Archives par mot-clé : Jim

Rendez-vous à cinq heures : Jim fait le pont (2)

La page de 16h47 est ouverte…

Construire un pont, quelle bonne idée !
par Jim

Sidney Harbour Bridge

 

Sidney est loin de chez nous, en Australie, mais sans y avoir mis les pieds beaucoup connaissent au moins la vue de son pont et de son opéra. En France, il est fort à parier que le nom Sidney, pour les plus de 50 ans en tout cas, est surtout associé à Bechet, Sidney Bechet, un grand jazzman américain contemporain de Louis Armstrong qui s’est établi en France après la guerre pour ne plus la quitter. Elle lui a inspiré des mélodies inoubliables, “Les Oignons“, “Dans les rues d’Antibes“, et surtout des slows langoureux comme “Petite Fleur“ et “Si tu vois ma Mère“ que ceux qui ont dansé joue contre joue sur ces mélodies ont connu là les meilleurs moments de leur jeunesse. Woody Allen ne s’y est pas trompé en choisissant l’enregistrement de “Si tu vois ma Mère“ joué par  Sidney Bechet avec l’orchestre de Claude Luter comme musique d’accompagnement pour la longue introduction de son film “Midnight in Paris“. Mais à part ça, Sidney et ses très vastes alentours valent le déplacement.

Le JDC joindra certainement le lien pour voir et revoir ce fantastique moment de cinéma, Midnight in Paris, qui vous fera encore plus aimé Paris et ses nombreux ponts. Merci JDC !

Il n’y a pas de quoi. 

Bientôt publié
Demain, 07:47 Sémantique
Demain, 16:47 Dernière heure : un éditeur accepte Le Cujas ! (Suite)
19 Sep, 07:47 Sacrée soirée (12)
19 Sep, 16:47 Rendez-vous à cinq heures : Christian Bonnet, Ministre de l’Intérieur
20 Sep, 07:47 Tableau 364

Rendez-vous à cinq heures : Jim fait le pont (1)

La page de 16h47 est ouverte…

Construire un pont, quelle bonne idée !
par Jim

Construire un pont d’une rive à l’autre d’une rivière ou d’un précipice, c’est une bonne idée. Réfléchir à l’idée d’un pont pour passer dans l’au-delà, pourquoi pas. Chercher à établir un pont avec un autre, ennemi ou pas, pour trouver un accord, ça c’est aussi une bonne idée. Mais démolir ou couper les ponts, c’est une idiotie. Les ponts sont utiles et nécessaires, en plus ils sont souvent beaux, de véritables ouvrages d’art, grands ou petits.

Comme des milliers d’autres en France, petit pont de campagne quelque part dans le Morvan. Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures : Jim fait le pont (1)

Rendez-vous à cinq heures : Conradiologie

La page de 16h47 est ouverte…

CONRADIOLOGIE

Il est souvent question dans le JDC de Joseph Conrad ce dont je me réjouis car Conrad est incontestablement l’un de mes écrivains de prédilection.  Divers de mes commentaires m’ont donné l’occasion de le faire savoir et si dernièrement j’ai joint le dernier paragraphe du chapitre 36 du Miroir de la Mer à titre d’illustration de mon propos, j’ai regretté depuis de n’avoir pas retranscrit la totalité de ce chapitre 36 qui est à lire comme une nouvelle indépendante tant il résume parfaitement l’esprit de l’œuvre de Conrad.

Joseph Conrad est pour moi le maître incontestable Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures : Conradiologie

Rendez-vous à cinq heures : lettre de motivation

La page de 16h47 est ouverte…

Lettre de motivation

par Jim

À la suite de la publication des offres d’emploi de ce matin, le JdC a reçu la candidature suivante :

Curi Cul Homme Vit Héhéhé… – Lettre De Motivation  

Le Revendeur de Trous que vous recherchez c’est moi, vous n’en trouverez pas d’autres.

Le trou, c’est ma vie !

Je suis né dans un trou perdu du Saskatchewan nommé Keyhole, un nom prédestiné pour la suite de ma carrière renommée de Voyeur et Passeur par les Trous de Serrure, un métier rare dans lequel j’ai creusé mon trou tout seul, sans piston, je dirai même tout de mon cru.

En dépit d’une enfance de trousse-pet dont il ne me reste qu’un trou noir et de quelques trous de mémoire dans ma vie d’adulte dont je confesse une période troublante passée au trou mais dont je m’enorgueillis de m’être échappé par le trou de la serrure d’abord puis par une trouée dans Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures : lettre de motivation

Rendez-vous à cinq heures au Temple du Soleil

La page de 16h47 est ouverte…

L’ÉTRANGE AFFAIRE DU TEMPLE DU SOLEIL
par Jim,  envoyé spécial à Moulinsart

Cette affaire du Temple du Soleil, détruit par un tremblement de terre, puis ses ruines livrées à un pillage infâme, maintenant l’objet d’un projet de reconstruction sous l’égide d’une association aux intentions plus ou moins louches qui se domicilie au Château de Moulinsart, cette affaire, donc, mérite que nous nous intéressions à ses dessous et à leur propreté. Tout d’abord, existe-t-il un lien entre Moulinsart d’une part, ses acolytes Tintin, Hadock, Tournesol, le JDC d’autre part, et ce temple du soleil d’origine inca ? A l’évidence il y en a un, nous verrons plus loin lequel. Mais avant cela, que pouvait bien faire un temple inca à proximité de Champ-de-Faye, un paisible hameau de l’Aisne ? Cette improbabilité iconoclaste a été levée par le célèbre écrivain investigateur Laurent Binet (HHhH ; La septième fonction du langage) dans son dernier livre Civilisations. Binet nous apporte une explication uchronique mais irréfutable : l’inca Atahualpa, en guerre avec son frère, trop à l’étroit sur un territoire trop petit pour y avoir deux chefs, fatigué de porter sa misère hautaine, il décida avec quelques fidèles, ivres d’un rêve héroïque et brutal, de partir comme un vol de gerfauts hors du charnier natal sur l’océan vers l’est à la conquête d’un nouveau royaume. C’est ainsi qu’ils débarquèrent à Lisbonne en 1531, ville qui venait de subir un tremblement de terre dévastateur. Atahualpa ne se découragea pas et Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures au Temple du Soleil

Rendez-vous à cinq heures : L’éclat de la baudruche

La page de 16h47 est ouverte…*

L’excipit :  créer un texte se terminant par les phrases ci-dessous qui sont celles qui achèvent Victoireroman de Joseph Conrad. 

Davidson sortit son mouchoir pour essuyer la sueur de son front.
« Et alors, Excellence, je suis parti. Il n’y avait rien à faire là-bas.
– Manifestement », acquiesça l’Excellence.
Davidson, pensif, sembla peser l’affaire dans son esprit puis murmura, avec une tristesse placide :
« Rien ! »

L’éclat de la baudruche
par Jim

Les historiens s’accordent à penser qu’il existait autrefois un petit état, disparu aujourd’hui dans les circonstances que nous allons voir, situé quelque part au centre du continent sud-américain et dont l’origine remontait à la fin du quinzième siècle quand quelques conquistadors égarés y prirent racine. Son nom supposé était le Guadalatecas. Cet état avait une apparence : une gouvernance héréditaire depuis l’origine sur le modèle Kim nord-coréen ; et une réalité : une solitude imposée par Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures : L’éclat de la baudruche

Rendez-vous à cinq heures avec l’Entre-deux selon Jim

La page de 16h47 est ouverte…*


Comme vous l’avez compris, je l’espère, les textes en gras sont l’incipit et l’excipit d’ À la recherche du temps perdu, et ce qui est entre les deux est de Jim.

Mais il y a une différence notable avec les deux tentatives précédentes. Celle de Jim est faite avec le véritable excipit de la Recherche et non avec celui de l’avant dernier volume, vessie que la Rédaction vous a fait prendre pour une lanterne. Donc, voici avec la véritable fin du Temps retrouvé : 

Longtemps, je me suis couché de bonne heure,
non par envie, mais motivé par la nécessité de me lever de bonne heure le lendemain matin afin d’arriver suffisamment tôt au bureau pour y achever, non une œuvre, mais les responsabilités qui étaient les miennes, dans les diverses sociétés dispersées en France ou ailleurs, cependant la plupart du Temps sous l’égide Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures avec l’Entre-deux selon Jim