Les bons et les méchants

Morceau choisi

La plupart des hommes ne sont ni vertueux ni mauvais, ni bons ni méchants. Ils sont un peu de ceci et un peu de cela et ne sont rien de ceci ou cela très longtemps : indignes médiocrités.
Mais quelques hommes restent toujours fidèles à un caractère extrême : ce sont les hommes qui laissent la plus forte marque dans l’histoire, et je les classerai en quatre catégories.
D’abord, il y a les scélérats au cœur de pierre, dont Macro, le commandant des gardes sous Tibère, et Caligula étaient des exemples remarquables.
Ensuite, viennent les hommes vertueux avec un cœur de pierre, dont Caton le Censeur, ma mouche du coche, était un exemple remarquable.
Dans la troisième catégorie se retrouvent les hommes vertueux avec un cœur d’or, comme Athenodorus et mon pauvre frère Germanicus.
Et en dernier et moins nombreux, on trouve les scélérats au cœur d’or, et de cette catégorie, Hérode Agrippa était le plus parfait exemple qu’on puisse imaginer.

Robert Graves
Claudius the God and his wife Messalina
(c) Robert Graves Vintage International Editions
(c)2015 Philippe Coutheillas pour la traduction française

Une réflexion au sujet de « Les bons et les méchants »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *