Archives par mot-clé : élections

Dernière heure : Fluctuat nec mergitur

2 minutes

Fluctuat nec mergitur
C’est la devise de Paris que je vous sers ici, hors de son contexte, mais pas hors de propos quand on se rappelle ce qu’elle signifie : “Je flotte mais ne sombre pas”

Je le disais il y quelques jours, le 8 juin, juste avant le premier tour des élections législatives : « Attention, il n’y a pas de campagne… Marine Le Pen reste silencieuse et Jean-Luc Mélenchon ne dit presque rien. Alors, on ne parle plus des vraies choses qui fâchent… Faites gaffe, les gars ! Faites bien gaffe !»

Et, aujourd’hui, en direct de la demie-finale ENSEMBLE – NUPES sur le court central :   égalité, 40 partout, service NUPES  ! 

Égalité, et toujours pas de campagne. Sauf celle de J-L.M. qui, avec son talent habituel, persiste à réclamer le poste de Premier Ministre auquel il jure avoir droit, demande un déferlement du peuple Continuer la lecture de Dernière heure : Fluctuat nec mergitur

¿ TAVUSSA ? (22) Jours critiques

Aujourd’hui, critiquer François Fillon, c’est compréhensible, c’est même normal. Fillon, vous vous souvenez ? Celui qui nous a mis dans cette situation où nous allons devoir choisir non pas entre la peste et le choléra —on a bien failli— mais entre la typhoïde et le rhume des foins ? Tout à fait entre nous, nous aurions bien dû nous douter que, malgré son intime et ancienne conviction d’être un jour président, il ne pourrait pas arriver jusqu’au bout. Souvenez-vous de notre surprise dans l’affaire des élections pour la présidence de l’UMP quand nous avons réalisé qu’il n’avait pas prévu que Copé allait bourrer les urnes. Ne pas concevoir que Copé puisse tricher pour la seule raison qu’il avait promis de ne pas le faire, c’était un peu comme la tortue africaine qui accepte de faire traverser la rivière au scorpion —si par extraordinaire vous ne connaissez pas cette histoire, voyez la note * en bas de page. On frémissait déjà à la pensée de Fillon faisant preuve d’une telle imprévoyance, d’un tel manque de psychologie, d’une telle naïveté face à de bonnes paroles de Poutine ou à des promesses de Trump ! Après cet épisode, le doute commençait à nous habiter, mais on lui en laissait encore le bénéfice. Pourtant, sa réaction à l’entourloupe meldoise (de Meaux) toute Continuer la lecture de ¿ TAVUSSA ? (22) Jours critiques

¿ TAVUSSA ? (21) Apostrophe aux Sondés

Après mille deux cent trente-neuf jours d’apolitisme engagé, après plus de quatre cents textes d’une neutralité remarquable quoique souvent frustrante, après trois années et demi de centrisme-droitier réfréné, la rédaction du Journal des Coutheillas n’en peut plus.

Certes, le JdC s’était permis récemment quelques libertés : dans des textes d’une bienséance légèrement écœurante, la rédaction avait probablement laissé deviner ses opinions sur quelques sujets véniels de politique mineure, tels que le saut dans le vide du Royaume-Uni, la prise de la Maison Blanche par Achille Zavatta ou l’étrange langage du télévangéliste favori des médias.

Ces textes-soupapes étaient devenus indispensables à la santé mentale du Rédacteur en Chef, mais ils ne prétendaient nullement exercer quelque pression que ce soit sur le lecteur du JdC. Ils ne faisaient que constater un état des choses de ce monde à un instant donné.

Mais la saison n’est plus à ces observations pleines d’ironie subtile : nous sommes en danger, en danger imminent, en danger immédiat, et il est temps de s’exprimer plus clairement. Et c’est pourquoi je m’adresse ce matin à cette partie mystérieuse de la population, celle que personne n’a jamais rencontrée, cette catégorie de citoyens et de citoyennes soigneusement sélectionnés, et parfois même chichement rémunérés, bref cet échantillon humain dont on affecte de croire qu’il pense comme nous, et, à cet échantillon, je lui dis :

—Dites ! Les Sondés ! Vous avez vu ce qui se passe ? Vous avez vu Continuer la lecture de ¿ TAVUSSA ? (21) Apostrophe aux Sondés