Archives de catégorie : Citations & Morceaux choisis

Qu’est-ce qu’Alexandre Vialatte ?

Si l’art, comme il l’affirme dans une formule célèbre, « est le folklore d’un pays qui n’existe pas », le génie de Vialatte s’etend bel et bien dans un paysage littéraire qui va de Kafka à Jean Dutourd et de Nietzsche à Pierre Desproges. Quand ce dernier déclarait que l’auteur des « Fruits du Congo » était l’un des plus grands écrivains du demi-siècle, il n’exagérait pas. Car les admirateurs de Vialatte ne sont pas des lecteurs ordinaires. Ils forment une secte d’initiés et de jaloux, adeptes d’un culte rendu à un poète-philosophe parfaitement méconnu de son vivant. Il n’est pas un chagrin de la vie qui puisse résister à la lecture d’une page de ce prince de l’humour « plus tendre et désespéré – c’est encore Desproges qui parle – qu’un la mineur final dans un rondo de Satie ».

Auteur anonyme – 4ème de couverture des Chroniques des grands micmacs

Bientôt publié

Aujourd’hui, 16:47 Dernière heure : les oiseaux sont des cons ! (8)
Demain, 07:47 TABLEAU 413
4 Oct, 07:47 Ah ! les belles boutiques ! – 47
4 Oct, 16:47 Dernière heure : les oiseaux sont des cons ! (9)
5 Oct, 07:45 L’Anomalie – Critique aisée n°239

Du vrac en gros, demi-gros et au détail

Ne commettez pas toujours les mêmes erreurs ! Faites-en de nouvelles !

Tout ce que vous dites avant de prononcer le mot « mais » ne compte pas. 

Le mariage, c’est résoudre à deux les problèmes qu’on n’aurait pas eus tout seul.

Isaac Newton découvre la gravité en 1687. Avant cette date, les gens prenaient tout à la rigolade. Continuer la lecture de Du vrac en gros, demi-gros et au détail

Effet d’annonce

temps de lecture : 3 minutes

À Paris, lundi 15 décembre 1670.
Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe, la plus singulière, la plus extraordinaire, la plus incroyable, la plus imprévue, la plus grande, la plus petite, la plus rare, la plus commune, la plus éclatante, la plus secrète jusqu’à aujourd’hui, la plus brillante, la plus digne d’envie ; enfin une chose dont on ne trouve qu’un exemple dans les siècles passés : encore cet exemple n’est-il pas juste ; une chose que nous ne saurions croire à Paris, comment Continuer la lecture de Effet d’annonce

Rendez-vous à cinq heures avec Desproges (2)

la page de 16h47 est ouverte…

 

Donc, encore Desproges

Pierre Desproges, né le 9 mai 1939 à Pantin et mort le 18 avril 1988 à Neuilly-sur-Seine, est un humoriste français réputé pour son humour noir, son anticonformisme et son sens de l’absurde.
Célèbre pour son humour grinçant, mis en valeur par une remarquable aisance littéraire, Pierre Desproges s’est notamment illustré avec des thèmes souvent évités par les autres humoristes de son époque, prenant à contre-pied certaines positions convenues dans la société. Il est notamment considéré comme l’auteur de la maxime suivante : « On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde ».
Wikipedia

 

Rendez-vous à cinq heures avec Desproges

la page de 16h47 est ouverte…

 

Donc, Desproges

Pierre Desproges, pour moi, vous le savez, est inégalable. D’ailleurs, il reste inégalé. Sa syntaxe parfaite, son vocabulaire étendu, l’usage décalé qu’il a toujours fait de ces deux qualités, sa vision anarcho-vialattienne du monde, et sa grande aptitude à l’absurde, à l’humour et à l’autodérision m’ont emballé une fois pour toutes lors de son premier one-man-show au théâtre.  

Il est inégalable et reste inégalé, même par François Morel, le plus honorable de ses disciples. Inégalable vous dis-je, et ce ne sont pas les misérables et laborieux tâcherons des matinées de France-Inter qui vont me faire changer d’avis. A ce propos, n’écoutant plus cette radio depuis plusieurs années, avant d’écrire cette introduction, poussé par mon esprit scientifique et par l’impartialité qui va avec, j’ai ouvert quelques podcasts de quelques uns de ces perpétuels ironiseurs. Guillaume Meurice, Tanguy Pastoureau , Thomas VDB, Aymeric Lompret, Alexis Le Rossignol, Monsieur Poulpe, Marina Rollman, Waly Dia…., tous sur le même modèle, bonne humeur forcée, rires complaisants des présentateurs…,  prévisibles, exaspérants, insupportables, nuls…
Passons….  Donc, Desproges.  Voici, pour vous le remettre en mémoire, un sketch de quelques minutes sur le Q.I.  Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures avec Desproges

Bardamu et les New-Yorkaises

temps de lecture : 2 minutes 
morceau choisi

On se souvient de la description de l’arrivée de Bardamu à New York : “Figurez- vous qu’elle était debout leur ville, absolument droite. New York c’est une ville debout.”
Mais on se souvient certainement moins bien de ce qui se passe quelques heures plus tard. Bardamu, clandestin décharné et fiévreux, erre dans Manhattan. Il remonte Broadway jusqu’à l’Hôtel de Ville et s’assied sur un banc d’où il contemple le spectacle de la ville :

J’attendis une bonne heure à la même place et puis de cette pénombre, de cette foule en route, discontinue, morne, surgit sur les midi, indéniable, une brusque avalanche de femmes absolument belles.
Quelle découverte ! Quelle Amérique ! Quel ravissement ! Souvenir de Lola ! Son exemple ne m’avait pas trompé ! C’était vrai !
Je touchais au vif de mon pèlerinage. Et si je n’avais point souffert en même temps de continuels rappels de mon appétit je me serais cru parvenu à l’un de ces moments de surnaturelle révélation esthétique. Les beautés que je découvrais, incessantes, Continuer la lecture de Bardamu et les New-Yorkaises

On ne peut pas lire que du Barbara Cartland

2 minutes

Avez-vous lu les “Chroniques du grand micmac” d’Alexandre Vialatte ? Non ? Faudrait vous décider !
Dans l’une d’entre elle qui s’intitule histoires noires et histoires blanches, Alexandre veut nous inciter à lire le dernier recueil de nouvelles de Jacques Sternberg. Jacques Sternberg fut un auteur belge qui eut son heure de gloire dans la deuxième moitié de ce siècle bizarre que fut le XXème, période où les nouvelles se vendaient encore. Les siennes se situaient dans le domaine de l’humour noir, de la science-fiction, pour tout dire, du bizarre. Aujourd’hui, Sternberg est totalement oublié., Mais si vous tombez un jour sur un de ses recueils, plongez-vous y (plonjévouzi ?) pour y passer un moment agréable, rigolo ou effrayant.
En attendant cet événement improbable, veuillez lire le début de cette chronique d’Alexandre Vialatte qui nous apprend que parfois, il faut abandonner Barbara Cartland.

“On ne peut pas toujours lire l’histoire de Monsieur Dupont qui épousera Mademoiselle Durand à la page 240 après mille péripéties qui ont bien failli nous faire croire le contraire. (Dieu ! Que j’ai frémi pour leur bonheur !) On sait bien qu’elle est fille d’officier supérieur, qu’elle fut chargée de diplômes comme un âne de reliques dans les couvents les plus distingués, qu’elle connaît Continuer la lecture de On ne peut pas lire que du Barbara Cartland

La parole du prince

morceau choisi

Combien il serait louable chez un prince de tenir sa parole et de vivre avec droiture et non avec ruse, chacun le comprend : toutefois, on voit par expérience, de nos jours, que tels princes ont fait de grandes choses qui de leur parole ont tenu peu compte, et qui ont su par ruse manoeuvrer la cervelle des gens ; et à la fin ils ont dominé ceux qui se sont fondés sur la loyauté. Vous devez donc savoir qu’il y a deux manières de combattre : l’une avec les lois, l’autre avec la force ; la première est propre à l’homme, la seconde est celle des bêtes ; mais comme la première, très souvent, ne suffit pas, il convient de recourir à la seconde. Aussi est-il nécessaire à un prince de savoir Continuer la lecture de La parole du prince

Qu’est-ce que le loup ?

temps de lecture : 1 minute et quelques

morceau choisi 

(…) le vrai fléau de la saison, ce n’est pas le lion, c’est le loup. C’est la vraie plaie des mamelles de la France. L’agriculteur sérieux s’attachera à le chasser comme le ver blanc ou le doryphore avec lesquels il ne saurait être confondu (le ver blanc est moins fort du garrot ; le doryphore n’a pas l’oreille pointue). Il Continuer la lecture de Qu’est-ce que le loup ?