Archives du mot-clé Bret Easton Ellis

Moins que zéro – Critique aisée n°187

Critique aisée n°187

Moins que zéro
Bret Easton Ellis – 1981 ,
10/18 Collection  Domaine étranger – 250 pages

Un beau matin, Le Masque et la Plume m’annoncent tous les deux que Bret Easton Ellis vient de sortir son dernier livre, White. Tous s’exclament et donnent des détails sur BEE, sa vie, son œuvre, ses goûts. Tous racontent qu’ils l’ont lu dans leur belle jeunesse et qu’il a marqué leur génération — tous ont entre 15 et 25 ans de moins que moi. Beigbeder en particulier parle avec chaleur de sa vision du monde, de sa plume incisive, de son ironie, sa distance, son pessimisme. Comme j’aime bien Beigbeder, j’ai acheté White, pensant y découvrir une sorte de Philippe Muray US. Mais, arrivé au tiers du chemin, j’ai trouvé le livre tellement creux — à peu près autant que les chroniques de Joan Didion (L’Amérique) dont j’avais fait ici une assez méchante critique — que j’en ai parlé à mon fils, l’artiste, chez qui je suis toujours assuré de trouver un jugement raisonné, dénué de parti-pris, et non entaché par les préjugés de l’âge, c’est à dire du mien. Il ne connaissait pas White, mais tout de suite il m’a conseillé le premier roman d’Ellis, Moins que zéro, qu’il avait lu vers l’âge de 17 ou 18 ans. A notre rencontre suivante, il m’apportait son exemplaire. Comme c’est lui qui m’avait amené à Platon et surtout à Proust avec le résultat que l’on sait, vous pensez si j’ai Continuer la lecture de Moins que zéro – Critique aisée n°187 

¿ TAVUSSA ? (57) : Correctitude ou correction, il va falloir choisir

Quand on écrit aujourd’hui, même si l’on n’est lu que par quelques dizaines de personnes, il faut faire très attention aux mots que l’on emploie, aux plaisanteries que l’on fait, aux anecdotes que l’on raconte, aux thèmes que l’on aborde. Sinon, le flair surdéveloppé des beagles du service de détection du politiquement incorrect a tôt fait de vous signaler, pas encore aux autorités, mais à l’attention des zélotes de la correctitude.

J’ai pu constater la précision des instruments de contrôle de la conformité à la néo-pruderie ambiante lors de la publication sur un forum d’écriture de cet article “Qui était donc ce type ?” que j’avais déjà publié ici-même. Si ça ne vous rappelle rien, vous pouvez le  relire en cliquant sur son titre ci-dessus. Mais si vous vous en souvenez, vous vous souviendrez aussi que, dans des phrases voisines, j’avais écrit en substance que Continuer la lecture de ¿ TAVUSSA ? (57) : Correctitude ou correction, il va falloir choisir