Dernière heure : Notre-Drame et Notre-Dame

Dernière heure : Notre-Drame et Notre-Dame de Paris

Au lendemain de l’incendie de Notre-Dame, notre chère Maire de Paris avait en personne promis un don de 5O millions d’euros pour la restauration  de la cathédrale. 
Mais, par un vote à son initiative, la majorité municipale a voté tout tranquillement le déplacement de ce don vers un fonds qui sera destiné non pas à la cathédrale mais à l’aménagement de ses abords. 

On remarquera d’abord que l’aménagement des abords n’a aucune relation avec l’incendie. On notera également dans la vague définition du projet qu’il s’agira surtout d’un réaménagement des abords de Notre-Dame dans le but de limiter encore davantage la circulation des voitures. 
Ainsi, Anne Hidalgo pourra continuer à assouvir sa passion et mener sa guerre contre l’automobile. 

Mais ce n’est pas tout : alors que la reconstruction de Notre Dame sera entièrement financée par des dons, la Mairie de Paris réclame au chantier le paiement d’une taxe annuelle pour occupation de l’espace, comme elle le fait pour n’importe quel chantier privé. Sur la durée du chantier, cette taxe devrait s’élever à plus de 17 millions.

Ainsi, non seulement la Mairie ne participera pas au frais de reconstruction de l’un des deux ou trois principaux monuments de Paris, mais elle en profitera pour percevoir une taxe qui, sans l’incendie n’aurait pas eu lieu d’être, et qui sera donc payée par les dons (dont le mien). 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.