Archives du mot-clé Philippe

Mon roman – 5

Mon roman
Je vais écrire un roman. Pour l’instant, je n’ai pas le sujet. Mais tout le reste est prêt. Voyez plutôt :

 1 – Titre et épaisseur de mon roman (déjà paru)

 2- Personnages de mon roman (déjà paru)

3 – Construction de mon roman (déjà paru)

4 – Dédicace et Exergue de mon roman (déjà paru)

5 – Critiques de mon roman

Pour mettre de mon côté les critiques en leur mâchant le travail et pour éviter les surprises, j’écrirai moi-même les critiques de mon roman et je les enverrai aux journaux. Voici les premières :

Le Figaro
Entre Soljenitsyne et Roux-Combaluzier , à mi-chemin de Thérèse Raquin et de la Porte d’Orléans, partagé entre « Le Dniepr coule toujours dans le même sens » et « Ascenseur pour l’échafaud » , ce court roman devrait donner satisfaction à tout le monde et déplaire souverainement aux autres.


Télérama
Tous les ingrédients d’un drame désopilant  sont réunis dans cette œuvre magistrale que l’on n’attendait plus d’un auteur que sa Continuer la lecture de Mon roman – 5 

NOUVELLES DU FRONT – 19/04/2019

LA BÊTISE AU FRONT DE TAUREAU

Nous avons, pour plaire à la brute,
Digne vassale des Démons,
Insulté ce que nous aimons
Et flatté ce qui nous rebute ;
Contristé, servile bourreau,
Le faible qu’à tort on méprise ;
Salué l’énorme bêtise,
La Bêtise au front de taureau

Les Gilets Jaunes n’ont pas vraiment d’avis

sur la reconstruction de Notre Dame de Paris

 

Il fallait s’y attendre : la destruction partielle de Notre Dame de Paris et ses conséquences déchainent déjà les polémiques. Ça fait les affaires de BFM. Et vas-y donc du micro-trottoir :

« C’est quand même pas normal que des Pinault, des Arnault et autres Bettencourt puisse donner autant d’argent (pour la reconstruction) !  »
Salauds de patrons, salauds de riches…
A priori, cet argent n’a pourtant pas été volé, mais bon…

Et vas-y que je te demande l’avis de Mélenchon :

« Il est encore plus honteux qu’ils puissent en profiter pour faire de la défiscalisation !  »
Encore une évidence de la complicité entre l’État et le Capital pour s’enrichir encore plus sur le dos des pauvres gens…
Mais pourtant, à moi, il me semble que, même avec abattement fiscal, un mécène, quand il a donné, se retrouve quand même avec un peu moins d’argent qu’avant, non ? Enfin, pour moi, c’est comme ça que ça se passe quand je Continuer la lecture de NOUVELLES DU FRONT – 19/04/2019 

Mon roman – 4

Mon roman
Je vais écrire un roman. Pour l’instant, je n’ai pas le sujet. Mais tout le reste est prêt. Voyez plutôt :

 1 – Titre et épaisseur de mon roman (déjà paru)

 2- Personnages de mon roman (déjà paru)

3 – Construction de mon roman (déjà paru)

4 – Dédicace, Exergue et Incipit de mon roman

La dédicace
Il y a une question primordiale qui se pose à tout romancier : à qui dédiera-t-il son roman ? En effet, il est d’usage de placer, toute seule, aux deux tiers de la troisième page et de préférence justifiée à droite, une dédicace. Une dédicace mystérieuse et laconique telle que « À Francesca » est recommandée. Elle fait chic et elle suscite l’intérêt du lecteur qui ne peut que se demander « mais qui est donc cette Francesca ? ». Elle éveille un intérêt encore plus vif chez l’épouse de l’auteur, pour peu que son prénom soit Simone.

On peut avantageusement préciser un peu sa dédicace en disant par exemple, pour rattraper le coup : « À mon épouse, sans qui rien n’aurait été possible ».

En ce qui me concerne, je Continuer la lecture de Mon roman – 4 

Mon roman – 3

Mon roman
Je vais écrire un roman. Pour l’instant, je n’ai pas le sujet. Mais tout le reste est prêt. Voyez plutôt :

 1 – Titre et épaisseur de mon roman (déjà paru)

 2- Personnages de mon roman (déjà paru)

3 – Construction de mon roman

C’est une des premières choses que l’on apprend dans toutes les bonnes écoles d’écrivains : la construction d’un roman ne se voit pas, mais c’est elle qui soutient l’histoire. Je n’ai aucune idée de ce que sera l’histoire de mon roman, mais par contre, sa structure sera comme ça :

Le début
Mon roman n’aura pas de début, ou alors un début qui aura l’air d’une fin, sans que ce soit vraiment la fin, la vraie fin, si vous voyez ce que je veux dire. En fait, le mieux serait qu’il commence à la page 27. Les vingt-six Continuer la lecture de Mon roman – 3 

Mon roman – 2

Mon roman
Je vais écrire un roman. Pour l’instant, je n’ai pas le sujet. Mais tout le reste est prêt. Voyez plutôt :

 1 – Titre et épaisseur de mon roman (déjà paru: CLIQUER ICI)

 2- Personnages de mon roman

Leur nombre
Dans mon roman, il n’y aura que quatre personnages. Pourquoi ? Parce que ma propre expérience m’a montré qu’au-delà de ce nombre, le client — car le lecteur n’est rien d’autre qu’un client, n’est-ce pas ? — ne s’y retrouve plus : quand un personnage réapparait après plusieurs pages d’absence, le lecteur ne sait plus très bien qui il est et il doit revenir en arrière pour se le rappeler. Ça le fatigue et ça l’énerve. Or, il ne faut ni fatiguer ni énerver le lecteur. Je me limiterai donc à quatre personnages. Ou alors, si l’intrigue devait absolument en nécessiter davantage, j’ajouterais à la fin du livre un annuaire. Pour chaque personnage, j’y rappellerais ses principales caractéristiques, son état civil, les grands traits de sa personnalité et la façon dont il est lié aux autres.

J’avais failli opter pour des notes de bas de page, par exemple :

(…) Après avoir pris un copieux petit-déjeuner, Eric1 tua Françoise2 de quatre coups de revolver et partit pour le Guatemala3.(…)
——————————————————————
(1) : Fils de Marcel, amant de Françoise
(2) : Épouse de Marcel
(3) : Pays d’Amérique centrale entouré par le Mexique, le Belize, la mer des Caraïbes, le Honduras, le Salvador et l’océan Pacifique. Capitale : Guatemala

mais on m’a convaincu que cette solution alourdirait la lecture, sans compter l’augmentation du coût de composition typographique. Alors, va pour le lexique. Ça serait bien aussi d’ajouter une photo.

Leur nom
Les personnages de mon roman auront  Continuer la lecture de Mon roman – 2 

Mon roman – 1

Mon roman
Je vais écrire un roman. Pour l’instant, je n’ai pas le sujet. Mais tout le reste est prêt. Voyez plutôt :

 1 – Titre et épaisseur de mon roman

Le titre

Le titre de mon roman n’aura pas de rapport avec son sujet. Il devra tout simplement être vendeur, car qu’est-ce qu’on demande d’autre à un titre ?

Prendre le prix du livre comme titre, c’est une bonne idée de départ : 19,99 €, ça sonne bien. Et puis, en cas de dévaluation, ça fait un nouveau roman. Mais Beigbeder a déjà fait le coup avec ses deux bouquins 99 Francs et 14,99 Euros.

J’avais également pensé à « Comme il vous plaira« . Ça n’engage à rien et ça donne envie, mais ça aussi, c’était déjà pris.

En fait, le titre, s’il ne dépend pas du sujet, doit dépendre du genre. Pour une autobiographie, « Moi » serait un bon titre, mais je crains que Sacha Guitry ne l’ait déposé. Pour un roman noir, j’aimerais assez « Les bretelles sanglantes » et pour un Continuer la lecture de Mon roman – 1 

Les pavés de l’Hôtel de Guermantes

Morceau choisi

Les pavés de l’Hôtel de Guermantes

Il y a quelques jours, j’ai publié ici le fameux passage de la Recherche du temps perdu qui évoque la Petite Madeleine. Dans mon commentaire d’introduction à ce monument, j’émettais l’opinion que, si relativement peu de monde avait lu ces quelques pages, tout le monde avait entendu parler de cette Madeleine et que pas mal de gens avaient même une idée assez nette de ce qu’elle signifiait.

Mais, dans la Recherche, il est un autre passage qui traite de la mémoire, la mémoire involontaire, la seule qui compte vraiment. Ce passage est tout aussi important, et peut-être même plus que celui de la Madeleine. C’est celui des pavés inégaux de la cour de l’Hôtel de Guermantes. Il est sensiblement plus long que celui de la Madeleine, et à cela je vois deux raisons. Continuer la lecture de Les pavés de l’Hôtel de Guermantes 

¿ TAVUSSA ? (54) : Les fontaines du Rond-Point

Nul doute qu’il ne s’agisse de fontaines démontables. C’est sûr, elles sont là provisoirement en attendant la mise en place après rénovation des anciennes fontaines qui ornaient les six bassins du Rond-Point des Champs Elysées avant qu’elles ne soient bousillées par les supporters de l’équipe de France de football un soir de victoire.

À coup sûr,  cette remise en place, qui devait avoir lieu avant la fin de l’année dernière, a été retardée du fait des réunions hebdomadaires de l’Amicale des Ronds-Points Occupés (A.R.P.O.) On comprend que, afin de ne pas décevoir le touriste exigeant, on ait lancé courant novembre et de toute urgence un appel d’offres pour Continuer la lecture de ¿ TAVUSSA ? (54) : Les fontaines du Rond-Point 

Joan Miró au Grand Palais

Vu l’autre jour, le dernier justement, l’exposition Joan Miró au Grand Palais.
Ce qu’il y a de bien c’est que la possibilité de réserver votre entrée vous assure un confort de visite.

Et même un grand confort

 

 

 

Il y a des chefs d’œuvre

par-ci par-là

Et des choses intéressantes, comme celle-ci :

 

Mais il y a aussi une influence évidente de Miró vers Rouxel1

 

 

 

 

 

 

 

 

et aussi bien sûr vers Franquin2


 

 

 

 

 

 

1 : Rouxel : créateur des Shadoks
2 : Franquin : créateur du Marsupilami

BIENTÔT

  • 9 Avr, 7 h 47 ………. ¿ TAVUSSA ? (54) : Les fontaines du Rond-Point
  • 10 Avr, 8 h 47 ………Esprit d’escalier n°7
  • 11 Avr, 7 h 47 ………Les pavés de l’Hôtel de Guermantes

Juliette et le Jardinier

Elle, c’est Juliette. Elle est belle comme une rose du matin, comme une goutte d’eau de pluie, comme un frisson dans les feuilles de bouleau, comme un parfum de cerise. Elle chante comme un rouge-gorge, elle parle comme l’eau de la fontaine, elle bouge comme l’ombre d’un roseau. Je l’aime depuis toujours ; depuis que je l’ai vue pour la première fois sortir de Santa Anastasia auprès de sa mère, je l’aime ; depuis que je guette à sa fenêtre le plus léger mouvement de rideau, je l’aime davantage ; depuis que je suis entré au service son père et que je la vois chaque jour, je suis fou d’elle, j’explose d’amour, je meurs de désir. Mais, bientôt, j’oserai lui parler, moi, le jardinier, elle, la fille unique de la plus grande famille de la ville. Je lui dirai que je l’aime, que pour elle je gagnerai des fortunes, je régnerai sur un archipel et je l’en ferai reine. Elle sourira, elle comprendra et, un jour, elle m’aimera.

Elle m’aimera, moi, le presque rien du tout, le fils de personne, le vaurien, le voleur de bourses, l’écorcheur de chats. Elle m’aimera, moi, le presque bossu, le trop grand, le trop maigre, le trop laid, elle m’aimera. Je lui parlerai et elle m’aimera. Je lui parlerai demain à l’aurore. C’est pour lui parler demain à l’aurore que je Continuer la lecture de Juliette et le Jardinier