors on joue sans lui. Regardez ça : 4 minutes 30.

Alors, cette fois, il est mort” dit César en regardant la chaise vide que Panisse occupait. C’est souvent bien après la disparition des êtres chers que l’on ressent leur absence… C’est en se penchant pour renouer ses lacets que le narrateur de la Recherche Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures : l’autre partie de cartes

Rendez-vous à cinq heures à Montluçon

La page de 16h47 est ouverte…

Montluçon

Du temps où je voyageais beaucoup en voiture, 17 heures était généralement l’heure du retour vers Paris : une heure, deux heures, trois heures de route.
C’était l’heure des Grosses Têtes sur RTL (Radio Luxembourg pour les intimes). 

Philippe Bouvard y recevait quatre ou cinq invités, chargés de répondre à des questions posées par des auditeurs. Les questions pas plus que les réponses n’étaient essentielles à l’intérêt de l’émission. Ce qui comptait, c’était la qualité et l’humeur des invités du jour.
Il y avait des moments sans grand intérêt, empreints d’une drôlerie un peu forcée, basée beaucoup sur la plaisanterie un peu salace ou le gros calembour.
Mais de temps en temps, une sorte de miracle se produisait et on riait aux éclats, parfois pendant plusieurs minutes. Ces instants privilégiés se produisaient généralement quand Jacques Martin et Jean Yanne se trouvaient Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures à Montluçon