Dernière heure : Nos amis Démocrates

Actualité oblige : la parution du texte de Lorenzo annoncé  “À la mer comme à la mer” a été repoussée à demain. On ne perd rien pour attendre. Ou alors on recule pour mieux sauter. C’est comme on veut.

Dernière heure : Nos amis Démocrates…
Lundi 16 novembre

Absolument obnubilé par les élections américaines, j’avais tendance ces derniers temps à négliger les articles du New York Times et du Washington Post qui ne parlaient pas de Trump, de Biden et de leur campagne électorale. En particulier je ne m’intéressais pas aux articles qui parlent de nous, de notre Président, de la France. Il faut dire qu’il y en a peu. Pourtant, à la suite des attentats de Conflans St-Honorine puis de Nice, notre petit pays a eu les honneurs de la grande presse US. Et bien sûr, je les ai lus, ces articles, du moins ceux du NYT et du WP, et j’ai été surpris et choqué du ton paternaliste et donneur de leçons que ces journaux adoptaient pour relater et commenter les faits.

La presse US Démocrate se méprend totalement sur la position française vis à vis de l’islamisme (Je pense que la presse Républicaine ne s’y intéresse pas). Obsédés qu’ils sont par le racisme, et on comprend qu’ils le soient, incapables d’imaginer qu’une société puisse être fondée sur autre chose que le principe du communautarisme (dont on est en droit de penser qu’il n’est pas si éloigné que cela de celui des réserves indiennes), le NYT et le WP confondent, ou font semblant de confondre, laïcité, une notion sur laquelle la grande majorité des chrétiens sont d’accord, et islamophobie. De plus, ces deux journaux ont une forte tendance à insinuer, ou même à déclarer, que les attentats islamistes sont justement dus au comportement français vis à vis de l’islam.

En réaction à cela, Emmanuel Macron a fait l’erreur de se plaindre publiquement des commentaires de cette presse et, pour en parler, d’appeler directement un journaliste du NYT. Cela lui a valu aussitôt de la part du quotidien un long article assez venimeux et une comparaison immédiate de son comportement vis-à-vis de la presse avec celui de Donald Trump. Flatteur, non ? Sympa, le New York Times. Avec des amis comme les Démocrates, on en arrivera à s’abonner à Fox News.

Je sais bien que les Américains ne comprennent pas plus la France que les Français ne comprennent les Américains. Je ne les comprends pas beaucoup mieux que la plupart de mes compatriotes, les Américains, mais au moins, j’ai toujours essayé et j’essaie encore. Et, en conséquence, j’essaie aussi de ne pas être trop agressif devant tant de certitude morale.

C’est pourquoi ne comptez pas sur moi pour poser les questions suivantes :

-Comment la société américaine a-t-elle pu laisser un monstre tel que Donald Trump arriver au pouvoir ?
-Comment, après quatre années de démocrature délirante, peut-on encore trouver près de 50% de soutien à Trump ?
-Comment la quasi-totalité des sénateurs Républicains continuent-ils à suivre et même à encourager Trump dans son déni de la réalité électorale ?
-Comment se fait-il que presque tous ces mêmes sénateurs, dont le comportement récent a été plus que servile, seront réélus ?

Bien sûr, j’ai d’autres questions de ce type à poser, mais je ne voudrais ennuyer personne.

Juste encore un mot post-élections :

Selon un sondage de The Economist publié il y a deux ou trois jours, 86 % des électeurs qui ont voté pour Trump pensent que « Biden n’a pas gagné l’élection de manière légitime ».
Les électeurs de Trump représentant 42% des votants, on est amené à considérer que 0,42×0,86 = 36% de ceux qui ont voté considèrent, à ce jour, que Biden ne sera pas un président légitime 1.

Je rajoute donc cette question à ma liste précédente :

-Comment se fait-il que plus d’un électeur sur trois considère que son nouveau président est un usurpateur ?

Et c’est de manière légitime que le journaliste de The Economist s’inquiète et trouve cela “alarmant”.
Vraiment ? Alarmant ! Seulement alarmant ? Vous voulez vous faire peur ? Allez donc regarder certains chroniqueurs et commentateurs réguliers sur Fox News. Carrément menaçants…

Comme je n’ai pas les  réponses aux questions que je me suis posées, et contrairement au NYT et au WP, je ne vais pas faire la leçon aux Américains. Je vais seulement leur souhaiter bon courage pour sortir leur démocratie du bourbier où ils l’ont mise. 2  

Note 1 : A ce propos on peut rappeler les résultats des élections présidentielles US
Biden vs Trump : 306 / 232 Grands Électeurs
En vote populaire, Biden l’emporte avec 5,4 millions de voix de plus que Trump.

Note 2 : Il y a une expression américaine que j’aime bien pour décrire cette situation : « Up shit creek without a paddle ».

2 réflexions sur « Dernière heure : Nos amis Démocrates »

  1. A propos de presse démocrate, US ou française, savez vous chers lecteurs du JDC que votre quotidien, et même bi-quotidien, préféré, composé avec les moyens modernes, diffusant des informations culturelles et éclectiques avec une préférence toutefois pour celles qui concernent les quartiers de Paris et les territoires du sud de l’Aisne, il est concurrencé par un journal bien plus ancien, quotidien au départ mais hebdomadaire aujourd’hui, depuis toujours composé avec des caractères en plomb, c’est même le dernier en France, diffusé en Thiérarche seulement donc dans le Nord de l’Aisne, qui porte le joli nom “LE DÉMOCRATE de l’Aisne”.
    Cette remarque n’a rien à voir avec le sujet du jour mais comme j’ai fait cette découverte récemment je voulais la partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *