Archives par mot-clé : Géraud

Aventure en Afrique (24)

temps de lecture : 4 minutes 

Les géomètres de la SOGETEC

Un matin Michel de Verdière m’indiqua que deux géomètres de la SOGETEC, finissaient un relevé de plusieurs centaines d’hectares dans la région de Tillabéry. Ils allaient remettre le premier jet de leurs documents et il faudrait contrôler sa précision pour valider leur travail.

Je trouvais deux hommes sympathiques d’environ 40 et 50 ans, vieux briscards de la topographie en Afrique. Jeunes géomètres, je devais contrôler leur travail ! J’ai eu grand plaisir de les rencontrer. Ils étaient volontaires pour s’expatrier ensemble trois mois par an. Continuer la lecture de Aventure en Afrique (24)

Aventure en Afrique (23)

temps de lecture : 4 minutes 

Les abaques 

Au bureau, où pendant notre absence un climatiseur avait été installé, j’ai établi un plan au 1/2000ème par retenues, en reportant à la main, les milliers de points que nous avions relevés. J’ai ensuite tracé les courbes de niveau et calculé les superficies qu’elles délimitaient. À partir de ces éléments je pouvais établir les courbes hauteur-volume dans un repère orthonormé ayant en abscisse les volumes et en ordonné l’échelle de crue.

Les courbes étaient belles et régulières. C’était ce que l’on appelle des abaques. J’étais très fier de mon travail et l’avais présenté à mes supérieurs. Ils avaient alors convoqué à Niamey les moniteurs agricoles de chacun des périmètres hydro-agricoles pour que je leur explique le fonctionnement de mon travail dans le but de réguler l’irrigation des cultures. Je leur ai également enseigné qu’il fallait tenir compte d’un paramètre qui était l’évaporation en raison d’environ 1 cm par jour. Pendant cette formation à ces hommes de niveau bac, j’avais l’impression de parler hébreu. Nous avions fait des travaux pratiques, pour que tous assimilent la lecture Continuer la lecture de Aventure en Afrique (23)

AVENTURE EN AFRIQUE (22)

temps de lecture : 4 minutes 

Il était de tradition au Niger lorsqu’en déplacement, on avait connaissance de la présence d’un coopérant isolé à moins d’une heure de route, de faire le détour pour lui rendre visite et passer avec lui la soirée et de repartir le lendemain. En Afrique on a du temps, on n’est jamais pressé. C’est comme cela que j’ai eu la visite un soir de Joël d’Auberville, un VP. L’AFVP (Association Française des Volontaires du Progrès) associations créée en 1963 à l’initiative de Charles de Gaulle, en réponse aux Peace Corps américains créés par J.F. Kennedy, qui existent toujours. De nombreux d’objecteurs de conscience masculins s’engageaient deux ans dans l’AFVP en remplacement du Service Militaire. En général ils étaient envoyés en brousse, dans des lieux difficiles ou isolés pour y exercer leur métier. Ils étaient visités régulièrement par un responsable de l’association. A l’époque, il nous a été raconté qu’un VP, dans un oasis dans la région de Bilma, avait été Continuer la lecture de AVENTURE EN AFRIQUE (22)

AVENTURE EN AFRIQUE (21)

temps de lecture : 3 minutes 

Un jour, en fin de soirée, Mamoudou était en avance pour venir nous chercher. Il était tout excité et me dit : « patron les Peuls viennent de me dire qu’à Kaoiara il y avait un charo ce soir et que nous pouvions y aller ». Je demandais ce qu’était un charo : « tu verras » ! Je demandais aux autres, ils ne connaissaient pas. Après l’aventure des zébus, je commençais tout de même à me méfier avec les Peuls mais « Bon, allé !, ce n’est pas trop loin, allons-y ».

Nous nous garons à l’extérieur du village. Nous sommes les seuls avec un véhicule. Nous nous rendons à pied sur la place principale du village. Là beaucoup de monde.

Je suis le seul “nassara”. Je me faufile pour être au premier rang suivi de mes gars. Au sol une limite Continuer la lecture de AVENTURE EN AFRIQUE (21)

AVENTURE EN AFRIQUE (20)

temps de lecture : 5 minutes 

Le lendemain soir après cette aventure, remis de nos émotions, nous nous sommes arrêtés à un puits où des animaux s’abreuvaient. Pas un cri, pas un beuglement. À chacun des deux puits, deux hommes remontaient de l’eau, avec un saut en cuir, qu’ils déversaient dans une grande outre de cuir dans laquelle venaient boire trois vaches et un veau. Au bout de quelques dizaines de secondes, au même moment, les bestiaux relevaient la tête et venait se placer un peu plus loin auprès de ceux qui avaient déjà bus. Et ils étaient remplacés par trois autres. Nous n’avions entendu aucun ordre, aucun sifflement Continuer la lecture de AVENTURE EN AFRIQUE (20)

AVENTURE EN AFRIQUE (19)

temps de lecture : 4 minutes

Le soir après le chantier, j’avais pris l’habitude de prendre une douche. Mon pantalon était alors surveillé et protégé par Issoufou, compte tenu de sa valeur puisqu’il contenait la fortune de toute l’équipée! Ensuite, pendant qu’il me préparait une soupe à la tomate, que je prenais brulante, j’effectuais les calculs sur les travaux de la journée pour vérifier qu’il n’y avait pas d’erreur ou anomalie.

Dès la première semaine de séjour, les uns après les autres mes gars tombaient malades (dysenterie). J’ai tout de suite supposé que cela pouvait venir de la qualité de l’eau. Je leur interdisais de boire l’eau du puits du village et leur imposait de consommer uniquement celle du mien. Ils vivaient tous à la capitale, buvaient de l’eau dite potable et avaient perdu Continuer la lecture de AVENTURE EN AFRIQUE (19)

AVENTURE EN AFRIQUE (18)

7 minutes

Morceaux d’aventures

L’Ader Doutchi Maggia

Un matin, début mars, une des “fatys” était venue me trouver à mon bureau, pour me dire que le directeur Amadou Cissé désirait me voir. Elle me précéda jusqu’à la porte de son bureau et vérifia par le petit trou, avant de frapper. Le chef démarra tout de suite l’entretien, m’expliquant qu’il y avait une dizaine d’années le Génie Rural avait effectué des travaux dans l’Ader Doutchi Maggia. Il me situa la région, dépendant de la préfecture de Tahoua, à l’ouest d’une ligne Malbaza-Tahoua. Il y avait été réalisé quatre retenus collinaires, dans les années 1960-1970, plus ou moins importantes, pour le compte de l’U.N.C.C. (Union Nigérienne de Crédit et de Coopération), sur les sites de Kaouara-Nord, Galimé-Mouléla, Toinfafi et Guidanmagagi. Elles étaient destinées à stocker Continuer la lecture de AVENTURE EN AFRIQUE (18)

AVENTURE EN AFRIQUE (17)

 5 minutes

Le parc du W

Le parc du W se trouve à environ 150 km au sud-est de Niamey. Ce complexe naturel transfrontalier de 10 000 km² ( 100 km X 100 km) se trouve à cheval sur le Niger, le Bénin, le Burkina-Faso. Crée en 1954, il a été reconnu « Réserve de biosphère » en 2002 par l’UNESCO. Il doit son nom à la forme en W que dessinent une série de méandres du fleuve Niger en ces lieux. Il est réputé pour ses grands mammifères : éléphants, hippopotames, lions, servals, antilopes, girafes, buffles, phacochères,… Nous nous y sommes rendus, Continuer la lecture de AVENTURE EN AFRIQUE (17)

AVENTURE EN AFRIQUE (16)

Kéita le chauffeur du porte char

Le Génie Rural possédait un peu de matériel lourd : pelles mécaniques, bulldozers, compacteurs, niveleuses, etc. Il était nécessaire de les transporter d’un chantier à l’autre, mais compte tenu de leur grande taille et leur petit nombre, cela était loin d’être quotidien. Keita était le chauffeur du porte char et faisait les transferts de ce gros matériel épisodiquement déplacé. Keita était donc souvent inactif mais faisait acte de présence et trainait dans la cour du Génie Rural. C’était un colosse Djerma, sympathique, parlant français. Je l’autorisais à venir se mettre au frais dans le bureau de la section qui était climatisée.

Un matin, Keita est arrivé dans mes locaux la mine défaite. Il n’avait pas dormi de la nuit. Je l’interrogeais et il me fit voir sa main droite entourée d’un gros pansement de chiffons : « une pièce du porte char a éclaté et m’a arraché un bout de doigt ». Je lui dis : «  je t’amène à l’hôpital », « non patron, il faut que tu soignes, tu as une petite pharmacie et il y a Madame pharmacie ». Je me suis laissé convaincre et il a défait doucement son bandage de fortune. Il manquait un bout de chair à son majeur, on apercevait l’os et l’odeur qui Continuer la lecture de AVENTURE EN AFRIQUE (16)

AVENTURE EN AFRIQUE (15)

Les girafes

Une de nos premières sorties en janvier, a été d’aller observer les girafes en totale liberté. Je les avais repérées aux environs de Boubon. Les girafes avaient migré de la zone sahélienne vers le sud à cause de la sécheresse persistante. C’est ce qui expliquait leur présence aux environs de Boubon. Après avoir laissé nos voitures en bordure de la piste, nous nous sommes enfoncés à pied dans la brousse. Après environ une demi-heure de marche nous avons trouvé notre première girafe. Et peu à peu nous nous sommes rapprochés. Nous admirions la grâce Continuer la lecture de AVENTURE EN AFRIQUE (15)