Cours de mythologie 1ère année-Leçon 5

Le pourquoi du comment

La terre était créée, les vallées, les montagnes,
Les océans, les fleuves, les arbres, la campagne.
Mais tout ça était vide et les saisons passaient
Sans qu’il n’arrive rien, jamais, jamais, jamais.

L’éternité semblait ne pas vouloir finir.
Et les dieux immortels s’ennuyaient à mourir.
Quand on est éternel, c’est manière de causer :
Mourir, c’est impossible, tout le monde le sait.

Si on créait un truc, un truc sensationnel ?
Dit soudain Dionysos, fabriquons du mortel !
Du mortel, mais quoi t’est-ce ? dit Zeus intéressé.
Ben, des poissons, des hommes, des microbes, est-ce que j’sais?
Des trucs qui naissent, qui vivent, des piafs, des escargots,
Et puis un jour qui meurent ! C’est ça qu’est rigolo !

Ça pourrait être drôle, dit Zeus en aparté.
Que l’on fasse un essai ! Qu’on m’envoie Prométhée !
Sur l’Olympe aussitôt, le Titan arriva.
Il vit Dionysos, consulta Athéna,
Nota quelques idées, et chez lui repartit.
Sur sa planche à destin, il fit quelques croquis.

Avec un peu de terre et avec un peu d’eau
Il créa tout d’abord une douzaine de bestiaux
En un seul exemplaire, car de boue il manquait.
Pour les multiplier, par la suite, il verrait.
Content de son ouvrage, c’était vraiment pas mal,
Prométhée acheva tout le règne animal.

Quand il voulut faire l’homme, ce fut plus difficile,
Mais en mêlant dauphin, rat, mulet et gorille,
Il parvint à un truc assez satisfaisant
Qu’il n’alla quand même pas jusqu’à nommer Adam.

Avant de les lancer dans la grande aventure,
Il fallait maintenant pourvoir ces créatures
D’armes et de protections et de dons très divers
Afin qu’elles ne meurent pas dès le premier hiver.

Prométhée, à ce stade, déjà très fatigué,
A son aide appela son frère Epiméthée.
Un crétin, celui-là, gentil, mais vraiment bête.
Distribuer les dons lui monta à la tête.
Plein de bonne volonté, il prit à cœur sa tâche.
Et dans le stock de dons, il puisait sans relâche.

A l’oiseau il donnait les ailes pour voler
Au lièvre, la vitesse pour pouvoir s’échapper
A l’ours, la fourrure pour vivre dans le froid
Au lion, le courage pour être vraiment roi
La tortue à son tour reçut la carapace
Pour se barricader contre tous les rapaces.

Chacun des animaux reçut un don, le sien.
Et quand tous furent dotés, il ne restait plus rien.
Le stupide Titan alla voir Prométhée
Et lui dit : « Hé, regarde un peu ce que j’ai fait.
Y a plus rien dans les stocks, J’ai casé tous les dons.
Tu ne pourras plus dire que je suis un vrai con. »

Son frère regarda et lui dit : « Pauvre conne !
Les bêtes sont pourvues, mais les hommes, hein, les hommes ?
Les hommes sont tout nus, ils sont faibles et débiles,
Ils ne peuvent courir ni voler, imbécile !
Ils vont se faire bouffer avant demain matin,
C’est sûr, Épiméthée, espèce de crétin ! »

Furieux, Prométhée se mit à réfléchir.
Il faut faire quelque chose pour éviter le pire
A cette créature à demi terminée.
Longtemps, il se gratta et la barbe et le nez
Au bout de quelques heures, finalement, il trouva.
Il alla tout d’abord visiter Athena.

En douce, il copia les dossiers interdits
Ceux des arts, de la guerre et des sciences aussi.
Ensuite, il alla voir le vieil Héphaistos,
Le divin forgeron. Il lui toucha la bosse
Et lui vola le feu. Aux hommes, il le remit
Avec une copie des dossiers interdits.

Avec ça, se dit-il, des animaux sauvages ,
Ils seront à l’abri et vivront un grand âge.
L’intelligent Titan se sentit rassuré,
Et les hommes et les bêtes, il put multiplier.
Les dieux étaient contents. Il se passait des choses
Qu’ils regardaient d’en haut, depuis leur lit de roses.

Mais, en dessous, les hommes apprenaient, inventaient.
Ils cherchaient, ils trouvaient et puis ils construisaient
Des machines, des palais, tout ça  à qui mieux mieux
Si bien qu’ils finirent par se prendre pour des dieux.
Quand Zeus s’en rendit compte, il en fut offusqué
Et décida d’abord de punir Prométhée.

Si vous ne savez pas comment, lisez le donc
Dans « Un cadeau du ciel », votre première leçon
Pour ce qui est des hommes, Zeus les punit aussi
Et ça, c’est une histoire que j’ai contée ici.
C’était mon deuxième cours, sans doute le plus beau
Celui sur Pandora : « La fin des haricots »

Et voilà, c’est fini. Vous savez maintenant
De notre condition le pourquoi du comment.

Exercices :
1-réécrire ce texte en octosyllabes
2-la même chose, mais de la main gauche
3-Epiméthée était-il vraiment con ? Développez.
4-Quel don avait-il donné à la rascasse ? Pourquoi ?
5-A partir de quelle invention les hommes commencèrent-ils à se prendre pour des dieux ?
A) la brouette
B) le Rubik’s cube 
C) l’épépineur automatique de groseilles

Une réflexion au sujet de « Cours de mythologie 1ère année-Leçon 5 »

  1. Quel style! Quelle forme! La pêche quoi!

    Mais si l’on veut comprendre pourquoi les Grecs antiques ont inventé ces dieux barbus et morveux, il nous faut procéder par inversion des rôles.
    Mortels (les Grecs), ils rêvaient d’éternité tout en sachant qu’ils s’y ennuieraient à mourir!
    Inaptes à communiquer, ils rêvaient d’explications logiques et signifiantes qui, hélas, ne se raccordent pas et mènent nulle part, même pas à Athènes!
    Etc. etc.!
    Pourquoi ne pas nous accepter avec nos limites et partir de là – juste entre-nous, Humains, sans dieux ni maîtres, citoyens éphémères de la Terre-Patrie en quête de bon temps -, au lieu de chercher à la faire tomber sur le Ciel?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *