Dernière heure : douce France ?

temps de lecture : 2 min 30 sec

Dernière heure : douce France ?

Douce France ?

Plutôt paradoxale, la première page du Journal des Coutheillas, ce matin : un dessin de Sempé dans sa manière habituelle, une image de paix, de sérénité, de continuité, de contentement de soi… une image de désuétude aussi.
Le titre de Sempé, Un peu de la France, le surtitre du JdC, Douce France, et puis, pour couronner le tout, la chanson de Trénet… On pourra toujours dire que tout ça, c’est un peu franchouillard. Moi je préfère dire que ce n’est plus aujourd’hui q’une image idéale ( Idéal : qui existe seulement en tant qu’idée et non dans le réel – Larousse), d’autant plus idéale que le résultat des élections que nous avons découvert ce matin nous en éloigne encore plus, et de manière radicale.
Radical, c’est peut-être le mot qui définit le mieux le monde politique dans lequel ces élections viennent de nous faire entrer.
Si l’on veut bien, pour un instant, faire abstraction des personnalités qui étaient en jeu dans ces élections, on verra que la France est revenue à la proportionnelle et qu’en conséquence, elle est maintenant coincée entre deux radicalités, celle de l’extrême droite et celle de l’extrême gauche.
Même s’il reste en volume le plus nombreux, le Centre Droit / Centre / Centre Gauche est désormais coincé entre deux mouvements populistes, (Populiste : toujours prêt à faire appel directement au peuple, à la rue – JdC)) et donc de ce fait, dangereux.

Non mais, qui est-ce qui m’a foutu une élection pareille ?

– Une inattendue et nette victoire du R.N., l’effet d’une adroite absence de campagne qui fâche, combinée à un bon report des voix LFI ;
– Un échec relatif de NUPES malgré l’incroyable bonne disposition des medias à l’égard de J-L.Mélenchon.
– Une énorme défaite d’ENSEMBLE, et donc du Président, résultat combiné d’une absence de campagne et de la personnalité d’E.Macron, encore plus détesté par une partie des LR que V.Giscard d’Estaing ne l’était par les Chiraquiens.
Une défaite-victoire de L.R. qui perd la moitié de ses députés, mais devient “charnière” (Charnière : sorte de petit gond – JdC)

Et maintenant, à quoi peut-on s’attendre ?

– un blocage parlementaire par motions de censure, commission des finances, tsunami d’amendements
– une glaciation des réformes, un immobilisme politique, économique et social
– une volonté de revanche, de droite et de gauche, contre la personne d’E. Macron
– un appel à la rue comme épée de Damoclès permanente au-dessus du gouvernement
Bref, une démocratie des gilets jaunes.

Alors quoi ?

Un contrat de gouvernement à l’allemande, aussi hypothétique soit-il, d’ENSEMBLE avec L.R. est aujourd’hui la seule possibilité pour ne pas tomber dans l’immobilisme. La réaction automatique et butée de Ch. Jacob-au-front-de-taureau ne laisse rien présager de bon pour une telle solution. Par ailleurs, et même dans ce cas d’un gouvernement de coalition, l’appel à la rue sera permanent compte tenu du rapport de force qui s’est révélé.
Pour la même raison, on ne peut même plus être certain de l’éclatement de NUPES dans un avenir proche.


Tous comptes faits, je crois que je vais me retirer sur l’Aventin.

 

Dernière heure : Der des der

15:48 EN DIRECT- Le PS, EELV et le PCF refusent la proposition de Mélenchon de créer un groupe Nupes unique à l’Assemblée nationale.

Ah ! Quand même !

 

 

3 réflexions sur « Dernière heure : douce France ? »

  1. Le bandeau est réellement aléatoire entre 23 possibilités. Si Guernica fait peur, cliquer à nouveau sur le titre du journal et la bobinette cherrera.
    Je dis aléatoire, mais après tout, on n’est plus sûr de rien. Le bandeau est peut-être choisi et imposé à distance par d’obscures puissances néfastes et cosmopolites. Ceux qui ont vu Le Bureau des Légendes savent de quoi je parle.

  2. Philippe, mettre Guernica en bandeau, c’est prémonitoire ? Tu nous avais toujours dit que c’était aléatoire…

  3. Je me demande si je ne vais pas soutenir les autonomistes corses… Mais eux non plus n’arrivent même pas à se mettre d’accord !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.