Ritorno al passato (Couleur café n°16)

Couleur café n° 16
Ritorno al passato
Café Ritorno al Passato
Piazza della Rotonda

Depuis des décennies, je viens sur cette place. Au soleil, à l’ombre, le matin , le soir, je l’aime. Elle rassemble toutes les couleurs de Rome. Le noir des pavés, le gris foncé du Panthéon, le bleu ciel du ciel, le bleu délavé de la façade de chez Di Rienzo, l’ocre de l’Albergo Abruzzi, le bistre, le jaune, toutes les teintes possibles de marron, la perfection de la patine. Mais aussi le rouge terne des capes des centurions qui font le tapin pour une photo, le rouge vif de la veste des serveurs du café Ritorno al passato, le noir chic de la veste des serveurs d’en face. Mais encore, les couleurs des anoraks, des laines polaires et des survêtements de la moitié des touristes de la terre, bleu roi, jaune serin, vert pomme, rose fuscia, orange travaux publics. L’élégante banane ne se porte presque plus, remplacée par le pratique sac à dos mou du citadin prévoyant et du touriste pragmatique.

Tout ça, je l’ai vu ici mille fois. Mais ce qui est nouveau, le bidule indispensable à de bonnes vacances, le truc qu’il vous faut, l’accessoire que l’on vend à tous les coins de rue, comme autrefois on vendait des colliers lumineux ou des oiseaux en papier, c’est la prolongation indispensable de votre bras, la perche à smart phone, la rallonge à iPhone, la tige à Android, le machin à selfies. C’est la géniale invention qui vous permettra de vous prendre vous-même en photo devant n’importe quoi, tandis que vous ferez un sourire béat, enthousiaste ou stupide au petit rectangle magique avec, dans votre dos, le monument que, de toute façon, vous aurez bien le temps de voir chez vous. Vous tenterez ainsi de faire croire à vos amis, parents et collègues de bureau, du moins à ceux d’entre eux que vous pourrez immobiliser assez longtemps, que vous avez passé vos vacances à rigoler aux éclats en tournant le dos à ce pourquoi vous étiez venus. Pourtant, vous ne parviendrez pas à leur faire croire que, pendant ce voyage, vous avez eu un ou une amie assez patient(e) ou assez aimant(e) pour photographier cent dix sept fois un crétin ou une idiote hilare, parce que, tout simplement, eux aussi, ils ont acheté la canne à selfies.

Pendant que j’écrivais ces lignes, le soleil est passé derrière l’immeuble bleu. On est en mars, et le fond de l’air est frais. Les deux pakistanais pourvoyeurs de cannes à Narcisses que j’observais depuis une demi-heure viennent de passer devant moi, saisis par la joue, par l’oreille ou le bras par quatre individus de type italien et de mauvaise humeur qui les entraînent à vive allure vers une des ruelles qui partent de la place. Policiers ou racketteurs ? Impossible à dire.

Dix minutes plus tard, les vendeurs expulsés sont remplacés par deux nouveaux pakistanais.

SELFIE

Selfie ?

 

2 réflexions au sujet de « Ritorno al passato (Couleur café n°16) »

  1. Je ne vais pas souvent à Aix au marché le samedi matin mais vu l’arrivée des beaux jours je vais y faire quelques apparitions et vu le monde je vais y voir ces délicieuses branches narcissiques! Jusqu’à présent on n’y voyait que la tige télescopique de la guide du groupe, il faut y aller de plus en plus tôt pour ne pas être entourer de tous ces groupes de touriste comme des essaims d’abeilles, je préfère m’y balader le dimanche matin mais il n’y a pas le marché!

  2. La fameuse canne à selfie! Ou l’ingéniosité humaine mise au service d’une cause universellement pittoyable. Pour une fois, Philippe, je grogne avec toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *