1 réflexion sur « Rendez-vous à cinq heures à Balbec »

  1. Saluons l’audace, pour ne pas dire la témérité, du célèbre critique cinématographique Philippe Coutheillas qui, à l’instar de son idole François Truffaut, est passé derrière la caméra.
    D’après Télérama, ce plan-séquence, malheureusement un peu longuet, rappelle la plage de Deauville dans Un Homme et Une Femme de Claude Lelouch, sauf qu’il n’y a ni homme, ni femme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *