Archives par mot-clé : Lorenzo

Rendez-vous à cinq heures rue Durouchoux

La page de 16h47 est ouverte…

Rue Durouchoux

Durouchoux était le nom d’une rue où j’allais à l’école maternelle dans les douces années (pour les enfants) cinquante. Ce nom me faisait penser aux choux à la crème et je ne l’ai jamais oublié. En passant récemment dans ce quartier, je me suis aperçu que la rue Durouchoux, longeant à son grand tort la Mairie du XIV ème arrondissement, avait été
débaptisée au profit d’un élu socialiste récent, monsieur Castagnou. Intrigué, je suis allé me renseigner sur Internet.
Le lundi 22 mai 1871, à 7 heures du matin, une barricade s’élève au croisement entre la rue du Bac et la rue de Grenelle. A plus de 62 ans, défendant son commerce, Pierre Durouchoux s’élance avec Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures rue Durouchoux

Rendez-vous à cinq heures : le lotus bleu

La page de 16h47 est ouverte…

Le Lotus Bleu

L’importance des aventures de Tintin que je lisais et relisais sans arrêt pendant mon enfance me semble sous estimée. Je suis convaincu qu’elles m’ont, et nous ont, donné le goût, non seulement des voyages, mais aussi de l’Histoire. Certains n’y ont vu que racisme et colonialisme inacceptables. Je n’ai jamais eu ce sentiment. Non, au contraire, Tintin et Milou m’ont révélé des pays différents du mien. Ils m’ont donné l’envie de connaître les raisons de la guerre sino-japonaise, de visiter les tombeaux égyptiens et de savoir où se situait la Syldavie d’Ottokar. J’y ai découvert aussi les terribles révoltes en Amérique du Sud, l’aventure spatiale, le trafic Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures : le lotus bleu

Rendez-vous à cinq heures : La montagne

La page de 16h47 est ouverte…

La montagne
par Lorenzo dell’Acqua

Chez Ferrat, point de militantisme ni d’agressivité. Ses chansons ne veulent convaincre personne et ne veulent de mal à personne. Elles nous rappellent nos idéaux malmenés : l’humanisme, l’idéalisme et la fraternité. La mélodie est superbe et sa voix rocailleuse enlève toute mièvrerie à celles qui parlent d’amour. La similitude de ses textes avec les poèmes d’Aragon m’a fasciné depuis le début. Je mets au défit qui que ce soit, lorsqu’il entend ses chansons pour la première fois, de savoir si Ma Môme, La Montagne ou Je ne chante pas pour passer le temps, ont été écrites par lui ou Aragon. Ferrat a réussi, mais c’était un poète, à faire de ses choix politiques des thèmes de chansons pour, non pas convaincre, mais séduire. C’est ce qui le différentie de Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures : La montagne

Photos souvenirs – 1

Les enseignes de tous ces cafés fermés me font souvent penser aux voyages que nous avons faits ou bien à l’idée que je me suis faite de ceux que nous n’avons pas faits. A ces souvenirs réels ou imaginaires, il m’a semblé amusant de joindre des informations trouvées sur Internet.

Ce matin-là, je montais la rue Mouffetard et le premier café fermé sur mon chemin était … l’Ile de Crète, justement, un de nos Continuer la lecture de Photos souvenirs – 1

Rendez-vous à cinq heures : Eric Hazan

La page de 16h47 est ouverte…

L’Invention de Paris et Le Tumulte de Paris
d’Eric Hazan

Eric Hazan a publié plusieurs ouvrages sur Paris, une ville qu’il aime et dont il connaît tous les recoins. Il écrit bien et ses livres fourmillent d’informations passionnantes sur Paris. Dans Le Tumulte de Paris, il veut nous faire apprécier autant le Paris d’hier que celui d’aujourd’hui, voire de demain, dont l’architecture et la population ont changé. C’est un vœu respectable. Il n’y a rien de critiquable dans sa démarche sauf Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures : Eric Hazan

Rendez-vous à cinq heures : La sardine taguée

La page de 16h47 est ouverte…

La Sardine taguée !
J’ai traversé tout Paris pour aller pêcher cette sardine à Belleville. Malheureusement, elle était couverte de tags. Je trouve ce graphisme d’une laideur absolue. Triste constat : il y en a sur les rideaux de tous les magasins fermés, Covid oblige, ce qui fait un paquet. Ils ont donné aux rues de Paris un visage laid, sale et hostile. J’ai cherché quels étaient les moyens de lutter contre ce fléau et j’ai été rassuré car il existe un service dédié à la Mairie de Paris :

MAIRIE de PARIS : Délibération n° 2012 DPE 63-3 des 24, 25 et 26 septembre 2012 Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures : La sardine taguée

Rendez-vous à cinq heures : César et Rosalie revisités

La page de 16h47 est ouverte…*

Récemment, Lorenzo a revu César et Rosalie. Ça lui a fichu le bourdon. 

Pour parler d’un film du passé, comme César et Rosalie, il me semble qu’il faut, pour émettre un avis, avoir vécu à cette époque et dans le même monde pour justifier notre droit à dire que « ce ne sont pas les films qui vieillissent mal, mais nous ». Comment pourrions nous juger, cinquante ans plus tard et différemment d’alors, un film japonais qui se passe au Moyen-Âge ou un film de série B américaine du temps de la prohibition aux USA ? Je n’en vois aucune raison car du Moyen-Âge au Japon ou de la prohibition aux USA, je n’ai pas acquis de nouvelles notions depuis cinquante ans. Par contre, sur la vie Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures : César et Rosalie revisités

Rendez-vous à cinq heures : L’esprit de Cartouche

La page de 16h47 est ouverte…*

#JeNeMeConfineraiPas
Les chiens de garde peuvent bien aboyer, ma caravane passera !
Fabien Quedeville, médecin généraliste, relayé par Xavier Legay, twitteur.

Putain ! Quel courage ! C’est presque du Churchill.
On retrouve bien là l’esprit de résistance de Cartouche, Pancho Villa, Jean Moulin et Nicolas Bedos. De Florent Pagny aussi, pas mal. 

***

Et en supplément illustré, voici le “prière d’insérer” de Monsieur Lorenzo

Mon cher Racteur en Chef,
Suite à votre excellent article de ce matin sur la connerie abyssale des oiseaux, je vous préviens qu’il existe des mouettes mutantes d’une taille impressionnante et sachant lire. Il se pourrait que Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures : L’esprit de Cartouche