Dernière heure : La gauche est-elle soluble dans l’extrême gauche ?

EELV, PC, PS, NPA et LFI ne sont d’accord sur rien. Ils ne sont pas d’accord sur le nucléaire, pas d’accord sur l’Europe, sur Poutine, sur la retraite, sur les religions, sur la constitution, sur rien. 

Pourtant, pour continuer à exister — encore un instant, monsieur le bourreau — les quatre premiers n’aspirent qu’à une chose : passer des alliances avec le cinquième. 

Compte tenu des personnalités en présence, comment, le NPA mis à part, ces partis microscopiques peuvent-ils penser survivre dans une alliance avec le trotskisme de convenance de l’impulsif, du coléreux, de l’autoritaire, de l’admirateur de Poutine, de Chavez et de Maduro mais aussi du talentueux monsieur Mélenchon. Ils vont tout simplement exploser et s’y dissoudre. 

Pour une fois que je suis d’accord avec l’ancien maire de Tulle, vous n’allez quand même pas me contredire ! 

1 réflexion sur « Dernière heure : La gauche est-elle soluble dans l’extrême gauche ? »

  1. Honte à ces partis historiques (PS, PC, EELV) qui vont la queue basse se mettre sous la coupe de l’illusionniste de foire Mélanchon. Honte surtout au premier secrétaire du PS qui va à Canossa sans complexe en citant Jean Jaurès “c’est en allant vers la mer que le fleuve reste fidèle à sa source”. Jean Jaurès doit se retourner dans sa tombe au Panthéon. Comme l’a fait remarquer le politologue sondeur des fonds profonds, la mer dans laquelle le PS va se dissoudre à pour nom LFI.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.