Photos souvenirs – 8

Nous avions fini par nous en convaincre : nous ne serions jamais grands parents. Quel paradoxe pour Anne et moi qui avions toujours adoré les enfants et surtout les nôtres ! Et puis, à 70 ans, il nous en est arrivé trois de suite : Gabrielle, Vadim et Jeanne. Dire que nous en sommes heureux est très en deçà de la vérité même si nous aurions préféré avoir quinze ans de moins pour mieux nous occuper d’eux.

“Etre grand-père ne m’ennuie pas du tout. Ce qui m’ennuie c’est d’être marié à une grand-mère.” Woody Allen.

***

L’Acropole ne m’a pas laissé un souvenir impérissable : elle est bien plus belle vue d’avion. Et puis, je n’ai jamais été sensible aux cailloux bien que là ils tiennent à peu près debout. Malgré tous mes efforts, il m’est impossible de me projeter à son époque ; même difficulté à Pompéi, Delos, Ségeste ou Ephèse. Seuls les vestiges de l’Egypte, avec ses temples gigantesques et ses tombes couvertes de bandes dessinées, m’ont ému.

«Un crime contre l’Acropole !». C’est ainsi que la présidente de l’association des archéologues de Grèce, Despina Koutsoumba, qualifie les travaux réalisés au sommet de la colline sacrée, classée au patrimoine de l’Unesco. Un mot pourrait les résumer : «bétonisation». En effet, un large chemin a été tracé pour déambuler autour des différents monuments du site : le Parthénon, l’Erecthéion, les Propylées ou le temple d’Athéna Niké. Pour le construire, du béton armé a été posé sur les roches antiques, recouvert ensuite de ciment. Désormais, le sommet de la colline, à 157 mètres au-dessus du niveau de la mer, ressemble plus à une voie cyclable ou à une piste de skateboard qu’à un site historique où admirer les vestiges de l’Antiquité.

Dans mon enfance, il n’y avait pas de phare au bout de la jetée du port de Comberge. Il faut dire qu’il n’y avait pas de bateaux non plus à l’intérieur. Plus tard, nous nous sommes retrouvés à La Flotte dont le port asséchait lui aussi à marée basse mais qui possédait un vrai phare avec un chapeau vert. Juste à côté de lui, il y avait jadis un truc noir, une sorte de verre de vin d’Alsace géant, dont la disparition en 2019 ne fut remarquée par personne. Pour preuve de ma reconnaissance, je fis une exposition de photos du phare de La Flotte par tous les temps, en toutes saisons et à toutes les heures de la journée.

Le mot phare vient de Pharos, île située au large d’Alexandrie, en Égypte, sur laquelle Ptolémée Ier fit construire un phare immense, au début du IIIe siècle av. J.-C.. Le phare d’Alexandrie était considéré comme la septième merveille du monde, et surtout le plus haut phare du monde, si l’on en croit les historiens et archéologues. Il mesurait plus de 100 mètres de haut et on pouvait le voir à une distance de 50 km. À titre de comparaison, le plus haut phare d’Europe est actuellement celui de l’île Vierge, qui mesure 82,50 m. Le phare d’Alexandrie disparut totalement au XIVe siècle à cause de plusieurs tremblements de terre.

Le basilic est pour moi la saveur de l’Italie. Il parfume de nombreux plats dont les spaghettis à la tomate, l’ail et l’huile d’olive que nous avions découverts sous les arcades de la Place d’Arezzo. Basilic ressemble au prénom Basile, celui de mon ami disparu, et à Basilicate, une des rares provinces d’Italie que nous ne connaissons pas encore.

Lorenzo dell’Acqua

Bientôt publié
12 Oct, 07:47 ¿ TAVUSSA ? (79) : Ironique Amérique
12 Oct, 07:47 Un résumé de La Recherche
13 Oct, 07:47 Sacrée soirée ! (20)
14 Oct, 07:47 Esprit d’escalier n°23

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.