Dernière heure : Samedi, 11 heures, rue de Médicis

Dernière heure : 10 février 2018

Samedi, 11 heures : descendu tout à l’heure la rue de Médicis, vous savez, cette rue qui longe les grilles Luxembourg depuis la place Edmond Rostand jusqu’au théâtre de l’Odéon.
Le jardin avait ouvert ses portes mais les badauds, prudents, n’avaient pas encore défloré la neige des allées, des pelouses, des arbres et des bancs.
Le soleil brillait et comme il n’y avait pas d’exposition placardée sur les grilles, de la rue, on pouvait voir à travers elles, à travers les branches, au-dessus des pelouses, des allées et des bancs, des pans entiers du palais de Marie de Médicis, à demi caché par les grands pins et le frontispice de la fontaine où Polyphème surprend éternellement Galatée dans les bras de son amant.
C’était beau, c’était lumineux, c’était gai.
Dans la rue, les passants s’écoulaient lentement le long du muret sur le sable du trottoir, tout à leur prudence et à leur contemplation de ce rare tableau, ce jardin sous la neige.
Venez voir, vous aussi.
Profitez de la météo de demain, car il devrait faire beau ou presque.
Profitez de la neige, car tout n’aura pas fondu et, avec un peu de chance, il se pourrait même qu’il neige encore un peu cette nuit.
Profitez surtout de l’absence de panneaux accrochés aux grilles, mais dépêchez-vous avant que l’on ne nous inflige encore une fois ces photographies dont chacune, telle l’arbre proverbial, nous cache la forêt.
Venez voir.

 

ET DEMAIN, LE MEILLEUR MOMENT, C’EST QUAND ON MONTE L’ESCALIER

Une réflexion au sujet de « Dernière heure : Samedi, 11 heures, rue de Médicis »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *