L’Attrape-Coeurs. Critique aisée (8)

Lettre à un adolescent.   Décembre 2011
Cher Paul,
Il y a quelques jours, dans le salon de la rue des Ursulines, nous avons eu, Sébastien, toi et moi, une conversation sur la littérature.
Nous avons parlé de Zola, de Balzac, de Proust je n’en suis pas certain, de Harper Lee et de J.D. Salinger.
Lancé sur le sujet, j’ai dû te raser un peu à te vanter L’Attrape-Cœurs, mais tu dois reconnaitre que j’ai été encouragé et soutenu  en cela par Sébastien.

Comme toute personne de plus de trente ans, et j’en ai largement davantage,  je sais par expérience qu’il est difficile de convaincre un presque-plus-enfant-mais-pas-tout-à-fait-jeune-homme d’entreprendre la lecture d’un roman écrit il y a plus de cinquante ans, quand bien même il ne ferait que deux cent cinquante pages et aurait bouleversé deux générations.
Je vais essayer quand même parce que c’est un livre que j’ai beaucoup aimé.

Donc, j’ai acheté ce livre pour te l’offrir. Mais tu ne l’auras pas neuf, parce que je n’ai pas pu résister au plaisir d’en relire les premières lignes (quand on veut être pédant, on dit «l’incipit »), et puis j’ai fini par tout relire…
Frédéric Beigbeder dit qu’il faut relire L’Attrape-Cœurs tous les ans. J’aime bien Beigbeder.
Je pense qu’il n’est pas trop tôt pour que tu lises une première fois ce bref roman d’initiation.

Voilà l’incipit, dont j’espère qu’il t’entrainera jusqu’au bout de l’histoire :

« Si vous voulez vraiment que je vous dise, alors surement la première chose que vous allez  demander, c’est où je suis né, et à quoi ça a ressemblé ma saloperie d’enfance, et ce que faisaient mes parents avant de m’avoir, et toutes ces conneries à la David Copperfield, mais j’ai pas envie de raconter ça et tout. Primo, ce genre de trucs ça me rase et secundo …. »

et le livre se termine comme ça (excipit) :

« …Je regrette d’en avoir tellement parlé. Les gens dont j’ai parlé, ça fait comme s’ils me manquaient à présent, c’est tout ce que je sais. Même le gars Stradlater par exemple, et Ackley. Et même, je crois bien, ce foutu Maurice. C’est drôle. Faut jamais rien raconter à personne. Si on le fait, tout le monde se met à vous manquer. »

The Catcher in the Rye, l’Attrapeur dans le Seigle, L’Attrape-Cœurs (1951)
J.D. Salinger (1919-2010)

 

 

Une réflexion au sujet de « L’Attrape-Coeurs. Critique aisée (8) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *