Un couple inachevé (5)

3 minutes

(…)  A partir de ce moment, Olivier fut encore plus brillant, plus drôle, plus charmant et bien sûr de plus en plus câlin. La nuit se termina dans les dunes et ils ne se quittèrent plus du reste des vacances.

5 – Un mariage

 Un mois plus tard, Olivier partait pour la Nouvelle-Calédonie et, fin octobre, Céline renonçait définitivement à ses études de pharmacie et s’envolait pour Nouméa. Ils emménagèrent dans un petit appartement pas très loin du Haut-Commissariat où Olivier devait travailler à un plan de réorganisation de la pêche en mer. Les six premiers mois furent idylliques : elle ne s’ennuya pratiquement pas. La décoration du petit appartement, la découverte de l’ile, les plages, la plongée sous-marine, les réceptions officielles, les soirées entre coopérants, les balades à cheval, tout cela l’occupait énormément. Son mariage avec Olivier fut célébré le 27 avril par le Haut-Commissaire lui-même. Sa nouvelle situation de femme mariée pu la distraire encore quelques semaines mais bientôt, elle sentit sourdre en elle cette sensation familière de monotonie dont elle savait qu’elle précédait de peu l’ennui. Elle tenta bien de lutter contre ce naturel qui revenait à pas lents : elle se mit au golf avec la fille du directeur local de la Banque de France. Mais ces longues promenades à la recherche d’une petite balle blanche la lassèrent bientôt. Elle essaya la plongée sous-marine mais, dès qu’ils dépassaient la taille de sa main, les poissons lui faisaient peur. Le tennis et l’équitation, elle y avait déjà gouté en France et elle n’y trouvait plus d’intérêt. Elle commença à compter les jours qui la séparaient de leur retour en France. Six mois avant la date prévue, elle n’y tenait plus. Elle se fit envoyer un billet d’avion par son père et rentra à Bordeaux, “juste pour une semaine ou deux “, dit-elle à Olivier, car “elle s’ennuyait de sa famille“. Au bout d’un mois, elle n’était pas revenue. Olivier n’était pas content du tout. Il finit pourtant par se faire une raison et six semaines après le départ de Céline, il prit une maitresse. Elle s’appelait Valeranaa. De retour en France, après quelques mois passés dans la maison d’Arcachon, Olivier emprunta un peu d’argent à son beau-père pour fonder CANALA, une agence de publicité, avec l’ancien barman de l’Hôtel Hilton de Nouméa et un copain de Sup de Co. Il partit s’installer à Paris ou Céline finit par le joindre.

Elle voulut travailler dans l’agence, où on lui créa un poste, encore inutile pour une société de cette taille, celui de Secrétaire Générale. Au bout de trois mois, elle trouva cela ennuyeux. Elle vint au bureau de moins en moins et finit par ne plus venir du tout. Des amis lui conseillèrent de s’inscrire comme auditrice libre aux cours d’histoire de l’art l’École du Louvre, ce qu’elle fit, pleine d’espoir. Elle choisit le cours de spécialité n°32 : Histoire du Cinéma, pensant que ce serait plus amusant que l’archéologie de la Gaule. Elle subit toute une année de conférences sur le thème du Nuage dans le cinéma et s’ennuya énormément. Et depuis, elle continue. Elle regarde pousser ses ongles.

A SUIVRE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.