Dernière heure : Stiller, c’est demain

Dernière heure : Stiller, c’est demain

Bon, la suite du Cujas, ça commence demain matin. 
Je ne vais pas vous refaire le coup du résumé des chapitres précédents — vous n’avez qu’à avoir un peu de mémoire, bon sang ! —  mais je vais quand même vous rappeler les faits essentiels

Le 5 mai 1935, Dashiell Stiller, né à New York en 1916, fait une photographie de la terrasse du café Le Cujas, 51 boulevard Saint Michel à Paris. Sur cette photo, on peut voir les personnages suivants :

-Marcel Marteau
-Antoinette Gazages
-Robert Picard
-Armelle Poder, dite Simone Renoir
-Antoine de Colmont
-Georges Cambremer
-Samuel Goldenberg, dit Sammy de Pantin
-Achir Soltani, dit Casquette

En 1948, treize années plus tard, Dashiell Stiller revient à Paris et rencontre les uns après les autres les personnages de la photo pour recueillir leur témoignage sur un peu tout, principalement leur vie et ce qu’il connaisse de celle des autres personnages. Antoine de Colmont étant mort à la guerre, c’est sa femme, Isabelle qui fait à Dashiell ses confidences ainsi que les honneurs éphémères de son lit. Quant à Samuel, c’est par son journal intime que Dashiell fait connaissance avec lui.

Il y a aussi un personnage qui n’apparait pas sur la photo mais qui mérite qu’on l’entende, c’est Mattias Engen, dit Le Suédois. Sa rencontre avec Dashiell s’est achevée en même temps que le chapitre 9, par une nuit de décembre enneigée, dans la chambre d’hôtel que l’Américain occupe depuis six mois, rue Cujas justement, tout près du Café Le Cujas.

Maintenant, il va falloir que vous fassiez un peu attention car le chapitre qui vient va naviguer à travers le temps. La preuve : il commence un soir de printemps, en 1945, dans les Alpes bavaroises.

À vous les studios…

Bientôt publié

7 Juin, 07:47 Le Cujas (67)
8 Juin, 07:47 Plein soleil – Critique aisée n°215
9 Juin, 07:47 Tableau 351

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.