Qu’est-ce qu’Alexandre Vialatte ?

Si l’art, comme il l’affirme dans une formule célèbre, « est le folklore d’un pays qui n’existe pas », le génie de Vialatte s’etend bel et bien dans un paysage littéraire qui va de Kafka à Jean Dutourd et de Nietzsche à Pierre Desproges. Quand ce dernier déclarait que l’auteur des « Fruits du Congo » était l’un des plus grands écrivains du demi-siècle, il n’exagérait pas. Car les admirateurs de Vialatte ne sont pas des lecteurs ordinaires. Ils forment une secte d’initiés et de jaloux, adeptes d’un culte rendu à un poète-philosophe parfaitement méconnu de son vivant. Il n’est pas un chagrin de la vie qui puisse résister à la lecture d’une page de ce prince de l’humour « plus tendre et désespéré – c’est encore Desproges qui parle – qu’un la mineur final dans un rondo de Satie ».

Auteur anonyme – 4ème de couverture des Chroniques des grands micmacs

 

2 réflexions sur « Qu’est-ce qu’Alexandre Vialatte ? »

  1. J’ai découvert Alexandre Vialatte par un article dans je ne sais plus quel journal (ce n’était pas encore le JDC) à propos du Cercle des admirateurs de Vialatte. Ce cercle éclectique d’admirateurs du “style et de l’humour prodigieux” de Vialatte réunissait des personnalités multiples, aussi bien Amélie Nothomb que Pierre Desproges. Et c’est ainsi que je commençais à lire des chroniques de Vialatte (collection “Chroniques Julliard”), de façon un peu jalouse jusqu’au jour où je découvris un autre admirateur jaloux, c’était avant 2013 et la création du JDC dans lequel depuis je retrouve cet esprit notoirement méconnu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *