Facebook, le circuit fermé (Critique aisée 83)

Depuis maintenant trois ans que j’écris des critiques de tout, y compris de n’importe quoi – celle-ci est la 83ème – je me suis aperçu qu’il était beaucoup plus difficile de pondre une critique favorable qu’une critique critique.
Mais l’honnêteté intellectuelle de base qui m’a toujours empêché de jouer au Loto et d’entrer en politique, m’impose aujourd’hui de faire la louange d’un article de presse.
Le titre de cet article : Facebook, faux ami de la démocratie
Ses auteurs : Messieurs Delcambre et Picard.
Sur une pleine double page, ils présentent une analyse du fonctionnement algorithmique – et non une analyse de l’algorithme lui-même, qui demeure bien sûr ultrasecret – qui, bien que Fb s’en défende, conduit ses utilisateurs à une pensée en circuit fermé.
Autrement dit, tout d’abord, et sans même que l’algorithme ait à intervenir, l’utilisateur de Fb ne voit que les sujets créés ou relayés par ses « amis Fb ». Bien qu’il soit prouvé que ce cercle d’amis FB est toujours plus hétéroclite que celui des amis véritables (ceux que ledit titulaire fréquente socialement dans la vraie vie), il n’en demeure pas moins que ce cercle des amis Fb constitue un filtre qui ne laisse pas passer des informations qui seraient contraires au sens de leur poil. L’information que l’utilisateur Fb reçoit ainsi est donc biaisée, au sens du biais cognitif de Bacon. (Francis Bacon est avec Shakespeare, Woodehouse et Churchill, l’anglais auquel je me réfère le plus volontiers). L’information ainsi filtrée par ses amis Fb ne fait que conforter l’opinion préalable de l’utilisateur. Ce système, on le voit bien, favorise l’extraordinaire développement du complotisme, de l’extrémisme et, pour tout dire, de la bêtise que nous constatons chaque jour.
Mais il n’y a pas que ça.
A cette Carte-Ecran-Radar (néologisme issu de la théorie Ravault de la communication) qui ne laisse passer que ce qui va dans votre sens, s’ajoute les effets de l’algorithme que Fb applique pour sélectionner à son tour ce qu’il pense que vous aimerez voir.
Ledit algorithme, qu’un esprit facétieux a désigné sous le nom de Big Browser, analyse en permanence ce que vous avez vu venant de vos amis Fb, ce que vous avez liké (aimé), ce que vous avez posté (publié) vous-même, et il en déduit en temps réel votre profile (personnalité) : conservateur, progressiste, libéral, socialiste, complotiste, philatéliste, ésotériste, créationniste, sioniste… (you name it, you have it).
Vous êtes à présent fiché de telle sorte que, en plus des publications de vos amis Fb, vous recevrez dorénavant des publications venant de l’extérieur de votre cercle, mais jugées conformes à votre « profile ».
Autrement dit, ayant abandonné la lecture de la presse depuis longtemps, conforté chaque jour dans vos certitudes de la veille, vous n’aurez jamais l’occasion de vous confronter avec des opinions différentes des vôtres : vous êtes foutu.
Excellent article.
Cela m’est d’autant plus difficile à dire qu’il est paru dans l’édition du 3 novembre 2016 d’un journal que j’accuse régulièrement de manipulation de l’information, Le Monde.
Mais ça, c’est mon côté complotiste.

3 réflexions au sujet de « Facebook, le circuit fermé (Critique aisée 83) »

  1. Excellente critique!

    Comme ça vient du beau ‘Monde,’ (que ma CER accepte) je n’ai rien à redire!

    Puisque tu as la gentillesse d’évoquer ma théorie de la Catre Écran Radar personnelle, je voudrais tout de même souligner qu’elle n’est pas si radicale et si pessimiste que j’ai l’impression que tu le laisses entendre.

    Certes nous mesurons les échos que nos antennes (sens de la perception) captent de ce que nous avons projeté sur le monde à l’aulne des valeurs, croyances, bornes, etc. qui constituent notre CER. Par contre, si nous avons le courage de développer une démarche que Karl Popper qualifie de ‘scientifique,’ nous nous efforçons alors de déceler des incidents, des événements, des éléments qui, au lieu de conforter nos conjectures, paradigmes, croyances et préjugés ou théories, risquent fort de les infirmer, de les falsifier.

    Cette démarche courageuse est très difficile à effectuer. En effet, la méthode et les appareils que nous mettons au point pour procéder de la sorte sont nécessairement élaborés et conçus en fonction de notre carte écran radar paradigmatique existante!

    Néanmoins, de tels avènements se produisent et des ravolutions paradigmatiques se produisent de temps à autres, généralement avec la disparition (ou le départ à la retraite) des supporters des paradigmes contestés.

    Parfois, le changement de contexte culturel qui accompagne l’exil ou la déchéance de nationalité volontaire nous force à questionner la validité de notre CER construite dans le contexte d »origine!

    Il y a donc de l’espoir, surtout dans les situations désespérantes.

  2. Cela est parfaitement juste.Il semblerait que les électeurs de Trump dans leur majorité se soient informés en circuit fermé via les réseaux sociaux,en particulier Facebook et boudant la presse qui analysait et critiquait le programme erratique de leur candidat.
    La même chose peut nous arriver en France et c’est déjà le cas pour les candidats djihadistes.
    Que pouvons nous faire devant ce phénomène ,sinon decribiliser ce qui se passe sur le net mais ce n’est pas facile

  3. C’est pas cette critique qui va m’encourager à rejoindre le réseau Facebook que je continue à considérer comme une prise en otage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *