Archives par mot-clé : Ukraine

Dernière heure : J’attends

Dernière heure : J’attends

Ukraine
Bombardements d’hôpitaux, d’écoles, bombes à fragmentations
Enlèvements, prises d’otages
Pillages de convois humanitaires
Arasement de villes…

Boutcha, Irpin, Mariupol
Exécutions, viols, massacres, fosses communes, cadavres piégés
Barbarie, sauvagerie, crimes de guerre
Dictateur, tyran, assassin, empoisonneur, boucher, criminel…

J’attends avec impatience que Marine Le Pen, entre autres candidats mais surtout elle, annonce qu’elle a téléphoné à Poutine pour lui demander au nom de leur ancienne amitié de faire ce que lui seul peut faire aujourd’hui : arrêter cette guerre, arrêter le massacre. Bien sûr, un tel coup de fil hypothétique n’aurait aucune chance d’obtenir quoi que ce soit d’autre qu’un nouveau mensonge de Continuer la lecture de Dernière heure : J’attends

Dernière heure  : Tous pourris ! 

Ukraine  J  24

Dernière heure  : Tous pourris ! 

 

Tous pourris ! Ils ne pensent qu’à leur carrière ! Tous incapables ! Vendus, nuls, corrompus…

Voilà ce qu’on entend dire des hommes politiques et plus particulièrement de ceux qui sont parvenus au pouvoir, les dirigeants. Nuls, faibles, vendus, incapables…Et ne croyez pas que ce discours soit propre à la France. Il est de tous les pays démocratiques, partout où les populistes ont droit de cité, en Europe (y compris le Royaume Uni !) et aux USA. Pour le Canada, l’Australie et quelques autres, je ne sais pas vraiment, mais cela me parait vraisemblable.

Eh bien moi, je trouve que tous ces gens, les dirigeants surtout, ne se sont, jusqu’ici, pas trop mal débrouillés dans cette crise, sans conteste la plus importante depuis l’invasion de la Pologne par Adolf Hitler. En quelques jours, ces gens-là ont réussi à imposer d’énormes sanctions sur la Russie et V. Poutine. Après une quinzaine de jours à peine, ils envoient en Ukraine, séparément ou en bloc, des centaines de millions, peut être des milliards de dollars et d’euros, des armes, des munitions, de l’aide…
Bien sûr, pour le moment, ça Continuer la lecture de Dernière heure  : Tous pourris ! 

Dernière heure : nouvelles en vrac

Dernière heure : nouvelles en vrac

Bon, le train de 16h47 a une grosse heure de retard, mais ça valait le coup d’attendre :  

Scout ! Toujours prêt !
Le Monde a révèlé aujourd’hui que François Hollande s’était préparé en janvier à présenter sa candidature au cas où Hidalgo se retirait.
Or voici ce que j’écrivais le 30 janvier dernier :
Une autre solution, complémentaire de la précédente, et que je n’arrive pas à me sortir de la tête, serait que F. Hollande se présente à son tour. S’il le faisait, il dépasserait probablement le seuil fatidique des 5%, sauvant ainsi son parti de la faillite (après l’avoir démoli presque à lui tout seul.)
Il parait qu’il en meurt d’envie et on sait qu’il n’a pas le sens du ridicule.
Serait-il à la manœuvre ?

Pas mal, non ? Remarquez, fallait pas être grand clerc…
Et puis, faut dire aussi que je prévoyais qu’A. Hidalgo n’irait pas au bout. Bon, tout le monde peut se tromper.

Du panache…
La presse a annoncé tout à l’heure que les Premiers Ministres de Pologne, de Slovénie et de République Tchèque se rendraient à Kiev pour rencontrer V. Zelensky afin « d’exprimer le soutien sans équivoque de l’Union Européenne envers l’Ukraine, sa liberté et son indépendance. » 
Ils ont du  panache, les gars ! Et pas que ça !

Ukraine   J  20

Dernière heure : à l’arrière 

Ukraine   J  13

Dernière heure : à l’arrière 

Ce à quoi nous assistons est une guerre et, de cette guerre, nous sommes l’arrière. 

Je me souviens aujourd’hui d’un dessin humoristique paru pendant la première guerre mondiale dans lequel deux poilus blottis dans une tranchée se demandent avec inquiétude à propos de l’arrière : “Tiendront-ils ?” 

Cette question, les Ukrainiens qui sont au front, militaires et civils, réfugiés et résistants, peuvent légitimement se la poser. 

Beaucoup d’entre eux ont sans doute compris qu’aucun Continuer la lecture de Dernière heure : à l’arrière 

Dernière heure : responsabilité limitée

 

Ukraine   J   12

Dernière heure : responsabilité limitée 

Gerhard Schröder, ancien Chancelier, et copain comme cochon avec V. Poutine, a longtemps défendu les positons du Kremlin. Il refuse toujours de démissionner de ses fonctions d’administrateur dans plusieurs sociétés pétrolières proches de Poutine.
Aujourd’hui, il condamne l’agression russe contre l’Ukraine, mais continue à partager les responsabilités entre Poutine et l’OTAN et à réclamer un allègement des sanctions contre la Russie. 

G. Schröder n’est pas le seul à excuser partiellement Poutine.  L’un d’entre eux, qui m’agace particulièrement, c’est Luc Ferry. Régulièrement en débat  sur LCI contre D. Cohn-Bendit, il continue à affirmer en secouant sa crinière que c’est l’OTAN Continuer la lecture de Dernière heure : responsabilité limitée

Dernière heure : les Russes détiennent la solution 

Ukraine  J  9

Dernière heure : les Russes détiennent la solution 

A présent, il est clair pour tout le monde, sauf pour le président de la Chine, pour celui de la Corée du Nord, pour Eric Zemmour, Jean-Luc Melenchon et pour quelques autres démocrates notables qui le soutiennent cyniquement, que Poutine a franchi les limites de la raison.

“Le pouvoir rend fou et le pouvoir absolu rend fou absolument.” 

Si, au cours des deux dernières décades, la conduite de Poutine a pu faire penser à quelques admirateurs de l’ordre qu’il était un stratège déterminé, il n’apparaît plus aujourd’hui que comme un paranoïaque isolé, aux déclarations incohérentes et aux intentions variables. 

Poutine fait bombarder les villes d’Ukraine avec des bombes à sous-munitions, Poutine envoie des missiles de croisières sur des zones résidentielles, Poutine fait tirer au canon sur une centrale nucléaire, Poutine menace le monde de l’arme atomique, Poutine va envoyer ses chars dans une ville de plus de trois millions d’habitants.

Poutine est fou, fou absolument. Il est de plus en plus clair que, fort de la certitude Continuer la lecture de Dernière heure : les Russes détiennent la solution 

Dernière heure : Où sont-ils ?

UKRAINE J 6     (8 heures du matin)

Dernière heure : Où sont-ils ?

On a du mal à trouver des informations sur les manifestations passées ou prévues en France en soutien à l’Ukraine, ou contre la Russie ou pour l’extension des sanctions ou tout simplement contre la guerre. Pourquoi ? Parce qu’il n’y en a pas, ou si peu.

Un invasion d’un pays proche, grand comme la France, presque aussi peuplé, doté d’un vrai parlement, d’un vrai président par un pays dirigé par un dictateur paranoïaque, dont les armées ont régulièrement prouvé leur extrême brutalité à l’égard des populations civiles, des centaines de milliers de réfugiés, en exode dans le froid, des hommes et des femmes préparant fébrilement d’inutiles tranchées et de dérisoires cocktails Molotov, armés de Kalachnikov disparates et de fusils de chasse à deux coups, trois millions d’habitants menacés par une gigantesque colonne de chars et de camions… et rien, pas une manifestation de masse annoncée à la République, aux Champs-Elysées, devant l’ambassade de Russie ou devant celle d’Ukraine.

Où sont-ils, les Indignés, les Insoumis, les Nuits-debout, les Anti-pass, les Anti-vax, ceux qui manifestaient contre les restrictions de liberté dues aux lois anti-terroristes ou à l’instauration du pass sanitaire ? Et les libertés des Ukrainiens, alors ?
Où sont-ils les lycéens, les étudiants toujours prêts à s’enflammer pour une noble cause ? Il y a pourtant des lycéens, là-bas ! Des étudiants aussi…

Où sont-ils les hommes politiques, les hommes publics, les comédiens, les philosophes, les intellectuels et tous ceux qui pendant des années nous ont expliqué combien V. Poutine était un homme intelligent, admirable, fort, un homme, un vrai, un fin joueur d’échec, un stratège d’exception ? Où sont-ils, les mêmes qui nous ont savamment démontré que c’était l’Ouest qui avait provoqué le dictateur russe et que nous ne récoltions que ce que nous avions cherché, et qu’en conséquence, il ne fallait pas se plaindre. Où sont-ils ? Ils sont plutôt discrets, ces derniers jours.
Y en aura-t-il un, un seul, pour se lever et dire à ses troupes, ses fans, ses suiveurs, ses disciples : ” Oh ! Les gars ! Je me suis planté ! Oui, je me suis trompé sur Poutine, complètement trompé !  Il ne fallait pas me croire ! Poutine, c’est l’horreur absolue ; Poutine, c’est Hitler ! ” ?
Un seul ?

Cette “dernière heure” est publiée plus tôt que d’habitude et son heure de rédaction est précisée. On comprendra probablement pourquoi.

Bientôt publié

Demain, 07:47 Divers mots d’hiver
Demain, 16:47 Rendez-vous à cinq heures : I got a woman
3 Mar, 07:47 Le bistrot parisien
3 Mar, 16:47 Souvenir de cinéma (13)

Dernière heure : Kiev, Lille, Marseille…

UKRAINE J.3     (11 heures du matin)

Dernière heure : Kiev, Lille, Marseille…

La presse : La bataille de Kiev a commencé… La capitale est sous les bombes…

Imaginez une bataille dans une ville historique et moderne de 3.000.000 habitants (dix fois plus importante que Lille, trois fois plus que Marseille.
Imaginez les Lillois aux abris dans les stations de métro, écoutant les sourds impacts des bombes, se demandant comment ils mangeront demain, comment ils survivront à la prochaine journée, espérant un secours qui ne viendra pas… Imaginez les Lillois se bousculer pour monter dans des trains, des bus et des camions à destination de la Belgique, les Marseillais affréter des petits bateaux pour fuir vers l’Italie…
Réalisez que les habitants de Kiev sont semblables aux Lillois, aux Marseillais, aux Parisiens. Ils sont commerçants, dentistes, fonctionnaires, employés de bureau, mères de famille, enfants, vieillards, malades…
Imaginez que leur vie, leur mort, leur futur dépend aujourd’hui d’un nouvel Hitler qui Continuer la lecture de Dernière heure : Kiev, Lille, Marseille…

Dernière heure : un peu d’humour dans l’eau froide

L’Allemagne a interdit le survol de son territoire pour les livraisons d’armes US à l’Ukraine/ Elle a aussi bloqué l’envoi d’armes par l’Estonie. Cependant,  pour rassurer l’Europe sur son engagement, la Ministre allemande de la Défense vient de déclarer sans rire :
” En guise de signal clair que nous sommes à ses côtés, nous allons fournir  5000 casques à l’Ukraine. » 

 

Dernière heure : mourir pour les Sudètes ?

Dernière heure : mourir pour les Sudètes ?

Je viens de voir un film sur Netflix, L’Étau de Munich, dont le cadre se situe pendant la crise des Sudètes en 1938. La crise des Sudètes, c’est cette période où Hitler, après avoir annexé l’Autriche, et souhaitant continuer à augmenter l’espace vital allemand comme il l’avait promis au peuple, masse ses troupes à la frontière avec la Tchécoslovaquie dont il exige qu’elle lui cède la région des Sudètes. La Tchécoslovaquie refuse. La tension monte, car si la France et l’Angleterre veulent défendre la Tchécoslovaquie, ce sera la guerre avec l’Allemagne. Les Français pas plus que les Britanniques ne veulent mourir pour ls Sudètes. Hitler les convainc facilement que s’ils lui laissent les mains libres pour annexer la région des Sudètes, c’en sera fini des revendications territoriales de l’Allemagne nazie, ce sera « la paix pour mille ans ». Les célèbres et désastreux accords de Munich sont signés en ce sens en septembre 1938. On connait la suite. Daladier à Paris, et Chamberlain à Londres sont accueillis en sauveurs de la paix. Cela leur vaudra une de ces fameuses apostrophes de Winston Churchill : « Vous aviez le choix entre le déshonneur et la guerre. Vous avez choisi Continuer la lecture de Dernière heure : mourir pour les Sudètes ?