Ah ! les belles boutiques ! – 47

La Mémoire du Droit
5 rue Malebranche, Paris 5

La rue Malebranche, qui dégringole de rue St-Jacques vers la rue Le Goff, ne sert à rien. Elle est pourtant remarquable au point qu’on y tourne dix fois par an des films en décors naturels. Pourquoi ? Parce qu’avec son escalier, ses réverbères et ses immeubles banals, elle est typique d’une rue de Paris entre 1850 et 1950. Avec un peu de chance, on peut donc y voir des messieurs en melon et des dames en crinolines, un fiacre noir tiré par un cheval triste, une 15 Citron aux armes du FFI, une femme louche fumant dans le rue sous un réverbère, une lavandière en cheveux portant un panier de linge, un soldat de la Wehrmacht en goguette…

Et au crépuscule, on peut y admirer une petite librairie éclairée comme dans un film de Woody Allen.

La série « Ah ! les belles boutiques »
L’objectif : rendre hommage aux commerçants qui réussissent à conserver l’aspect traditionnel de leur façade de magasin, et les encourager à persévérer.
Le contenu : une photo de la devanture d’un magasin, avec si possible l’adresse et, très éventuellement, un commentaire sur la boutique, ou son histoire, ou son contenu, ou sur l’idée que s’en fait le JdC.

1 réflexion sur « Ah ! les belles boutiques ! – 47 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *