Enfin, Raymond !

Hélène (épouse de Paul Morand) à Raymond (leur maitre d’hôtel) :

—Raymond, vous écoutez à table, en servant. Il ne faut pas écouter, contentez-vous d’entendre.

Paul Morand – Journal inutile – 9 juillet 1971

ET DEMAIN, TOUR AU MUSÉE DE SAINT-ÉTIENNE

 

1 réflexion sur « Enfin, Raymond ! »

  1. J’n’sais pas pourquoi, cette apostrophe d’Hélène Morand m’a fait penser à un ver de Racine dans Britannicus (un des rares que j’ai retenus):
    “J’entendrai des regards que vous croirez muets”.
    Entendre, that is the question! Y en a qui écoutent sans entendre, d’autres qui entendent sans écouter, d’autres qui s’y entendent dans les deux cas, c’est compliqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.