Photos souvenirs – 2

Lorenzo poursuit son pèlerinage des bistrots évocateurs de souvenirs


Celui-là, je ne le connais pas et il ne me rappelle rien du tout mais les œuvres de Misstic fleurissent par bonheur les rues de Paris enlaidies par la Maire Hidalgo. Je ne sais pas quand elle a fait ce pochoir mais il est d’une actualité effrayante. Quant au nom du café, il me rappelle ce dessert que nous faisait jadis une amie qui ne savait faire que celui-là. Elle avait réussi à nous en dégoûter à jamais.

Extrait de Wikipédia : Un plat salé similaire peut être réalisé avec de la viande de bœuf ou de mouton. Dans ce cas, la recette ne comporte pas de sucre. On peut aussi cuisiner ce plat avec des courgettes, du bacon et du parmesan. La pâte est alors au parmesan, à la farine, à la chapelure, avec une pincée de paprika et une gousse d’ail écrasée.

Je ne connais pas le Vietnam et je n’ai même jamais mis les pieds en Indochine ce que je regrette. Ce pays, je ne le connais qu’à travers des filtres comme le roman de Blondin, Un Singe en Hiver, ou les dialogues de films écrits par Audiard, ou encore les récits de guerre de mon beau-père. Je m’en souviens aussi à cause du Crabe Tambour, un film célèbre de Pierre Schoendorfer, qui m’avait envoûté au point de me faire en chercher la raison. J’ai surtout compris que ceux qui avaient vécu en Indochine avaient eux aussi été envoûtés.

Extraits de Wikipédia : « Saïgon se présente sous l’aspect d’un immense parc auquel la magnificence des plantes et le coloris de fleurs gigantesques contribuent à donner à cette cité, sur les autres villes d’Extrême-Orient, la supériorité de l’élégance. On peut passer agréablement une semaine à Saïgon. Aujourd’hui, Hô Chi Minh-Ville a perdu l’essentiel de son patrimoine colonial en dehors des monuments et totalement perdu son caractère de « parc urbain ». Sa réputation est celle d’une ville sur-active et bruyante, qui a abandonné la palme du charme colonial à des villes telles que Phnom Penh, Vientiane ou surtout la beaucoup plus petite Luang Prabang ».

Je me doute bien que La Grange aux Canards n’est ni un pays ni une destination touristique. Je l’ai néanmoins retenue parce que les canards m’ont fait voyager dans des pays que vous ne pouvez pas connaître. Pour cela, il faudrait être allé chasser à la passée un soir d’hiver autour d’un étang de Sologne envahi par la brume, l’obscurité et la froidure. Le plus insoutenable n’était pas la rudesse du climat mais les hurlements des bêtes sauvages qui nous entouraient. Il y avait de quoi avoir une trouille bleue, je vous jure, surtout quand on est parisien.

Pour chasser à la passée, il est impératif de respecter les horaires légaux (rapprochez-vous de votre fédération de chasse, de votre société de chasse ou ACCA afin de connaitre ces modalités).

Voilà une région de France qui m’a toujours fasciné à cause de l’Histoire, à cause du Vin et à cause du Canal. Quand nous y étions allés, nous avions dormi dans une péniche amarrée sous la forteresse de Châteauneuf en Auxois. La Bourgogne, ce sont les Hospices de Beaune et ses caves, le Duc mort dans la neige, Saint Romain où Clara était allée en classe verte, la maison des Ramel à Tournus, le fabuleux Meursault qu’apportait monsieur Gras à la chasse, le canal qui se perd près de Montbard, la patrie de Buffon, les châteaux de monsieur de Contençon près d’Autun et celui de monsieur Vieillard-Baron, Quarré-les-Tombes la bien nommée dans le Morvan où les Chevillotte avaient une maison de famille, le lac des Settons dont nous avions tenté de faire le tour en vélo ….

Extraits de Wikipédia : C’est sous le règne des quatre ducs de Bourgogne (1364-1477) que furent édictés les règles destinées à garantir un niveau qualitatif élevé. En l’an 1395, Philippe le Hardi décida d’améliorer la qualité des vins et interdit la culture du « vil et déloyal gamay » au profit du pinot noir dans ses terres.

Bientôt publié

5 Juin, 16:47 Dernière heure : Communiqué
6 Juin, 07:47 ¿ TAVUSSA ? (75) – Les placards du Luxembourg

5 réflexions sur « Photos souvenirs – 2 »

  1. Vous aurez remarqué la logorrhée délirante de Philippe sur la Passée aux Canards qui contraste avec son étrange mutisme sur les vins de Bourgogne et les desserts sucrés.

  2. Contrairement à Philippe Rambo, moi, j’allais la passée aux canards sans armure, ni bazooka, ni tank. Voilà pourquoi mes souvenirs d’enfant terrorisé lui semblent ridicules. Mais moi, monsieur, je ne jouais pas à la chasse comme certains dans La Règle du Jeu, j’allais à la « vraie » chasse, les mains nues, sous la neige, au milieu des meutes de loups, pendant les hivers glacials de la guerre de cent ans car, à cette époque, on ne mangeait pas tous les jours à notre faim alors que certains ingénieurs capitalistes planqués que je ne nommerai pas engloutissaient dès le petit déjeuner des entrecôtes frites et du Beaujolais à ébullition.

  3. Le petit Saigon était tenu par des femmes d une meme famille
    C etait souvent le cas pour les résidents Vietnams
    Maintenant ils ont pratiquement tous disparu
    Et c’est bien dommage

  4. Ah ! le hurlement des bêtes sauvages en Sologne, le soir à la passée !…Le rugissement du lièvre cruel, roi des prairies humides, le braiment de la perdrix asiatique qui rampe dans les blés noirs, le feulement du mulot sournois achevant sa proie, le ricanement du lapin agile subjuguant sa victime, le barrissement du hérisson trompeur chargeant dans l’allée forestière, la stridulation du ver de terre impitoyable, le grondement du furet à lunettes… Terrifiant tout ça, terrifiant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.