Rendez-vous à cinq heures avec Monsieur le Duc

la page de 16h47 est ouverte…

 

Le duc de Guermantes va en soirée

Voici un extrait de A la recherche du temps perdu – Le côté de Guermantes – lu par Guillaume Gallienne.

Le narrateur est reçu par le duc de Guermantes qui est impatient de se rendre à une soirée. Deux évènements risquent d’empêcher ou de retarder le duc dans son projet : que s’achève l’agonie d’un cousin germain et qu’Oriane, la duchesse, ne soit trop retardée par la visite attendue de Charles Swann. 

Cette lecture dure presque une heure, mais rien ne vous oblige à l’écouter jusqu’au bout. 

Le premier quart d’heure est une démonstration éclatante de deux talents : celui du petit Marcel à décrire l’égoïsme du duc de Guermantes et ses petites habiletés pour que la mort de son cousin ne vienne pas gâcher la soirée de fête à laquelle il a prévu de se rendre et celui de Guillaume Gallienne à rendre vivants par les seules inflexions de sa voix les différents personnages du roman. 

 

4 réflexions sur « Rendez-vous à cinq heures avec Monsieur le Duc »

  1. C’est curieux, je me sens un peu visé par les commentaire de la vénérée (et vénéneuse?) Ariégeoise… Mais je ne m’en offusque pas ! Pour cause de mariage (pas le mien, mais celui de mon fils) et de chaleur corse, je ne suis guère disponible en ce moment, mais j’entends la leçon, l’incitation, voire l’injonction cachée. Je garde donc le lien…

  2. J’ajouterai que, si ma mémoire est bonne, ce qui devient un voeu pieux, que dis-je un voeu pieux, une auto-fiction, je crois m’être énervé plutôt contre mes concitoyens qui soutiennent plus ou moins implicitement Poutine que contre Poutine lui-même. On sait par ailleurs que le Grand Timonier (il vaut mieux l’appeler comme ça que par son impossible nom) est aussi autoritaire, menteur et probablement corrompu que V.Poutine, mais qu’il a vraisemblablement l’esprit plus commerçant que guerrier.

  3. On ne peut pas aboyer après tout le monde tout le temps.
    Et puis, il fait chaud.

  4. au fait , les fusées du grand Timonier ne déclenchent aucune réaction chez notre redac chef ? Il est vrai que Taïwan n’est pas aux portes de l’Europe…
    Proust en écoute, tu persistes, sans doute dans l’intention d’attirer des récalcitrants dans le monde subtil du petit Marcel.
    Et leur donnera peut être l’envie d’ouvrir leur pleiade…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.