Archives de catégorie : News

Dernière heure : mourir pour les Sudètes ?

Dernière heure : mourir pour les Sudètes ?

Je viens de voir un film sur Netflix, L’Étau de Munich, dont le cadre se situe pendant la crise des Sudètes en 1938. La crise des Sudètes, c’est cette période où Hitler, après avoir annexé l’Autriche, et souhaitant continuer à augmenter l’espace vital allemand comme il l’avait promis au peuple, masse ses troupes à la frontière avec la Tchécoslovaquie dont il exige qu’elle lui cède la région des Sudètes. La Tchécoslovaquie refuse. La tension monte, car si la France et l’Angleterre veulent défendre la Tchécoslovaquie, ce sera la guerre avec l’Allemagne. Les Français pas plus que les Britanniques ne veulent mourir pour ls Sudètes. Hitler les convainc facilement que s’ils lui laissent les mains libres pour annexer la région des Sudètes, c’en sera fini des revendications territoriales de l’Allemagne nazie, ce sera « la paix pour mille ans ». Les célèbres et désastreux accords de Munich sont signés en ce sens en septembre 1938. On connait la suite. Daladier à Paris, et Chamberlain à Londres sont accueillis en sauveurs de la paix. Cela leur vaudra une de ces fameuses apostrophes de Winston Churchill : « Vous aviez le choix entre le déshonneur et la guerre. Vous avez choisi Continuer la lecture de Dernière heure : mourir pour les Sudètes ?

¿ TAVUSSA ? (85) : Marcel Proust et le Nègre joyeux

Nous n’étions pas seuls l’autre jour au Musée Carnavalet. Il y avait du monde. Je ne n’ajouterai pas « et du beau » mais plutôt « et du vieux ». Et pour revenir sur la notion de quantité, je dirai aussi « trop de monde ». Tous ces gens, comme moi, étaient venus pour l’exposition temporaire « Marcel Proust, un roman parisien » organisée à l’occasion du centenaire de la mort du petit Marcel, et les autres étaient tellement plus nombreux que nous qu’ils nous ont gâché notre visite. Engoncés dans nos manteaux d’hiver, mal à l’aise de chaleur, nous circulions entre d’autres manteaux d’hiver, tentant de nous glisser entre eux et les murs pour essayer de consulter de minuscules portraits de Robert de Montesquiou ou des fac-simile de billets adressés par le petit Marcel à la Comtesse de Greffulhe. Une seule salle émouvante, presque vide : le lit de mort de Proust, sa chaise longue, un morceau du liège dont les murs étaient tapissés, sa pelisse, usée.
Mais, décidemment, trop de monde. Nous reviendrons pour le prochain centenaire.

L’expérience malheureuse m’aura permis au moins de faire deux observations : Continuer la lecture de ¿ TAVUSSA ? (85) : Marcel Proust et le Nègre joyeux

Rendez-vous à cinq heures : les chaines d’information, quelle influence ? + deux petites choses

La page de 16h47 est ouverte…

LES CHAINES D’INFORMATION 
Quelle influence ? 

En écoutant l’autre matin l’excellent podcast ‘LE NOUVEL ESPRIT PUBLIC’, j’ai appris au passage deux ou trois petits trucs qui me tracassaient au sujet des chaines d’info permanentes. Je m’en plains, tu t’en plains, il s’en plaint, nous nous en plaignons, presque tout les gens censés s’en plaignent.  

On les voit partout, dans les cafés, dans les hôtels, et même parfois chez soi, organiser la polémique sur des plateaux remplis de spécialistes plus engagés qu’experts. 

Eh bien, sachez d’abord que si votre bistrot favori vous impose BFM ou CNews pendant votre café-croissant du matin, c’est parce qu’il est payé pour  ça par la chaine.

Mais, pour vous rassurer, sachez aussi que l’audience de ces chaines est extrêmement réduite. J’en veux pour preuve le sondage Mediamétrie qui vient de donner les parts d’audience nationale pour l’année 2021 :

BFM TV : 2,9 %
CNEWS : 2,0 %
LCI          : 1,1  %

C’est peut-être encore trop selon vous, mais ce n’est Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures : les chaines d’information, quelle influence ? + deux petites choses

Rendez-vous à cinq heures : l’Amérique est mal partie (3)

La page de 16h47 est ouverte…

L’AMÉRIQUE EST MAL PARTIE (3)

En commentaire du dernier ¿ TAVUSSA ? (84): L’Amérique est mal partie (2), deux fidèles lecteurs du JdC ont fait connaitre leurs réactions.

Résumer, c’est souvent trahir, mais allons-y quand même :

pour Jim : l’Amérique fait peut-être peur, mais ça a toujours été comme ça. Alors, il vaut mieux s’y habituer.

pour Lariegeoise : ce qui se passe en Amérique, qui n’est, en plus gros, que ce qui se passe ou se passera chez nous, est le produit des réseaux sociaux.

Je suis parfaitement d’accord avec ces considérations historiques. En particulier, et c’était l’objet de ce ¿ TAVUSSA ? (84), je lasse mes lecteurs avec mes fréquentes catilinaires contre Zuckerberg et son hydre.

Mais ces remarques ont quelque chose de rassurant —  Bah ! Ça a toujours été comme ça ! Et puis, si on arrivait à brider un peu les GAFA, ça irait mieux. — qui est à mon avis trompeur.

D’une part, c’est une tendance générale que Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures : l’Amérique est mal partie (3)

Rendez-vous à cinq heures : La colère de Lorenzo

La page de 16h47 est ouverte…

LA COLÈRE DE LORENZO

Il y a vingt ans, nous avions été un certain nombre à dire que l’hôpital public étant financé par l’argent du public il se devait le lui rendre en lui offrant une qualité et surtout une quantité de soins suffisante à ses besoins. On nous avait traités de crétins rétrogrades et on nous avait licenciés, notre faute étant de ne pas adhérer à la politique de nos directeurs. Aujourd’hui les conséquences de cette politique suicidaire sont là : déserts médicaux et non réponse à la demande quantitative de soins, conséquences directes des choix stupides d’administratifs incompétents. Il y a vingt ans Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures : La colère de Lorenzo

Rendez-vous à cinq heures : mais que dit donc la Presse ?

La page de 16h47 est ouverte…

Mais que dit donc la Presse ?

La presse : 

Un premier radar mesurant le bruit des motos va être mis en circulation à partir du 4 janvier dans les Yvelines. 
L’amende pour bruit excessif ? 135 €  

On attend la réaction des motoconnards, une grève, un blocage du périphérique, un appel au boycott des élections présidentielles, pour défendre leur droit d’emmerder le monde car, faire du bruit, c’est quand même leur raison de vivre, non ? 

La presse :

Le COVID, on n’en a pas fini. 

La réaction des Gilets Jaunes ne s’est pas faite attendre. Ils ont décidé de bloquer à nouveau les giratoires pour protester contre la prolongation de l’épidémie. 

La presse :

Anne Hidalgo : …..

C’est curieux, on n’entend plus parler d’Anne Hidalgo…, ni du Maire de Paris.

La pressse : 

Emmanuel Macron : « Moi, je ne suis pas pour emmerder les Français. Je peste toute la journée contre l’administration quand elle les bloque. Eh bien, là, les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc, on va continuer de le faire, jusqu’au bout. C’est ça, la stratégie. Je ne vais pas les mettre en prison, je ne vais pas les vacciner de force. »

Emmerder les non vaccinés ? Pourquoi pas ? Après tout, ils nous emmerdent tous, pas vrai ? Pour être P.C. (politiquement correct) je devrais dire « tous, sauf contre-indication médicale », mais comme j’aurais dû aussi dire « les non-vaccinées et les non-vaccinées », je vais m’abstenir de compliquer les phrases pour le plaisir alors que tout le monde a compris. Je devrais peut-être quand même ajouter « tout le monde a compris, sauf les non-comprenants ». 
Donc « emmerder les non-vaccinés » jusqu’à ce qu’ils se vaccinent, pourquoi pas ? 
Mais était-ce opportun de le formuler de cette façon ?  

Eh bien, à la réflexion… finalement oui !

Bientôt publié
Demain, 07:47 Tableau 378
Demain, 16:47 Rendez-vous à cinq heures : La colère de Lorenzo
10 Jan, 07:47 AVENTURE EN AFRIQUE (7)
10 Jan, 16:47 Rendez-vous à cinq heures : l’Amérique est mal partie (3)
11 Jan, 07:47 Don’t look up ! Critique aisée n°221

¿ TAVUSSA ? (84) : l’Amérique est mal partie (2)

         L’enquête sur le coup d’état manqué du 6 janvier 2021 à Washington se poursuit.
Parmi les questions qui se posent, celle de la responsabilité de Facebook dans la naissance et le développement de l’émeute ne peut être éludée.
Dans le cadre de mes campagnes régulières de publicité pour cette institution, je vous livre ici ma traduction de l’extrait d’un article paru le 6/01/22 dans le Washington Post (Oui, je sais, aujourd’hui, c’est un journal pratiquement d’extrême gauche, mais ça vaut quand même le coup de lire ça.)

Est-ce que Facebook a été partiellement responsable pour le 6 janvier ?
L’usine a media qu’est QAnon n’a pas été la seule à répandre les fausses informations. La plateforme du réseau social  le plus populaire y a contribué aussi. Le Washington Post en partenariat avec ProPublica a examiné ce qui s’est passé sur Facebook dans les jours qui ont suivi l’’élection du 3 novembre (2020) jusqu’à l’attaque du 6 janvier (2021). Ont été trouvées dans les groupes Facebook 10,000 attaques par jour contre l’élection. Beaucoup ressemblaient à celle-ci :

WE ARE AMERICANS!!! WE FOUGHT AND DIED TO START OUR COUNTRY! WE ARE GOING TO FIGHT … FIGHT LIKE HELL. WE WILL SAVE HER THEN WERE GOING TO SHOOT THE TRAITORS!!!!!!!!!!!

(Aucune traduction ne m’a parue nécessaire pour cet anglais élémentaire qui semble sorti tout droit d’un discours de Trump)

Un consensus s’est fait sur le fait qu’après l’élection, Facebook a freiné sa politique de lutte contre la désinformation, et que cela a conduit à la création d’une des plus grandes campagnes de désinformation de tous les temps, qui a participé à la naissance de l’une des plus graves attaques de tous les temps contre le Congr

         Mais Facebook n’est plus seul le seul drame de l’Amérique (et du monde) et de toute façon, l’article du Washington Post ne convainc que ceux qui sont déjà convaincus, c’est à dire les Démocrates.
Il y a plus grave : plus des deux tiers des sympathisants Républicains croient dur comme fer qu’en réalité Trump a remporté l’élection présidentielle. Ils sont persuadés que désormais toute prochaine victoire Démocrate sera due à la fraude. Comme un tiers des mêmes considère aussi que, en cas de fraude électorale de l’autre camp, la violence sera justifiée, cela promet pour les prochaines élections de midterm, sans parler des prochaines présidentielles.

Ces temps-ci, on n’ a pas vraiment de raison d’être optimiste pour les USA :

  • Le pays est très profondément divisé sur beaucoup de sujets essentiels. Pour une partie des Républicains, la pensée politique se résume à ceci « Trump, c’est bon pour les affaires, le pétrole, l’économie » et pour l’autre partie « Trump nous protège des élites de gauche, prétentieuses et pédophiles ». Pour une partie des Démocrates, c’est « Soyons woke un peu plus chaque jour » et pour l’autre partie ce serait plutôt « Les Républicains sont devenus populistes, ils sont méprisables, ils nous font honte ».
  • Le pays est traditionnellement violent et armé. De plus, les milices foisonnent et les Gardes Nationales d’État peuvent être appelées par les Gouverneurs, (Républicains ou Démocrates)
  • Près de la moitié des électeurs ne font plus confiance à l’Etat fédéral pour préserver la démocratie, ou ce qu’ils pensent être la démocratie.
  • Trump est en embuscade.
  • Tous ceux qui, dans le parti Républicain, se sont opposés à lui, l’ont payé cher.
  • Les résultats de Biden sur l’économie, la pandémie, la politique étrangère ne sont pas terribles-terribles. Son âge avancé, sa démarche hésitante, sa lassitude apparente et ses discours en demi-teinte sont loin de soulever les foules, comme le ferait la moindre faute de syntaxe de Trump.
  • Il y a de bonnes chances pour que les Démocrates perdent le contrôle du Sénat et de la Chambre aux prochaines élections midterm en novembre prochain.

A partir de là, il n’y aura plus qu’une manière d’empêcher Trump de redevenir Président,  et ce sera de le faire condamner par la justice pour n’importe lequel de ses actes répréhensibles, le rendant ainsi inéligible. Mais avec un Congrès Trumpien, est-ce que ce sera encore possible ? Pas sûr du tout !

Alors, ça urge !

Post Scriptum :
Au moment où j’écris ces lignes, le 6 janvier vers 16 heures, Biden vient d’achever son discours de “commémoration” du 6 janvier de l’année dernière.
Pour illustrer ce que j’ai écrit plus haut,  je vous en donne quelques extraits (traduction du JdC) :

« Pour l’a première fois de notre histoire, un Président n’a pas juste perdu une élection ; il a essayé d’empêcher la transfert pacifique du pouvoir tandis qu’une foule violente atteignait le Capitol. »

« Parce que son ego blessé compte plus pour lui que notre démocratie ou notre Constitution, il ne peut accepter la défaite. »

« Un ancien Président des Etats Unis d’Amérique a créé et répandu un tissu de mensonges sur l’élection de 2020. Il l’a fait parce qu’il attribue plus de valeur au pouvoir qu’aux principes, parce qu’il considère que son propre intérêt est plus important que l’intérêt de son pays. »

« Allons nous être une nation qui accepte la violence politique en tant que norme ? »

« Je ne laisserai personne placer un poignard sous la gorge de notre démocratie »

Il a raison, bien sûr. Mais quand le chef d’état d’une démocratie dit cela de ses adversaires politiques et de leur leader, et qu’il le dit à juste titre,  c’est que ce pays est mal parti.  Et on accuse Macron d’y aller trop fort avec les Anti-Vax ?  

Bientôt publié
8 Jan, 16:47 Rendez-vous à cinq heures : mais que dit donc la Presse ?
9 Jan, 07:47 Tableau 378
9 Jan, 16:47 Rendez-vous à cinq heures : La colère de Lorenzo
10 Jan, 07:47 AVENTURE EN AFRIQUE (7)

Carte de voeux 12/12

Le Journal des Coutheillas est le seul quotidien vraiment vraiment irréfutable. Cette année, il sera aussi le seul à vous adresser chaque jour pendant douze jours une carte de voeux différente. Vous arriverez bien à choisir celle qui vous conviendra le mieux, en fonction de votre humeur ou de vos résolutions.

 

Carte de voeux 11/12

Le Journal des Coutheillas est le seul quotidien vraiment vraiment irréfutable. Cette année, il sera aussi le seul à vous adresser chaque jour pendant douze jours une carte de voeux différente. Vous arriverez bien à choisir celle qui vous conviendra le mieux, en fonction de votre humeur ou de vos résolutions.