Livret de famille – Critique aisée n°122

Critique aisée 122

Livret de famille
Patrick Modiano – 1977

Voici ce qu’écrivait Le Monde en 2014 à propos du cinquième roman de Patrick Modiano (1) :

« Une quinzaine de récits juxtaposés, tous plus ou moins autobiographiques. Dès le deuxième, on découvre au détour de deux répliques que le narrateur a pour nom Modiano, et pour prénom Patrick. Est-ce pour autant l’écrivain lui-même ? Bienvenue au royaume de l’autofiction et de ses leurres délicieusement troublants. »

Bien vu !

Autobiographie ?
Pour en décider, il faudrait connaitre la vie de Modiano. Et rien ne nous y oblige. Avec Proust et contre Sainte-Beuve, je suis, modestement, de ceux qui se refusent à juger une œuvre littéraire d’après la vie de son auteur. Je dois ajouter que, tout seul, sans Proust ni Sainte-Beuve, je me refuse aussi à juger un écrivain d’après son œuvre.

Autobiographie ? Peut-être.
Les références confuses à certains évènements, la description précise de certains lieux, les allusions constantes à certaines époques, et aussi et surtout l’absence de logique romanesque, tout cela fait penser que ce qu’on lit est vrai, que cela a eu lieu, a été vécu. Mais par qui ?

Autobiographie ? Probablement pas.
L’absence de chronologie, les contradictions, le brouillard mélancolique qui estompe les péripéties, la légèreté apparente des personnages, l’absence de conséquences de leurs actions, tout cela fait penser à une œuvre de fiction.

Peut-être est-ce cela que l’on appelle l’autofiction ?

Quand on avait demandé à Modiano si son « Livret de famille » était une autobiographie, il avait répondu par la négative : « Pour moi, mon écriture c’est plutôt une entreprise artistique, une mise en forme d’éléments dérisoires. »
 Voilà, c’est exactement cela : « une entreprise artistique, une mise en forme d’éléments dérisoires.« 

Ce qui me donne l’occasion de citer encore une fois et approximativement notre ami Raymond Chandler : « Ce qui compte, c’est le style ! L’histoire, on s’en fout ! « 

Note :

1-Maintenant que Modiano est Prix Nobel de Littérature, on peut bien se permettre de découvrir un roman vieux de quarante ans.

ET DEMAIN, UN TABLEAU DE FAMILLE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *