Archives par mot-clé : Philippe

Dernière heure : un éditeur accepte Le Cujas !

Dernière heure : un éditeur accepte Le Cujas !

Le Cujas  : les Éditions Persée se sont déclarées prêtes à éditer mon gros Cujas, moins de deux semaine après en avoir reçu le manuscrit. Elles m’informent que le prix de vente sera de 23,90 euros ttc, et que  j’en toucherai 17%, 20% ou 25% selon le cas. 

Super ! 

Oui, mais je devrai participer aux frais d’édition à hauteur de 3433 Euros 

Ah oui ! Quand même ! 

Pas question bien entendu de signer un tel contrat.

Mais ça m’a donné une idée. Continuer la lecture de Dernière heure : un éditeur accepte Le Cujas !

Sacrée soirée (11)

11

Sidérée par ma répartie sans appel, la table a replongé le nez dans son assiette, tandis que la fausse chinoise me regarde en haussant les épaules. À l’autre bout de la table, je vois Anne qui me regarde en soupirant et en secouant la tête de droite à gauche. Est-ce pour me faire comprendre qu’elle aussi, elle trouve cette pauvre Kris bien naïve ? Ça doit être ça, c’est surement ça. C’est bon de se sentir soutenu par sa chère et tendre. C’est rare, mais c’est bon. Mais je ne veux pas écraser mon adversaire, alors, avec élégance, je change de conversation. Justement Françoise repasse avec l’entrée.

— Il est vraiment très bon, votre foie gras, Renée, dis-je en me resservant.

Marcelle reprend la balle au bond :

— Vraiment excellent. C’est vous qui l’avez préparé ?

— Une merveille, ma chérie, confirme Anne.

Et s’engage alors entre les trois femmes une conversation décousue sur les différentes variétés de foie gras, les façons de le préparer, de le présenter… Passionnant !  Quant à la mère Wu, elle s’est tournée ostensiblement vers Charles, si bien que je ne vois plus que son large dos. Elle a dû lui demander quelque chose d’aussi subtil que « Alors comme ça, vous écrivez ? » Du coup, Continuer la lecture de Sacrée soirée (11)

Rendez-vous à cinq heures : C.Q.F.D. ? 

La page de 16h47 est ouverte…

C.Q.F.D. ? 

Mon admiration sous entendue pour l’emballage de l’Arc de Triomphe a déclenché hier chez Lorenzo une vive réaction à la quelle je souhaite réagir à mon tour. J’ai choisi d’y répondre non par un commentaire mais par un article à part entière. En effet, d’une part, je souhaitais pouvoir développer mes arguments tout à loisir. Et d’autre part, après tout, c’est mon journal, non ?
Pour pouvoir battre le fer pendant qu’il est encore chaud, j’ai avec regret reporté à plus tard le rendez-vous à cinq heures que j’avais prévu pour vous cet après-midi avec Jean Yanne, Jacques Martin et Christian Bonnet, Ministre de l’Intérieur.

***

La  Fondation Christo est une entreprise privée. Je ne sais pas si les fonds dont elle dispose proviennent en partie de mécènes, mais ce qu’on sait, c’est que l’essentiel provient de ventes aux enchères de parties de la collection privée de Christo et des recettes des expositions de ses œuvres. Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures : C.Q.F.D. ? 

Brèves de mon comptoir (6)

18/09 -Emballage perdu : La bande à Christo est en train d’achever l’emballage de l’Arc de Triomphe. 
Quatorze millions d’euros ! 
Et alors ? 
C’est pour quinze jours.
C’est entièrement financé par la Fondation Christo.
Et en plus, ça a une sacrée gueule !

17/09 -Hôtel de Ville : Lors de sa campagne pour la Mairie de Paris, Anne Continuer la lecture de Brèves de mon comptoir (6)

¿ TAVUSSA ? (78) :  Antivax et Antipass, faudra-t-il vivre avec ?

Bien sûr que c’est plus compliqué, les gars ! Bien sûr que c’est plus compliqué quand il y a une épidémie.

C’est plus compliqué d’aller au boulot, d’aller au cinéma, au restaurant, c’est plus compliqué de consulter son dentiste, d’aller voir ses parents à La Garenne-Colombes ou sa grand-mère à la maison de retraite de Guéret dans la Creuse. Bien sûr que ce n’est pas évident de recevoir ses clients quand on est restaurateur, poissonnier ou marchand de jouets. Bien sûr que c’est difficile de prendre le train, l’avion ou un verre dans une boite de nuit.

Mais ce n’était pas simple non plus quand il y avait une grève des transports ou quand il y avait les gilets jaunes. C’était même assez compliqué quand il y avait une guerre, une occupation, des Continuer la lecture de ¿ TAVUSSA ? (78) :  Antivax et Antipass, faudra-t-il vivre avec ?

Sacrée soirée (10)


10

Françoise vient de finir le service du foie gras. On a à peine le temps de l’entamer, et voilà que, depuis son bout de table, Renée relance le sujet de l’épidémie.

— Maintenant que nous sommes tous là, ne me dites pas que personne ici n’a écouté ce pauvre Président, quand même. Kris, vous l’avez écouté, vous ?

— Oui, bien sûr, mais le début seulement, lui répond Kris de l’autre extrémité de la table. Mon taxi m’attendait en bas.

— Alors ? C’est grave ? demande Anne, inquiète.

— Eh bien, à mon avis, ils ne savent pas trop à quoi s’en tenir encore, mais ce qui est sûr, c’est qu’en Chine, en Corée, à Singapour, ils ont pris des mesures drastiques. En Italie, ça commence à exploser, en Espagne aussi. Pour la France, ce n’est pas encore bien clair. J’ai l’impression Continuer la lecture de Sacrée soirée (10)

Aux coiffeurs…

Déjà publié le 27/03/2015 sous le titre “Au coiffeur”.

Dehors, il fait gris sombre, froid humide et triste angoisse. Quand on passe badaudant devant la vitrine floue de la rue Saint Jacques longue, le trottoir est jaune enluminé.
Si on entre dans l’aquarium boutique, c’est encore mieux : il fait blanc lumineux et chaud tropical. Les vents électriques des séchoirs mangeurs de crânes recouvrent à peine les conversations molles et la musique en tube. D’étranges êtres capés immobiles se contemplent assis dans des miroirs lumière encadrés. Des esclaves serviles légers leur reforment la crête luisante hirsute.

Si l’on a pris bonne et due date, c’est le paradis retrouvé. On se place aussitôt parmi les maitres absolus que des serviteurs emblousés arrosent de pluies tièdes, massent de mousse odorante, abreuvent de café sucré, instruisent de considérations indispensables Continuer la lecture de Aux coiffeurs…

Sacrée soirée (9)

9

De taille moyenne, elle porte une ample blouse noire, un pantalon moulant noir qui s’arrête à mi mollet — je crois que ça s’appelle un legging, mais je n’y connais rien — et de grosses chaussures noires du genre Rangers avec une énorme semelle débordante jaune. Ses cheveux très noirs, coiffés à la Play-Mobil, encadrent un visage très pâle. Ses lèvres minces ne portent aucun maquillage. Elle n’a pas de sac mais elle serre dans sa main gauche un gros portefeuille noir et un iPhone arc en ciel presque aussi gros. Porté en sautoir, ce qui ressemble à une chaine de vélo en or pend à son cou. Mais ce qui frappe chez elle, ce n’est pas la chaine de vélo ni les invraisemblables semelles de ses Rangers, c’est que, d’où qu’on la regarde, chez elle, tout est rond : son crâne, son visage, ses yeux, son nez, mais aussi ses épaules, son buste… La blouse qui tombe Continuer la lecture de Sacrée soirée (9)

Brèves de mon comptoir (5)

9/09 – Calmann-Levy et Robert Laffont ont déjà refusé mon manuscrit du Cujas. Je propose qu’on les boycotte.

9/09 – Demain, un jour, je me renseignerai sérieusement et je comprendrai enfin ce que c’est que le bitcoin. Ensuite, je ferai la même chose avec le Cricket.

8/09 – vu sur Arte Chasseur blanc, coeur noir, le film de Clint Eastwood qui a perdu le plus d’argent au box-office. Depuis, c’est pour moi l’un des trois ou quatre meilleurs d’Eastwood, avec Minuit dans le jardin du bien et du mal et La Mule. Surprenant à tous les étages. Je vais peut-être en faire une Critique aisée. 

Brèves de mon comptoir (4)

7/09 – Petite pensée pour aujourd’hui : « Tout le monde est un génie. Mais si vous jugez un poisson à sa capacité de grimper à un arbre, il vivra toute sa vie en croyant qu’il est stupide. » A.Einstein

5/09 – reçu aujourd’hui une réponse de David Belliard, adjoint à la mairie de Paris en charge de la transformation l’espace public, des transports, des mobilités, du code de la rue et de la voirie (SIC) à ma lettre d’il y a un an qui concernait la guerre impitoyable que mènent les deux-roues contre les Continuer la lecture de Brèves de mon comptoir (4)