Homéotéleute et Polyptote (8)

Résumé:

Homeotéleute et Polyptote se sont connus à plusieurs reprises sur un petit banc en marbre de Thassos. Tant et si bien que la demoiselle est maintenant enceinte. Tout cela serait assez classique si Homéotéleute n’était pas fils de Zeus en même temps qu’héritier du royaume d’Antanaclase et Polyptote, fille cachée d’une Hélène sur le retour de Troie.

Le jeune homme bien élevé a demandé à sa mère l’autorisation de régulariser. Mais elle ne veut absolument pas ! Va savoir pourquoi ! Ben justement ! On va savoir !

Homéotéleute

–Mais, Mère, je ne comprends pas !

Polysémie

–Ah, toi non plus ? J’ai cherché longtemps sans arriver à trouver ce que ça pouvait bien vouloir dire. Alors, j’ai envoyé ma nourrice Endorphine à Delphes afin qu’elle consulte la Pythie. Elle est revenue avant-hier avec la traduction suivante :

« Si Homéotéleute perd la tête pour une femme d’ignoble sang la tête il perdra s’il perd la tête pour une de même sang la tête il prendra. « 

C’est clair, non ?

Homéotéleute

–Bof…

Polysémie

–Enfin, crétin stichomythique, réfléchis ! Perdre la tête a deux sens : au sens figuré, perdre la tête pour quelqu’un, c’est l’aimer, vouloir l’épouser. C’est bien ce que tu fais avec cette petite malheureuse : tu l’aimes, tu veux l’épouser ! Mais, au sens propre, perdre la tête, c’est la décapitation, probablement la mort, au moins la grosse migraine. C’est moche, quoi !

Homéotéleute

–Bon, peut-être, mais, c’est quoi cette histoire de sang ignoble ? Celui de ma petit Polyptote, Popote, comme je l’appelle dans l’intimité, il est très bien, enfin il est normal quoi ?

Polysémie

–Mais qu’est-ce que tu as dans le crâne, Homéo ? des souvlakis ou du yaourt bulgare ? Ignoble, cela veut dire non noble, roturier, populaire, ouvrier, bourgeois peut-être, mais pas noble. Ta fille de pêcheur, c’est elle la femme de sang ignoble. C’est elle qui te coupera le cou, et ça lui sera facile, car tu l’as joli mais fort long. Tu vois bien que tu dois rompre immédiatement avec Popote.

Homéotéleute

–Ah, oui, mais c’est très ennuyeux : elle est déjà grosse de mes œuvres, enfin je crois.

Polysémie (avec négligence)

–Aucune importance, mon biquet. Ce n’est qu’une fille de pêcheur. On lui fera cadeau d’un joli bracelet et on offrira à son père un bateau tout neuf et ça ira bien comme ça.

Homéotéleute

–Bracelet, bracelet… Ça me fait penser que Polyptote m’a donné celui qu’elle porte depuis toujours pour que je te le remette en signe de respect envers sa future belle-mère. Regarde, il est joli, non ? Il y a même quelque chose de gravé dessus, mais personne ne sait ce que ça veut dire.

Le Récitant

Polysémie prit le bracelet, regarda l’inscription et devint plus pâle que le lait d’une ânesse de Macédoine. L’inscription était en Crétois ancien, langue aujourd’hui disparue, mais la reine la connaissait bien, car, d’une part, elle-même n’était plus toute jeune , et d’autre part, à dix-sept ans, elle avait passé des vacances de rêve à Cnossos où elle avait découvert la langue crétoise en même temps que  bien d’autres spécialités de ce pays.

Polysémie (avec enthousiasme)

–Ô félicité incommensurable, Ô joie immense, Ô destin favorable, réjouis-toi, béni au long col ! Cette inscription est de la main d’Aphrodite, déesse de l’Amour, et elle dit que Polyptote est la fille d’Hélène, épouse de Ménélas, roi de Sparte, et maîtresse de Pâris, prince de Troie. Difficile de faire plus noble. Je peux donc t’expliquer maintenant ce que veut dire la deuxième partie de la malédiction d’Héra : « mais s’il perd la tête pour femme de même sang« , c’est à dire pour une femme de sang noble, comme toi, « la tête il prendra«  ! Tu comprends ? Toujours pas ? Ce n’est pas la peine d’être le fils de Zeus pour être aussi bouché ! Mais cela veut dire que tu prendras la tête du royaume, autrement dit que tu règneras sur Antanaclase. C’est papa qui va être content ; il disait justement qu’il était un peu fatigué ces temps-ci.

Homéotéleute (idem)

–Ouais, super !

Fin de l’acte III

LA SUITE DEMAIN

6 réflexions au sujet de « Homéotéleute et Polyptote (8) »

  1. Un ‘siège curule’ n’amasse pas mousse… car il roule trop sur ce site!

    Effectivement le petit Robert en maillot de corps à bras nus corrobore l’usage Philippin et celui d’un annonceur du ‘bon coin’ qui en a un à vendre pour 150€.

    Cette ‘chaise’ semble être, toujours selon le petit Robert, plus romaine que grecque. Siège sénatorial ‘dédossé’ pour éviter que les sénateurs curules ne s’endorment pendant que la parole des grands débats publics est accaparée par l’empereur Jupiter Macronus.

    Selon le vocable gaulois, ce siège (qui ressemble plus à un tabouret ou à un petit banc ou encore, pour plaire aux Grecs, à un pouf Turc avec accoudoirs, qu’à une chaise) est mal
    nommé car ce n’est pas le cul qui risque de rouler mais le dos.

    Comme c’est sur ce siège qu’était assis Jules lorsque son Brutus de fils ingrat le poignarda dans le dos, les empereurs et rois qui lui succédèrent ne se séparèrent jamais de leur trône au haut et large dossier bien remboursé et blindé. Ce qui explique aussi qu’ainsi assis, ils perdirent le contact avec leurs sujets en marche… quand ils ne fuyaient pas en courant les percepteurs de gamèles au risque d’en prendre une!

    Enfin, je ne cois pas, avec Jim, que la Pythie du médaillon, ci dessus inséré, surexcitée par la fabrication cérébrale d’un de ses oracles hyper stimulants ait pu adopter cette posture dynamique sans que le siège ne soit un fauteuil (déjà commodité de la spéculation intellectuelle) munis d’un robuste dossier à moins que, comme le suggère élégamment Jean A., elle soit soutenue par les bras de Vénus discrètement implantés dans son A nu!

  2. Cette histoire mériterait plus qu’un commentaire : un haïku, un poème, un chant, une tragédie que dis-je une tragédie, une épopée. On l’appellerait l’Antolinade.
    Ou alors, une série télévisée…

  3. Et pendant ce temps, Xerxès faisait un pont de bateaux pour envahir la Grèce. Mais sur la côte, les veilleurs veillaient. Aussitôt fut envoyé le berger Antolinos au pied léger pour alerter les populations. Tiens, mais que vient faire mon ancêtre dans le coin ? Peu importe. Il franchit les 42 km qui séparent la côte de la ville en moins de 2 heures avec une chèvre sur le dos. Hein ! Qu’est-ce que vous dites de ça ? Arrivé en ville, son coeur battait à hexakonta (60) pulsations et sa tension était à décatreis (13) hepta (7) mais il ne se souvenait plus du message. Tant pis. Il rentra dans ses montagnes.
    Pendant ce temps, les veilleurs se préparaient à une résistance farouche de retardement. Un fils de Stentor à la voix puissante hurla : Tous aux abricotiers heu… tous aux abris côtiers, ce qui est quand même plus logique. Palindromos proposa de bloquer les ronds points avec ses phalanges de gilets.
    Finalement la ruse du pont de bateaux échoua et Xerxès fit fouetter la mer en la traitant de sale pute.
    Le sculpteur Phidias au ciseau mordant érigea pour l’occasion une statue de la victoire en marbre de Thassos, bio et sans ogm. Au même moment, l’autre sculpteur à la mode, Polyclète au burin têtu, qui avait sculpté une Aphrodite, s’écria : Mais où sont passés les bras de Vénus !
    Dans ton cul, répondit son rival au ciseau mordant.
    Bref, c’était un vrai bordel.
    Mais revenons à nos chèvres….
    Ouais, super…

  4. Une remarque au passage: il me semble bien que la Pythie est ici vautrée sur un siège curule, ce qui prouve de façon irréfutable que le siège curule est bien une invention grecque, peut-être même par la Pythie elle-même pour asseoir ses oracles, récupérée par les romains plus tard. Faudra attendre 2500ans pour connaître d’autres sièges aussi célèbres, créés par des architectes de renom (une habitude dans cette profession, créer des sièges!) comme Mies Van Der Rohe, Le Corbusier, etc.
    Mais revenons à Homéotéleute. Sa mère Polysémie apportait heureusement à ce gros bèta son plan β. Il pourra retourner voir son enchanteresse Polyptote qui lui chantera cette fois: “Tu es la vague, moi l’ile nue, tu vas, tu vas et tu viens…”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *