Un flic – Critique aisée n°214

Critique aisée n°214

Un flic
Jean-Pierre Melville – 1972
Alain Delon, Catherine Deneuve, Richard Crenna

Wikipedia vient de me rappeler qu’« Un flic », que je viens de revoir sur Netflix, c’était le dernier film de Melville. Alors, je vais mettre la pédale douce.

Je ne dirai donc pas qu’« Un flic », c’est un film ennuyeux, dont le scenario est sans intérêt, où l’interminable scène d’action principale est laborieusement tournée avec des maquettes de train et d’hélicoptère à peine dignes d’un feuilleton pour enfants des années 50, dans lequel les seuls acteurs qui se donnent la peine de jouer le peu qu’on leur donne sont André Pousse, tout naturellement dans le rôle d’un gangster, et Paul Crauchet dans celui du chien (triste) du commissaire, les autres acteurs étant là seulement pour faire les têtes d’affiche, Alain Delon, Catherine Deneuve et Richard Crenna.

Je ne dirai pas non plus qu’à aucun moment on ne croit à cette histoire de commissaire qui serait l’amant de la maitresse du tenancier-de-boite-de-nuit-chef-de-bande, et pas seulement à cause du jeu parfaitement plat des acteurs.

Je dirai seulement qu’on peut se laisser prendre par les premières dix minutes et parfois séduire par le parti-pris esthétique de Melville, avec ses couleurs gris-bleu, ses lenteurs exagérées et sa musique de Jazz.

Et j’ajouterai enfin que, lors de sa sortie, le film avait eu un succès très raisonnable.

Va savoir pourquoi ?
Delon + Deneuve peut-être ?
Les deux plus grands acteurs français à jouer comme des statues de plâtre. Ils ne sont pas les seuls, mais eux sont les plus connus.

Cordialement

Bientôt publié

4 Juin, 07:47 Ne nous fâchons pas !
5 Juin, 07:47 Photos souvenirs – 2
5 Juin, 16:47 Dernière heure : Communiqué
6 Juin, 07:47 ¿ TAVUSSA ? (75) – Les placards du Luxembourg

1 réflexion sur « Un flic – Critique aisée n°214 »

  1. Jean-Pierre Melville reste pour moi l’un des grands réalisateurs français. Je lui pardonne (difficilement tout de même) son dernier film “Un flic” car il est franchement un navet, le pire de tous ses films policiers, et pourtant l’avant-dernier “Le cercle rouge” était canon. Mais à part ça, il faut se rappeler entre autres de ses films “Le silence de la mer”, “Léon Morin prêtre” (JP Belmondo en prêtre!), “Deux hommes dans Manhattan”, “L’armée des ombres”, “Le samouraï”. Le film “Un flic” est un ratage à cause de sa recherche d’une recherche esthétique qui ne colle pas et surtout d’un Alain Delon qui ne colle plus non plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *