Les Nouvelles Aventures de William Shakespeare (4)

Par un beau matin de 1584, alors qu’il finissait sa troisième carafe de vin d’Anjou à l’Auberge du Cygne et du Marteau, William saisit sa plume et écrivit d’un seul trait ces deux vers :

Oh combien de marins, combien de capitaines
Qui sont partis joyeux pour des courses lointaines

puis il s’arrêta, la plume en l’air et les yeux au ciel, dans la position qu’il avait l’habitude de prendre quand il voulait faire croire à ses camarades de beuverie qu’il réfléchissait. Il venait en fait de réaliser qu’aucun poète anglais n’avait jamais écrit ni en alexandrins ni en français. Il chiffonna donc le parchemin et le jeta par-dessus son épaule.

Comment cet inestimable document est parvenu à travers le temps et l’espace jusque sur le bureau de Victor Hugo est une autre histoire, et passionnante, je vous prie de croire ! Mais là, il est tard.

 

… ET DEMAIN, “L’HOMME DES PLAGES” PAR PATRICK MODIANO

Une réflexion au sujet de « Les Nouvelles Aventures de William Shakespeare (4) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *