Dernière heure : mourir pour les Sudètes ?

Dernière heure : mourir pour les Sudètes ?

Je viens de voir un film sur Netflix, L’Étau de Munich, dont le cadre se situe pendant la crise des Sudètes en 1938. La crise des Sudètes, c’est cette période où Hitler, après avoir annexé l’Autriche, et souhaitant continuer à augmenter l’espace vital allemand comme il l’avait promis au peuple, masse ses troupes à la frontière avec la Tchécoslovaquie dont il exige qu’elle lui cède la région des Sudètes. La Tchécoslovaquie refuse. La tension monte, car si la France et l’Angleterre veulent défendre la Tchécoslovaquie, ce sera la guerre avec l’Allemagne. Les Français pas plus que les Britanniques ne veulent mourir pour ls Sudètes. Hitler les convainc facilement que s’ils lui laissent les mains libres pour annexer la région des Sudètes, c’en sera fini des revendications territoriales de l’Allemagne nazie, ce sera « la paix pour mille ans ». Les célèbres et désastreux accords de Munich sont signés en ce sens en septembre 1938. On connait la suite. Daladier à Paris, et Chamberlain à Londres sont accueillis en sauveurs de la paix. Cela leur vaudra une de ces fameuses apostrophes de Winston Churchill : « Vous aviez le choix entre le déshonneur et la guerre. Vous avez choisi le déshonneur. Vous aurez la guerre. »

Le film, d’un intérêt moyen, est d’une excellente qualité sur le plan de la reconstitution (décors, costumes) et des acteurs, notamment avec Jeremy Irons dans le rôle de Chamberlain. Dans une tentative de réécriture de l’Histoire, le film se termine sur un commentaire affirmant que la signature de l’accord avait réussi à reculer la guerre d’un an (et même davantage si l’on considère que les affrontements n’ont vraiment commencé qu’en juin 1940), donnant ainsi le temps aux Anglais de mieux se préparer à ce qui allait suivre. Au contraire, il me semblait à moi avoir lu et entendu des historiens affirmer qu’à l’époque de Munich, les armées anglaises et surtout françaises étaient nettement supérieures à l’armée allemande et qu’une guerre déclenchée à ce moment-là aurait eu une toute autre issue que ce que l’on connaitra deux ans plus tard, après qu’Hitler ait eu deux années de plus pour renforcer son armée.

Si l’Étau de Munich réécrit l’Histoire, l’Histoire, elle, se répète ; ou plutôt non, comme disait Marx, l’Histoire ne se répète pas, elle bégaie.

En ce moment, après avoir annexé de facto la Crimée et quelques petits territoires, Poutine exige des USA et de ses alliés la promesse que l’Ukraine ne rejoindra jamais les rangs de l’OTAN. C’est tout ce qu’il demande, Poutine, c’est tout ce qu’il veut. Après, ce sera « la paix pour mille ans ».

En attendant, Poutine a massé des troupes à la frontière ukrainienne, il manipule des hommes politiques ukrainiens pro-russes, pirate les systèmes gouvernementaux ukrainiens pour bloquer le pays, prépare des incidents internes pour justifier une nouvelle pénétration en Ukraine.

Hier soir, le Département d’État a mis en état d’alerte maximale 8500 hommes de plus en soutien immédiat des forces de l’Otan. Certains membres de l’Alliance commencent à bouger des troupes. Le porte-avions Charles De Gaulle repart en Méditerranée. De terribles sanctions économiques sont promises à la Russie. Tout le monde semble d’accord. Tout le monde ? Pas tout à fait. L’Allemagne semble bien freiner des quatre fers et briser cette unanimité occidentale. : un Amiral dit que tout ce que veut Poutine, c’est d’être bien considéré. Le Chancelier allemand dit que les sanctions, hein, faudra faire gaffe.

Et pourquoi donc ? L’antimilitarisme traditionnel de l’Allemagne ? Pensez-donc !

Sous la pression des verts, l’Allemagne s’est lancée dans une folle politique de dénucléarisation de son énergie. Elle dépend donc aujourd’hui principalement de son charbon et du gaz russe. Passons provisoirement sur le fait qu’avec son charbon, elle contribue notablement à l’accélération du réchauffement climatique et à la pollution atmosphérique de l’Europe du Nord.

Mais ne passons pas sur le fait que son indulgence actuelle vis-à-vis de la Russie vient essentiellement de sa dépendance énergétique.

En cas de sévères sanctions économiques, la seule réponse non militaire que Poutine pourrait avoir et pourrait peut-être tenir (mais combien de temps) serait une réduction de ses exportations de gaz vers l’Europe de l’Ouest et principalement vers l’Allemagne, ce qui serait catastrophique pour sa belle industrie exportatrice.
Poutine a donc trouvé son maillon faible, l’Allemagne.

On notera au passage qu’encore une fois, l’intransigeance militante écologiste aura conduit à un résultat opposé aux intérêts de l’écologie : elle aura provoqué une plus grande pollution d’une région du monde, accéléré encore le réchauffement climatique et renforcé le pouvoir d’un dictateur climato-sceptique.

A propos de bottes, la Finlande, qui a une longue frontière commune avec la Russie, une très bonne connaissance des méthodes ancestrales de son voisin, et probablement aussi une grande confiance dans les déclarations de ses dirigeants, demande à intégrer l’OTAN avec insistance.

 

8 réflexions sur « Dernière heure : mourir pour les Sudètes ? »

  1. Un autre, c’est Joe Biden, car il va pouvoir vendre encore un paquet de F35 à des pays de l’OTAN.
    Jeter de l’huile sur le feu est une technique de mercatique qui marche bien dans le domaine de la guerre. Comme en 14.
    Non, pour les industriels américains de l’armement, l’OTAN n’est pas morte.
    Commercialement, c’est génial pour eux.
    On peut comprendre Poutine jusqu’à une certaine limite.

    Maintenant, rebelote avec l’AUKUS. Génial, non ?
    Heureusement, nous avons refusé de nous laisser embarquer dans cette combine.
    Les Australiens, les pauvres…

  2. Au fait, il y en a un autre qui rit sous cape, qui rigole même: XI Jinping.

  3. Poutine fait du Poutine. Rien d’étonnant là dessus, nihil novi sub sol, on devine (même moi) ses motivations, ses ambitions, ses problèmes de politique intérieure surtout, et les seuls moyens disponibles (militaires bien sûr) qu’il déploie pour obtenir une concession quelconque pas très bien définie d’ailleurs, peut-être pas que territoriale, plutôt une influence sur le plan international que la Russie/URSS a perdue, en profitant des faiblesses et des divisions chroniques de l’ouest (dans le désordre, les USA, l’OTAN, l’EU) pour arriver à ses fins que je croie pour ma part assez obscures. Mais de là, un Biden qui fait rapatrier son personnel de l’ambassade US à Kiev, un Bojo qui lui emboîte le pas, une Allemagne empêtrée dans ses contradictions pour chauffer ses chaumières cet hiver, tout ça, oui, ça doit le faire rire sous cape car ça marche visiblement. Effervescence diplomatique, médiatique (même le JDC participe), et une fois de plus exhibitions de muscles gonflés à la testostérone.

  4. Au gaz russe stratégique, il faut ajouter les terres rares chinoises dont notre haute technologie est friande.
    Alors, si la Chine revendique la Nouvelle-Calédonie, ce ne sera pas triste.
    Heureusement, nous avons la technologie des REP (dont les EPR) et des Petits Réacteurs Modulaires (PRM/SMR) de nos sous-marins et porte-avion.
    Certes, on dépend de l’uranium du Mali mais il y en a autre part, dont l’océan en quantité illimitée, sans oublier le thorium indien, nos amis, pour les sels fondus.
    Il était donc plus que temps de se réveiller en REP/PRM, en attendant de sortir de l’ornière de Flamanville.

    Ré-ouvrons aussi nos mines (en fait, des terrils) de terres rares.

  5. @Lariegeoise, demain matin on revient aux choses sérieuses : La nuit des Roggenfelder en texte intégral non expurgé. Je sais, ce n’est qu’une rediffusion, mais ça fait plaisir à ceux qui n’aiment pas lire par petits morceaux.
    Et l’après midi, ce ne sera pas du jazz, mais ce sera chouette quand même.

  6. Une annexion de la Crimée, une occupation du Donbas, 120000 hommes à la frontière russo-ukrainienne, des missiles à la frontière ukro-bielarusse … tout ça juste pour se faire rire sous cape ?
    On serait effervescent à moins.
    Content de voir que C dans l’air a repris mon sujet.

  7. J’en connais un qui doit rire sous cape de l’effervescence qu’il a provoqué à l’ouest: Vladimir Poutine.

  8. C’est du jazz d’habitude à cette heure, ou du cinéma….
    Bref on se la coulait douce aujourd’hui: une photo ce matin , rien de prévu a16 h47….
    Or voilà que déboule une analyse passionnante de l’air du temps extérieur : le détours par les Sudetes est subtil , car au lieu de tomber à bras gauche sur « l’abominable « Poutine, il nous suggère que le problème c’est encore l’Allemagne: la décision de sortir unilatéralement du nucléaire a été une folie dont il faudra bien que Sainte Angela porte La Croix.
    Petit Jupiter rencontre ce soir le grand méchant mou allemand … une rencontre dont Poutine doit craindre beaucoup , lui qui nous a déjà envoyé ses mercenaires au Mali….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.