De la naissance des théories complotistes

Si l’homme était forcé de se prouver à lui-même toutes les vérités dont il se sert chaque jour, il n’en finirait point ; il s’épuiserait en démonstrations préliminaires sans avancer ; comme il n’a pas le temps, à cause du court espace de la vie, ni la faculté, à cause des bornes de son esprit, d’en agir ainsi, il en est réduit à tenir pour assurés une foule de faits et d’opinions qu’il n’a eu ni le loisir ni le pouvoir

d’examiner et de vérifier par lui-même, mais que de plus habiles ont trouvés ou que la foule adopte. C’est sur ce premier fondement qu’il élève lui-même l’édifice de ses propres pensées. Ce n’est pas sa volonté qui l’amène à procéder de cette manière ; la loi inflexible de sa condition l’y contraint.

Il n’y a pas de si grand philosophe dans le monde qui ne croie un million de choses sur la foi d’autrui, et qui ne suppose beaucoup plus de vérités qu’il n’en établit.

Alexis de Tocqueville – De la démocratie en Amérique – 1848

Oui, d’accord, Alexis. Mais il faut bien dire que c’est aussi comme ça que naissent les croyances, les fake news et les théories complotistes (avec la condition supplémentaire, il est vrai,  d’avoir à y ajouter une sérieuse dose de bêtise.)

Bientôt publié

Demain, 07:47 Le Cujas (78)
11 Juil, 07:47 ¿ TAVUSSA ? (76) – Mais où donc habite le Diable ?
11 Juil, 16:47 Rendez-vous à cinq heures : Anne H. est-elle de gauche ou d’ailleurs ?
12 Juil, 07:47 Il n’y a plus de temple du soleil
13 Juil, 07:47 Le Cujas (79)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *