Dernière heure : le scrutin à deux roues

Aux dernières municipales, Anne Hidalgo n’avait été élue maire de Paris qu’avec 225.000 voix sur 1.300.000 inscrits. (On doit cette  anomalie à la loi dite PLM qui avait été taillée sur mesure par François Mitterrand en 1982 à l’attention de Gaston Deferre, mais dont nous supportons encore les effets quarante ans plus tard.) Dans la ville dont elle est encore maire et qu’elle s’obstine à reconfigurer à son propre goût, elle n’a obtenu aux présidentielles où elle représentait le P.S. que 22.901 voix, soit dix fois moins qu’aux municipales. 

Selon les derniers comptages, cela représente à peu près le nombre de cyclistes empruntant les jours de beaux temps la rue de Rivoli et le boulevard Sébastopol.

On se perd en conjectures pour savoir si la claque qu’a reçue Anne Hidalgo tient à sa politique parisienne à rebrousse-poil, à ses pires que médiocres qualités médiatiques, à ses déclarations approximatives ou à la dynamique même du Parti Socialiste.

En tout cas, il apparait que seuls les vélos ont bien voté. Et encore ! Ce n’est pas sûr.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.