Pagnol, Raimu et la Western Electric

En 1929, Marcel Pagnol écrit sa quatrième pièce de théâtre, Marius. C’est un très gros succès. Le rôle de César est tenu, bien entendu, par Raimu.

La même année, Pagnol rencontre Bob Kane, patron de la succursale française de la Paramount, et devient son ami. Il découvre le cinéma parlant et décide de devenir réalisateur. Devant le succès de Marius qui est joué depuis deux ans, Bob Kane veut tourner un film d’après la pièce, mais avec de « vrais » acteurs de cinéma. Pagnol le convainc de garder la troupe de théâtre. C’est Alexandre Korda, réalisateur autrichien de talent, qui met le film en scène.

Dans « Cinématurgie de Paris », Pagnol raconte cette scène (que je vous conseille de lire avec l’accent) :

Le premier jour, un soundman fit son apparition sur le plateau : il sortait de la villa du Mystère, où tournaient en silence les dérouleurs de la Western Electric. Il vint vers moi, et me dit d’un ton décisif :

– Il est impossible d’enregistrer la voix de Raimu.

– Pourtant, dis-je, il a déjà fait plus de cent disques de phonographe, et un film Le Blanc et le Noir.

– Sa voix n’est pas phonogénique, reprit le sorcier. Nous avons ici les meilleurs appareils du monde : et pourtant, je n’arrive pas à un bon résultat.

– Qu’est-ce que ça ? dit Korda, de loin.

– Ce monsieur affirme qu’il ne peut pas enregistrer la voix de Raimu.

– C’est bien dommage pour lui, dit Korda. Parce qu’on ne peut pas remplacer Jules. Mais lui, on peut.

Le soundman parut très étonné : mais il le fut au sens ancien du mot quand il vit Raimu s’avancer vers lui.

Depuis le début de notre travail, le grand Jules était resté souriant et paisible, à cause de son admiration pour Korda. Il avait donc une énorme provision de colère et de cris rentrés.

Il marcha lentement sur le soundman, gonfla sa vaste poitrine et dit :

–  Ah ! C’est vous le téléphoniste ? C’est vous qui n’entendez pas ma voix. Vous voulez que je crie ? Voilà, monsieur : « Monsieur Brun, ne le dites à personne qu’Escartefigues est cocu ! Ça pourrait se répéter ! »

Il hurla deux fois cette phrase, avec cette voix homérique qui passait sans effort de la contrebasse à la trompette.

Le soundman avait bondi vers le microphone, non point pour s’en servir comme d’une arme, mais pour le cacher sous son veston, et tremblant d’inquiétude, il suppliait :

–  Pas si fort ! Faites le taire ! Il va me fêler la pastille !

Malgré l’étrangeté de cette plainte, Raimu comprit que la mécanique demandait grâce – et c’est à voix haute qu’il déclara :

–  Monsieur, lorsque je téléphone en ville, tout le monde me comprend : mais vos appareils américains ne savent pas encore le français. Maintenant, puisqu’il est midi, venez prendre l’apéritif avec moi, et, pour habituer votre appareil à mon trombone, je vous réciterai des fables.

C’est ainsi qu’il devint l’ami du soundman et que sa voix fut parfaitement enregistrée.

Marcel Pagnol, Cinématurgie de Paris

« Cinématurgie de Paris » est l’un des livres les plus intéressants que j’ai jamais lu sur le cinéma. C’est en tout cas certainement le plus drôle. Pagnol y raconte comment il a découvert le cinéma parlant, comment il a compris que c’était l’avenir de cette industrie, comment il a décidé de s’y consacrer. Il y décrit ses projets, ses méthodes, ses trouvailles, ses échecs, ses succès. C’est passionnant et indispensable à tous les amateurs ou professionnels du cinéma.

 

2 réflexions au sujet de « Pagnol, Raimu et la Western Electric »

  1. Que dit, avé les bons assents, là où il faut, La cinématurgie de Paris, de ce qui s’est passé dans les coulisses de ‘Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu?’ où toutes les filles de la famille épousent de très lointains voisins?

  2. Voici un texte comme je les aime,pas politiquement correct ou incorrect….. ou l’on ne nous dit pas que non seulement il est nécessaire de vivre en paix avec ses voisins ,c’est évident,mais il faut aussi les épouser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *