Archives de catégorie : Citations & Morceaux choisis

Rendez-vous à cinq heures avec Mirabel

la page de 16h47 est ouverte…

VIDEO : 9 MINUTES 

Vous connaissez Paul Mirabel ?

Non ? Mais vos enfants le connaissent, probablement. Et vos petits-enfants, certainement.
Mirabel, c’est une sorte de grand dépendeur d’andouilles qui raconte mollement de molles histoires  à propos de son corps mou.
L’extrait de son spectacle auquel ce lien vous donnera accès fait 9 minutes. C’est inhabituellement long, mais il faut dire qu’il y a une coupure de pub au lieu et que Paul Mirabel parle lentement.

MIRABEL 

Bientôt publié

3 Fév, 07:47 Nostalgie 18 – Boubouroche
4 Fév, 07:47 Ciné-rébus (2)
5 Fév, 07:47 Tétraèdres (et autres figures géométriques)

Ciné-rébus (1)

Tirées comme d’habitude sans autorisation mais à titre de publicité gratuite pour petit bouquin sympathique, voici 6 dessins qui devraient vous faire deviner le titre d’un film.

Si vous le trouvez, n’hésitez pas à le faire savoir dans un commentaire auquel, si vous en êtes capable, vous pourrez ajouter le nom du réalisateur, celui des acteurs principaux, et même un petit souvenir personnel à son propos. 

Si vous ne le trouvez pas, la réponse vous sera donnée demain dans notre édition de l’après-midi.  Continuer la lecture de Ciné-rébus (1)

Humour et ironie

temps de lecture : une minute et demie

morceau choisi

L’ironie est très dogmatique. Celui qui ironise détient la vérité. Il l’a détient tellement qu’il fait semblant même d’épouser la thèse inverse. Il est tellement sûr de lui qu’il joue avec la thèse contraire. Par conséquent, pour lui, c’est un jeu. C’est quelqu’un qui est tout à fait sûr de lui. L’ironie suppose l’extrême assurance ou, en tout cas, qu’on détienne la vérité. Si j’étais Montesquieu, si j’avais à défendre la thèse de l’esclavage des noirs, voici ce que je dirais : “Ces gens-là sont noirs depuis les pieds jusques à la tête ; il n’est pas possible que Dieu ait mis une âme humaine dans un corps tout noir, etc, etc.” Il se moque d’une thèse qu’il sait fausse.
Tel n’est pas l’humour. L’humour ne détient pas la vérité, il ne sait pas où est la vérité, il ne sait même pas s’il y en a une. Elle est toujours au-delà. Il ne suffit pas de prendre le contraire. Si, au lieu d’ironiser, j’humorise, il ne suffira pas que vous preniez le contraire de ma thèse pour dire la vérité, parce que le contraire non plus n’est pas la vérité. Le contraire est je ne sais où, au delà , toujours plus loin.

Vladimir Jankélévitch -16 janvier 1974 – Le Grand échiquier 

Ceci est la fidèle transcription d’une interview de Jankelevitch. La rapidité de sa pensée et celle de son débit verbal sont bien connues. Personnellement, je pense, avec tout le respect qui lui est dû, qu’emporté par son irrésistible élan, il a un peu mélangé les mots, et toute modestie mise à part,  je dirai qu’au lieu de ” si j’avais à défendre la thèse de l’esclavage “, il voulait dire ” si j’avais à lutter contre la thèse de l’esclavage“. De la même manière, au lieu de “Le contraire est je ne sais où, au delà , toujours plus loin.” il voulait dire “La vérité est je ne sais où, au delà , toujours plus loin.

Bientôt publié

Aujourd’hui, 16:47 Rendez-vous à cinq heures au Bon Marché
Demain, 07:47 Je hais le théâtre
27 Jan, 07:47 Jean-Pierre et Gisèle (10)
27 Jan, 16:47 Rendez-vous à cinq heures : tout le monde sur le plateau
28 Jan, 07:47 TABLEAU 428

Rendez-vous à cinq heures avec un bout de Lara

la page de 16h47 est ouverte…

VIDEO 27 secondes

Un petit bout de Lara

À la demande générale et plus particulièrement à celle de Guy, voici un petit morceau de Lara Fabian à Moscou.
(Il est peut-être bon de préciser que c’était il y a une douzaine d’années)

LARA FABIAN EN RUSSE

Si vous avez trouvé ça un peu court, jeune homme, vous pouvez toujours cliquer sur “Regardez l’intégralité de la vidéo”

 

 

Vous n’aurez pas mille lecteurs

morceau choisi

L’éditeur de Simenon, après avoir lu les tapuscrits des premiers Maigret, lui avait écrit :

1° Vos romans policiers ne sont pas de vrais romans policiers. Ils ne sont pas scientifiques. Ils ne jouent pas la règle du jeu.
2° Il n’y a pas d’amour, tout au moins d’amour comme on le conçoit dans le roman policier.
3° Il n’y a pas de personnages franchement sympathiques ou de personnages franchement antipathiques. Vos romans ne finissent ni bien ni mal. C’est désastreux.
Ce ne sont pas des romans policiers. Ce n’est pas scientifique. Il n’y a pas de jeune premier ni d’héroïne. Pas de personnage sympathique et cela finit mal puisqu’on ne se marie jamais. Vous n’aurez pas mille lecteurs.

La pénitence est douce

Charmant poème déjà publié il y a cinq ans. On ne s’en lasse pas, surtout quand il est dit par André Dussolier. 

temps de lecture : 2 minutes
Morceau choisi

Rosette, agenouillée au confessionnal,
Murmure : “Mon bon père, à vous, je m’en accuse :
J’ai trompé mon mari – Ma fille c’est très mal,
Dit le prêtre… Et… combien de fois ?” Rose, confuse,

Se trouble, balbutie, hésite… enfin répond : Continuer la lecture de La pénitence est douce

Prenez-en de la graine

temps de lecture : 2 minutes
temps de réflexion : 2 heures 

Tous les hommes naissent égaux. Le lendemain, ils ne le sont plus.
Jules Renard

Si l’administration  militaire était bien faite, il n’y aurait pas de soldat inconnu.
Louis Jouvet

La vie est une maladie sexuellement transmissible avec un taux de mortalité de cent pour cent.
Woody Allen

En Auvergne, il y a plus de montées que de descentes.
Alexandre Vialatte

Everything is going to be all right in the end. So, if it is not all right, it is not the end.
The Best Exotic Marigold Hotel

Etre informé de tout et condamné ainsi à ne rien comprendre, tel est le sort des imbéciles.
Georges Bernanos

L’esprit révolutionnaire est infiniment commode Continuer la lecture de Prenez-en de la graine

L’héritage de Vespasien 

temps de lecture : 2 minutes 

morceau choisi

Titus Flavius Vespasianus
Vespasien

né en 9, mort de maladie en 79
Empereur de 69 à 79.

Après le suicide de Néron en 68 après J.C., Rome vécut ce que l’on a appelé « l’année des quatre empereurs », qui furent successivement Galba, Othon, Vitellius et Vespasien. Quatre empereurs successifs en une seule année, dont trois catastrophiques pour la paix civile : Galba fut dépecé par la soldatesque, Othon se suicida après seulement trois mois de règne et Vitellius fut massacré par la populace.  Arriva enfin au pouvoir Vespasien, qui y resta jusqu’à sa mort en 79.
Vespasien fut un excellent empereur, ramenant la paix civile à Rome et l’ordre dans l’Empire. Mais il ne reste dans nos mémoires que par cet édicule citadin et si pratique, dont on lui attribue l’invention mais qui tend à disparaitre au profit de ces terrifiantes machines à laver que l’on nomme Sanisettes et dont on se demande toujours si elle ne vont pas se déclencher au moment le moins opportun. On peut craindre que le souvenir de ce grand homme d’état ne disparaisse définitivement avec la dernière vespasienne du Boulevard Arago. 

(…) Son ingéniosité n’était jamais à court lorsqu’il s’agissait d’instituer une redevance, une taxe, des droits, un péage. On rapporte qu’il taxa même la collecte de l’urine par les fabricants de laine, qu’ils utilisaient industriellement comme dégraissant. Moyennant, donc, une redevance, l’artisan disposait devant ses ateliers une jarre ébréchée tout exprès, où les passants avaient la faculté de se soulager ou de vider commodément Continuer la lecture de L’héritage de Vespasien 

C’est le mois de Jambier

Pour célébrer dignement ce début d’année, laissez-moi vous offrir une des meilleures scènes de comédie du cinéma français, qui est également une des plus connues avec celle de la cuisine des Tontons Flingueurs. Voici la scène de la charcuterie de Monsieur Jambier, 45 rue Poliveau, Paris 5°. Tourné en 1956 par Claude Autant-Lara, cette scène mémorable de La Traversée de Paris, tirée du roman de Marcel Aymé, réunit trois des plus grands acteurs français dans une performance absolument parfaite. Encore un chef d’œuvre tiré d’un autre chef d’œuvre.

Mais où sont les neiges d’antan ?