Rendez-vous à cinq heures : souvenir de cinéma (6)

La page de 16h47 est ouverte…

 La règle du jeu

Pour moi, le meilleur film de tous les temps (pour la partie occidentale de l’hémisphère nord en tout cas. Au point que je n’ai jamais osé écrire une critique de ce chef d’oeuvre. La scène proposée n’est qu’un extrait d’une longue scène délirante où le génie de la réalisation de Renoir est à la manoeuvre. 

Dans cette scène, deux drames se développent au cours de cette soirée au château, au milieu des invités et des domestiques. D’un côté, le garde-chasse poursuit l’ex-braconnier (Carette) devenu domestique dont il est persuadé qu’il est l’amant de sa femme (Dubost). De l’autre, par dépit, la marquise, épouse fidèle du maitre des lieux, se jette dans les bras d’un aristocrate sans consistance. L’aviateur amoureux de la marquise se bat avec l’aristocrate. La maitresse du marquis pique une crise de nerfs. Le Marquis (Dalio) tente en vain de rétablir l’ordre. Ces différentes crises se mélangent et se télescopent dans une course poursuite traitée tantôt comme une farce, tantôt comme une comédie de boulevard. (Le drame interviendra un peu plus tard. )

Vers la fin de l’extrait, il y a un court échange entre le Marquis de La Chesnay et son majordome, Corneille. Le Marquis, exaspéré par le désordre, s’adresse à Corneille :

— Mais enfin, Corneille ! Faites cesser cette comédie !

Le majordome, s’arrête un instant et, très digne : 

— Laquelle, Monsieur ? 

 

Cliquez donc sur le titre en rouge :

La règle du jeu

 

5 réflexions sur « Rendez-vous à cinq heures : souvenir de cinéma (6) »

  1. En tant que metteur en scène ou peintre ou écrivain, je suis bien d’accord avec toi, mais en amitié la question se pose différemment …

  2. On reconnait là le langage délicat des personnages que Gabin a joué toute sa vie de comédien.
    Dans quelles circonstances Gabin a-t-il prononcée cette phrase ? À qui l’a-t-il dite ?
    C’est Tavernier qui rapporte ce jugement de Gabin sur Renoir. Pourquoi Tavernier le fait-il ? Il ne le dit pas. Quel est l’intérêt de citer cette phrase ? Cela modifie-t-il la caractère d’abord communiste puis seulement humaniste de l’oeuvre de Renoir ?
    Et puis, cette éternelle question : quand bien même Renoir aurait été ce qu’a dit Gabin, doit-on juger l’oeuvre d’un artiste d’après sa vie ? Avec Proust, Chandler et mon voisin du dessous, et contre Sainte-Beuve et les Universités américaines, je dis non.

  3. Après avoir vu ce film Alain Resnais avait dit
    En sortant de la salle de cinéma j ai été tellement emu que j’ai du m assoirte sur le trottoir

  4. Tu places la barre très haut à nous faire commenter des chefs d’oeuvre….
    Heureusement qu’on a eu une pause café ce matin!
    @Bruno: le Basile a été hélas relooke lui aussi!
    Je l’ai beaucoup fréquenté , c’etait l’annexe de sce Po!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.