Tous les articles par Philippe

Sacrée soirée ! (25)

25

Le bruit s’est à peine éteint dans nos oreilles que voilà Charles qui reprend la parole :

— Alors ? Elle était pas chouette, mon idée ? On apprend des trucs intéressants, vous trouvez pas ?  D’abord que le toubib couche avec la veuve, ensuite qu’elle le paie pour ça. Après ça, c’est Coco Chanel qu’abandonne son lardon chez les Thénardier, et le Delon de Cachan qu’est viré de partout parce qu’il joue comme un trombone et qu’il emmerde tout le monde et pour finir, voilà-t-il pas que Madame la Maire vend de la drogue aux gamins de la ville ! Qu’est-ce qu’on rigole ! Vous trouvez pas ?

Personne ne bronche. Alors forcément, il continue, le bougre.

— Et le plus marrant, c’est que ça devait être un blind-dinner ! Pas vrai, Renée ? Un blind-dinner ! Un dîner où personne ne connait personne. Une vraie connerie, entre nous soit dit. Et paf ! Voilà que tout le monde connaît tout le monde !

Tout en discourant, Charles s’est mis à déambuler dans la cuisine, très à l’aise. En passant devant l’évier, il rafle un verre de bordeaux encore à moitié plein et le boit d’un trait.

— Ahhrrrgh ! Ça fait du bien par où ça passe !

Bon, d’accord, la formule n’est pas très raffinée mais, si on peut penser ce qu’on veut de Charles, il faut bien lui accorder qu’il tient l’alcool. Entre le salon, la salle à manger, l’office et la cuisine, il a enfilé les verres de champagne et de bordeaux sans discontinuer. Et c’est à peine s’il bafouille de temps en temps. Très à l’aise, il circule en pérorant entre la table de ferme, les buffets époque 1950 et les convives. Je remarque quand même que, pour compenser une certaine instabilité, il s’appuie souvent sur les plans de travail des uns ou sur les épaules des autres en simulant selon les cas une élégante nonchalance ou une sincère affection.

— Enfin, reprend-il en claquant la langue, quand je dis tout le monde, c’est pas tout à fait vrai. Il nous manque encore Anne et Gérald. Allez, honneur aux dames ! Qu’est-ce que vous avez à nous dire, Aaaanne, ma chère Aaaanne ?

Anne qui s’était vautrée sur sa chaise se redresse à peine et répond calmement :

— Vous savez ce qu’elle vous dit, la chère Anne ?

C’est ça le problème avec Anne, enfin l’un des problèmes : c’est qu’elle devient facilement vulgaire. Je lui dis souvent. Mais là, il faut dire qu’il l’a bien cherché, le meneur de jeu. Je serais bien intervenu pour défendre mon épouse comme un gentleman se doit de le faire, mais la rapidité de sa réplique m’en a dispensé.

— Allons, allons ! Vous n’avez vraiment rien à nous dire ? insiste Charles. Pas même que vous en avez jusque-là de votre imbécile de mari ?

— Hein ?

Ça, c’est moi qui m’étrangle sur une cacahouète que je venais de piocher dans les restes de l’apéritif. Mais j’arrive à recracher la chose et je m’insurge :

— Non mais dites-donc ! Qu’est-ce qui vous permet de dire ça ?

Au moment où je prononce ces mots, je réalise que j’aurais mieux fait de me taire. Mais, c’est trop tard, et bien sûr, et Charles fait semblant de prendre ma protestation pour une question :

— Eh bien, mais… mon sens de l’observation, tout simplement. Premièrement, cher Monsieur, que vous soyez un imbécile, ça fait aucun doute. Suffit de vous regarder et de vous écouter cinq minutes et c’est confirmé. Vous êtes un imbécile prétentieux, un vaniteux primaire et bouché à l’émeri. En un mot, vous êtes un con. Désolé, Géralllld, mais c’est comme ça !

Il s’interrompt pour aller chercher un autre verre de bordeaux.

— Gérald ! dit-il avant d’avaler son verre. A-t-on idée de s’appeler Gérald ! Déjà, Gérard, c’est pas terrible, mais alors Gérald, c’est complètement ridicule.

C’est alors qu’il est pris d’un rire qui lui remonte de l’abdomen jusqu’à la gorge puis au nez, le fait se plier au-dessus de la table et le contraint à vaporiser son vin rouge aux alentours. Puis, il se calme et pousse un soupir d’aise en s’essuyant les yeux avec un napperon de dentelle qui trainait par là.

— Excusez-moi, mais c’est trop drôle, continue-t-il. Gérald ! Y a quand même des limites, non ?

Il réfléchit un instant et puis :

— Bon, où est-ce que j’en étais, moi ?

Kris dont je croyais qu’elle sommeillait dans un coin semble se réveiller puis, comme le chouchou du prof qui cherche à se faire valoir, elle précise :

— Vous étiez en train de nous expliquer pourquoi Anne ne supporte plus son imbécile de mari. Mais vous vous êtes arrêté après le premièrement. Nous attendons la suite avec intérêt.

— Ah oui, c’est ça ! Merci, la grosse ! Eh bien quoi ? Vous n’avez pas deviné ! C’est pourtant évident ! Il suffit de la regarder le regarder… Excusez… c’est pas très clair. Je voulais dire qu’il suffit de regarder Anne en train de regarder son mari : ses airs excédés, ses mimiques à chaque nouvelle ânerie, sans parler des réflexions qu’elle lui fait, des piques qu’elle lui balance… Elle n’en peut plus, la petite Anne, c’est l’évidence même ! Vous n’en pouvez plus Anne, pas vrai ? Alors faut vous barrer, ma p’tite dame, faut vous barrer !

Cette fois, c’en est trop ! Bien sûr, Anne et moi, nous avons nos petites disputes, mais quel est le couple qui n’en a pas après quelques années de vie commune ? Et bien sûr que de temps en temps elle m’envoie une vacherie ; mais elle n’en pense pas un mot ; c’est de l’humour, et l’humour dans un couple, c’est une preuve de complicité, d’entente parfaite, c’est bien connu !  Elle va sûrement renvoyer Charles dans ses vingt-deux mètres !

Mais Anne reste sans rien dire, à réfléchir dans son coin. Il va bien falloir que je lui rentre dedans, à ce gros lard. C’est parti !

— Bon, Charles, maintenant, ça suffit comme ça ! Vous allez me faire le plaisir de…

— Gérald ?

C’est Anne qui vient de m’interrompre.

— Oui, ma chérie ?

 A SUIVRE

Bientôt publié

29 Oct, 07:47 Tableau 369
30 Oct, 07:47 Photos souvenirs – 9

Rendez-vous à cinq heures : Jim fait le pont (9)

La page de 16h47 est ouverte…

Construire un pont, quelle bonne idée !
par Jim

Un Pont aux Ânes : le Vaccin Anticovid

L’expression Pont aux ânes (en latin pons asinorum) est une métaphore pour fustiger un refus imbécile ou inconditionnel de se rendre à l’évidence (par exemple, l’utilité du vaccin anticovid). Elle qualifie un raisonnement ou un ensemble de propositions (l’efficacité prouvée des vaccins pour chacun et pour l’immunisation collective) qui, quoique parfaitement explicités, restent incompris ou refusés obstinément de certaines personnes (les antivax).

Le vaccin anticovid est bien un pont aux ânes !

Explication : La métaphore remonte Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures : Jim fait le pont (9)

¿ TAVUSSA ? (80) Stop feeding the Beast

Facebook, c’est comme la drogue : ceux qui en usent, et surtout ceux qui le font modérément, ne veulent pas reconnaitre que son usage

  1. détruit l’individu et par voie de conséquence la société
  2. génère des montagnes d’or au profit de ses dirigeants et propriétaires qui sont, eux, parfaitement au courant des effets destructeurs de leur organisation.

Zuckerberg, comme Pablo Escobar, sait parfaitement le mal que son entreprise cause au monde démocratique, et comme Pablo Escobar, il est assis sur une masse d’argent qui ne fait que croitre. Il existe néanmoins Continuer la lecture de ¿ TAVUSSA ? (80) Stop feeding the Beast

La Princesse, l’Ours et le Chasseur

Il y a un peu plus de huit ans, sous le prétexte de faire une critique cinématographique, j’avais entrepris de raconter ma rencontre avec Grace Kelly, alors princesse de Monaco. Cette rencontre a eu lieu en 1978. Aujourd’hui, je n’ai plus besoin de faire semblant de parler cinéma pour évoquer cette rencontre hors de l’ordinaire. C’est le cadeau que je me fais pour mon anniversaire.

*

Tout le monde, du moins je l’espère, tout le monde a déjà vu “Fenêtre sur cour“.

871-CINEMATOQUIZ 2

Ces derniers temps, la télévision spécialisée l’a repassé régulièrement en version “longue”. Cette appellation est ridicule car, de ce film, il ne peut y avoir  que des versions trop courtes.
Bien qu’il soit, avec La Prisonnière du Désert et La Règle du Jeu, celui que j’ai vu le plus grand nombre de fois, je l’ai regardé à nouveau, deux fois. J’ai beau Continuer la lecture de La Princesse, l’Ours et le Chasseur

Sacrée soirée ! (24)

24

Gérard, encore une qui m’appelle Gérard ! C’est agaçant, à la fin ! Je m’apprête à répliquer énergiquement à la dame mais avec calme et humour selon la règle que je me suis fixée il y a deux ans quand je me suis aperçu que la colère avait tendance à me faire perdre le fil de mes idées.

— Chère madame, commencé-je…

— Pauvre type !

Longchamp ne semble plus du tout avoir besoin de mon tabouret. C’est lui qui, très impoliment, vient de m’interrompre dans ma protestation… et avec une nouvelle insulte, en plus ! Je m’apprête à lui clouer le bec :

— Mais enfin, cher ami, qu’est-ce que je vous…

— Ta gueule, connard ! C’est pas à toi que je parle !

— Ah ! Eh bien, j’aime mieux ça, parce que sans ça… Continuer la lecture de Sacrée soirée ! (24)

Prendre l’Amérique en bloc

morceau choisi

Death Valley et Las Vegas sont inséparables : il faut accepter tout ensemble, la durée immuable et l’instantanéité la plus folle. Il y a une affinité mystérieuse entre la stérilité des espaces et celle du jeu, entre la stérilité de la vitesse et celle de la dépense. C’est ça l’originalité des déserts de l’Ouest, dans cette juxtaposition Continuer la lecture de Prendre l’Amérique en bloc

Sacrée soirée ! (23)

23

Le silence est retombé sur la cuisine. Tout à coup, sur le frigidaire, le Pizon Bros fait crack, scrouitch, twouiitt et revient à la raison. Ça doit être de la harpe, maintenant ! Le comble !

— Vous ne pouvez pas arrêter de tripoter ce machin, Longchamp ! Vous ne voyez pas que ça ne sert à rien. Vous faites chier tout le monde, à la fin.

Ça, c’est Kris qui passe ses nerfs sur l’autre vedette de la soirée. Mais Longchamp, debout sur son escabeau, se retourne vers la grosse :

— Eh ! Oh ! Bouboule ! En veilleuse, s’il vous plait ! dit-il en faisant un geste de la main carrément vulgaire. Je fais peut-être chier tout le monde, mais moi, je colle pas mes enfants à l’Assistance ! J’ai aussi un fils, moi, Madame ! Mais je ne le confie pas aux Thénardier, moi ! Je le mets dans la meilleure Continuer la lecture de Sacrée soirée ! (23)

Rendez-vous à cinq heures : Jim fait le pont (8)

La page de 16h47 est ouverte…

Construire un pont, quelle bonne idée !
par Jim

Le Pont d’Alma et son Zouave

« Faire le Zouave »,

tout le monde connait l’expression. Elle est glorifiée dans

Objectif Lune

, une référence culturelle pour les Tintinophiles, à son paroxysme page 39 ci-contre mais encore tout au Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures : Jim fait le pont (8)