AVENTURE EN AFRIQUE (14)

Boubon

Notre première sortie avec Chantal, en immersion dans la brousse, a été notre visite à Boubon chez Illiassou Ibrahima. Le village de Boubon est situé entre la RN1 et le fleuve Niger à une quarantaine de kilomètres en amont de Niamey, en pays Djerma. Nous avions stationné notre 2CV en bordure du village et sommes entrés à pied dans les ruelles à la recherche de la case d’Illiassou. Il était rare que des Blancs s’arrêtent à Boubon. Les enfants semblaient inquiets en nous apercevant. Peu de personnes parlaient le français à Boubon. Après quelques investigations, nous avons trouvé Illiassou à qui nous nous sommes présentés.

Nous avons fait alors connaissance de son épouse Bouli et de Mamou leur nourrisson. Par chance, Bouli était avec sa jeune sœur Katoumi âgée d’une douzaine d’années. Katoumi était allée à l’école et parlait français. Le dialogue put alors s’instaurer.

Nous nous sommes alors promenés dans le village. Nous ne sommes pas passés inaperçus, les enfants avaient moins peur.

Il flottait dans les ruelles des odeurs d’épices, de poissons grillés et de vase venant du fleuve. Les habitants sortaient des cases pour nous voir, surtout les plus jeunes et les adolescents. Seul un marabout qui était en train d’écrire en silence sur ses tablettes ne s’interrompit pas dans son travail.

Katoumi, Chantal, l’institutrice

Dans notre visite du village, nous avons rencontré l’épouse du directeur de l’école, elle-même institutrice.

Ici les habitants sont des agriculteurs et des pêcheurs. Ils cultivent en bordure du fleuve essentiellement du mil et depuis peu quelques légumes. Même si, nous avions noté la présence de quelques chèvres, il était évident que le garde-manger du village était principalement le fleuve.

Ici, tous les hommes ont une pirogue et sont pêcheurs. Pour l’après-midi Illiassou nous propose une promenade en pirogue à la découverte de la vie du fleuve. La pirogue est en planche de type local, doté d’une rame qui fait aussi office de perche. Il nous signale qu’à Boubon, il y a des hippopotames, il ne faut pas trop approcher car ils sont agressifs et capables de renverser les pirogues. Il me désigne un rocher arrondi au milieu du fleuve : « Tu vois, c’est un hippopotame, il s’est transformé en rocher il y a quelques années » !

Nous découvrons le monde de la pêche : tout d’abord les jeunes garçons avec leur épuisette et leur filet ; c’est presque un jeu, ils sont fiers de leurs prises. Puis les hommes avec leurs nasses tressées, avec leur épervier. Ils avaient une technique particulière pour conserver le poisson vivant pendant quelque temps. Cela se pratique sur des pièces d’un minimum de 50 cm de long. Le pêcheur transperçait le menton du poisson et passait un lien qui pouvait mesurer jusqu’à 2 m de long, attaché à un piquet, de telle sorte que le  poisson il ne peut s’échapper.

En fin de journée le spectacle du coucher de soleil est grandiose. Nous reviendrons à Boubon !

Illiassou de passage à Niamey nous rendait chaque fois visite et nous le convions à déjeuner. Il ne venait jamais les mains vides, toujours avec des petits capitaines ou ses dernières prises dans le fleuve à Boubon. Katoumi l’accompagnait souvent. La première fois qu’elle est venue avec Illiassou, Katoumi du haut de ses douze ans, a fait des découvertes qui nous paraissaient à nous tellement improbables. Katoumi s’est retrouvé face à l’escalier dans notre immeuble… elle a eu du mal à le monter … elle n’en n’avait jamais vu et encore moins gravi. L’étonnement se voyait dans sa démarche hésitante, dans son village il n’y en avait pas escalier. Ce même jour, au milieu du repas Katoumi annonce : «il faut que j’aille uriner ». Chantal lui indique la porte du cabinet de toilette. Au bout de dix secondes Katoumi ressort de la petite pièce les yeux écarquillés. Il y avait : un lavabo, un bidet, une cuvette de WC, une douche … mais où faire son pipi au milieu de tout ce matériel inconnu ! Chantal a vite réagi et est allée faire une démonstration. C’était aussi ça l’Afrique !

A SUIVRE 

 

1 réflexion sur « AVENTURE EN AFRIQUE (14) »

  1. Surprenante découverte pour le lecteur que cette surprenante découverte de l’escalier par Katoumi.
    Ces jolis textes de souvenirs nous font revenir un demi siècle en arrière dans une Afrique encore paisible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.