Enfin, Raymond !

Hélène (épouse de Paul Morand) à Raymond (leur maitre d’hôtel) :

—Raymond, vous écoutez à table, en servant. Il ne faut pas écouter, contentez-vous d’entendre.

Paul Morand – Journal inutile – 9 juillet 1971

ET DEMAIN, TOUR AU MUSÉE DE SAINT-ÉTIENNE

 

Une réflexion au sujet de « Enfin, Raymond ! »

  1. J’n’sais pas pourquoi, cette apostrophe d’Hélène Morand m’a fait penser à un ver de Racine dans Britannicus (un des rares que j’ai retenus):
    « J’entendrai des regards que vous croirez muets ».
    Entendre, that is the question! Y en a qui écoutent sans entendre, d’autres qui entendent sans écouter, d’autres qui s’y entendent dans les deux cas, c’est compliqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *