Retour de Campagne (8) : Le Canada nous observe

Retour de Campagne (8) :
Vendredi 6 novembre

D’ordinaire, les jours fastes, le nombre de lectures des pages du Journal des Coutheillas par des gens du Canada atteint deux ou trois, quelques fois cinq, même six. Mais il se trouve que le jour du lancement du Retour de Campagne, il a atteint le nombre de  142. Le lendemain, il passait à 276.

C’est beaucoup. C’est même tellement beaucoup que c’est anormal. Tandis que la neige tombe silencieusement sur le Canada, il y a quelque part, probablement bien calfeutré dans la cabane de Line Renaud, quelqu’un, ou quelque chose (Brrrr !), qui s’intéresse à mon journal. Qui, ou que, cela peut-il être ? Ça fait froid dans le dos.

Et le pire, c’est qu’après deux jours de folie, tout est rentré dans l’ordre.

Auraient-ils trouvé ce qu’ils cherchaient ? Ça doit être ça ! Ils ont trouvé ce qu’ils cherchaient !

Mais, qu’était-ce ? Maikaitaicedon ?

*

Les dernières nouvelles à 16h30 : Biden est en avance dans 4 des 5 états en suspens.
Pennsylvania : 7000 voix d’avance
Georgia : 1600
Nevada : 11000
Arizona : 47000

Pour gagner, il lui manque 17 Grands électeurs.
Il lui suffit donc maintenant de gagner
soit la Pennsylvania
soit 2 des 3 autres états

Bien sûr, il faudra compter, si j’ose dire, avec les recomptages et les litiges que D.Trump a déjà soulevé et soulèvera.

4 réflexions sur « Retour de Campagne (8) : Le Canada nous observe »

  1. Philippe, je n’ai rien à ajouter à ta réponse. Je suis tout à fait d’accord. Le Trumpisme existe maintenant et sera une dimension avec laquelle l’Amérique et le monde devront compté. Mais en tout cas, Trump passera au tribunal de l’histoire, et il devra rembourser ses dettes. Affaire à suivre.
    Mais aussi, félicitations pour cette pénétration du JDC sur le territoire Canadien. C’est remarquable, pourvu que les commentaires suivent.

  2. Belle analyse, Jim, et soulagement compréhensible. Je partage les deux.
    Cependant, je bémoiserais (terme inventé par Proust lui-même) quand même un peu avec ceci, notamment :
    -Pas loin de la moitié des électeurs auront quand même voté Trump, malgré tout ce qu’ils ont pu découvrir de sa personnalité depuis 4 ans.
    -Les américains sont divisés profondément et pour longtemps. On entend partout des témoignages sur des familles ou des amis qui ne se parlent plus (comme en France pendant l’affaire Dreyfus a la différence que les français n’étaient pas armés)
    -toutes les voies possibles, légales et illégales, seront utilisées par Trump pour parvenir, non à la victoire, mais au chaos par le blocage
    -etc…
    Un voeu : que Trump passe bientôt au tribunal, non pour ses actions en tant que Président, mais pour fraude fiscale, abus de biens sociaux, harcèlement, viol, diffamation, incitation à la haine raciale, antisémitisme, sionisme, faillite frauduleuse, et tricherie à la pétanque.

  3. Bien qu’il ne faille pas annoncer la victoire de l’un ou l’autre des candidats avant que tous les votes soient comptés, je ne peux m’empêcher de le faire enfin ici ce soir. C’est fini! Nous avons vécu ces trois derniers jours la chronique d’une mort annoncée. Je peux enfin répéter mon slogan, en y ajoutant deux lettres: Dumped Trump! Sa défaite sera historique. Une fois toutes les voix comptées et recomptées, une fois tous les recours en justice épuisés, son rival Sleepy Joe sera le 20 janvier prochain le nouveau président des EU avec un nombre récolté de grands électeurs dépassant 300 au moins et un dépassement d’au moins 5 millions en nombre de voix populaires. En plus, entreront à la Maison Blanche avec Biden, la première femme Vice-Présidente, de couleur noire qui plus est. Cette victoire est historique. Trump passera pour un looser, piteux et mauvais joueur. Mais ne croyez pas qu’on en sera débarrassé pour de bon. Il va continuer à polluer la vie politique américaine, et celle d’une bonne partie du monde, peut-être avec l’objectif des se représenter à nouveau en 2024, lui ou un acolyte sûr, un fils peut-être, avec des atouts: son électorat fidèle, la maîtrise des réseaux sociaux, un parti Républicain pétrifié et un slogan éfficace: “Make America Great AGAIN”. Le pesticide pour s’en débarrasser n’a pas encore été inventé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *