Archives du mot-clé Céline

La ville debout

Vous l’avez peut-être remarqué : ce n’est pas la première fois que j’utilise cette photo. Prise  il y a six ou sept ans du ferry-boat qui relie Staten Island à Manhattan, on y voit par dessus quelques têtes anonymes se profiler le skyline du quartier des affaires de New York par un matin gris. La sourde angoisse mêlée de promesse qui selon moi diffuse de cette photo me l’avait fait choisir pour illustrer un texte que j’ai publié ici récemment : Les Immigrants.

J’ai fait la connaissance de ce ferry lors mon premier voyage en Amérique. C’était en 1962, en juillet. À l’arrivée, je n’avais rien vu de Manhattan, ni même de New York. Trop pressé sans doute de commencer mon aventure, au sortir de l’aéroport d’Idlewild avec quelques coéquipiers éphémères, j’avais pris immédiatement un bus qui m’avait amené directement dans le New Jersey, là où commençait l’autoroute qui menait vers Continuer la lecture de La ville debout 

A l’arrière

Morceau choisi

        “Tiens ! Ah ! Vous voilà vous autres ! s’étonna un peu de nous voir M.Puta. Je suis bien content quand même ! Entrez ! Vous, Voireuse, vous avez bonne mine ! Ça va bien ! Mais vous, Bardamu, vous avez l’air malade, mon garçon ! Enfin ! vous êtes jeune ! Ça reviendra ! Vous en avez de la veine, malgré tout, vous autres ! on peut dire ce que l’on voudra, vous vivez des heures magnifiques, hein ? là-haut ? Et à l’air ! C’est de l’Histoire ça mes amis, ou je m’y connais pas ! Et quelle Histoire ! “

On ne répondait rien à M.Puta, on le laissait dire tout ce qu’il voulait avant de le taper…Alors, il continuait :

       “Ah ! c’est dur, j’en conviens, les tranchées !…C’est vrai ! Mais c’est joliment dur ici aussi, vous savez !…Vous avez été blessés, hein vous autres ? Moi, je suis éreinté ! J’en ai fait du service de nuit en ville depuis deux ans ! Vous vous rendez compte ? Pensez donc ! Absolument éreinté ! Crevé ! Ah ! les rues de Paris pendant la nuit ! Sans lumière mes petits amis…Y conduire une auto et souvent avec le Ministre dedans ! Et en vitesse encore ! Vous pouvez pas vous imaginer !…C’est à se tuer dix fois par nuit !…

       -Oui, ponctua Mme Puta, et quelquefois il conduit la femme du Ministre aussi…

       -Ah oui ! Et c’est pas fini…

       -C’est terrible ! reprîmes-nous ensemble.

 L-F.Céline     Voyage au bout de la nuit.