AVENTURE EN AFRIQUE (4)

Très courte leçon d’histoire récente

 De l’indépendance en 1960 jusqu’au coup d’état de 1974 le pays a été dirigé par Diori Hamani, premier président du Niger. Il a été député et représentait le Niger à l’Assemblée Nationale française. Un coup d’état militaire, la nuit du 14 au 15 avril 1974 (3 mois après notre départ) met en place Seyni Kountché. Depuis cette époque, ce n’est qu’une suite de coup d’état, de prise de pouvoir par des militaires ou des civils. Le Niger en est à sa 4ème constitution. Il est dirigé aujourd’hui par Mamadou Issoufou.

Le pays est actuellement en situation de précarité alimentaire et structurelle. Il fait partie des pays les plus pauvres du monde (188ème/188) et l’un des plus chauds de la terre. Ses ressources sont : l’or, le fer, le charbon, l’uranium (deuxième producteur mondial) et depuis peu, le pétrole.

Voilà, très sommairement, la présentation du pays dans lequel j’ai débarqué en novembre 1972. Il est à préciser que par tradition les coopérants techniques dinaient ensemble tous les dimanches soir (les boys étant en congé) au mess des officiers sur la base militaire française. Nous étions répartis dans différents ministères et services du pays et étions, ensemble, au courant de tout ce qui se passait à l’intérieur de ce petit pays (en nombre d’habitants).

En 2021, il est déconseillé aux Européens de voyager au Niger pour des raisons de sécurité. En effet, les djihadistes du groupe État Islamique sévissent dans le secteur des trois frontières : Niger, Mali, Burkina-Faso. A notre époque nous avons pu voyager dans tout le pays sans aucun risque, et n’avons jamais été agressés.

 A SUIVRE
Prochain épisode le 27 novembre

Bientôt publié
Demain, 07:47 Esprit d’escalier N°26
Demain, 16:47 Dernière heure : bientôt la nuit…
19 Nov, 07:47 LES PREMIÈRES FOIS : La nuit des Roggenfelder (1)
19 Nov, 16:47 Rendez-vous à cinq heures : Jim fait le pont (13)
20 Nov, 07:47 Tableau 372

1 réflexion sur « AVENTURE EN AFRIQUE (4) »

  1. La prochaine grande sécheresse sera provoquée par ” l’excès de CO2 anthropique” (ne riez pas) pour lequel les pays dits riches ne se sont pas entendus à Glasgow pour subventionner la fermetures des mines de charbon et puits de pétrole, y.c au Niger.
    Ouf, ils peuvent y aller, et il y a toujours l’uranium qui a un très bel avenir si j’en crois les déclarations de notre Président.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *