Post it n°3 – A la terrasse

Il fait doux. La terrasse du café est confortable et encore peu peuplée. J’y serai très bien pour écrire la petite scène que j’ai vécue hier à une autre terrasse. Je m’installe et déploie mes instruments. Aussitôt je perçois un rire désagréable et, bientôt, je n’entends plus que lui. 552-BAR A VINS CASSE CROUTEIl y a des rires comme ça ou des voix, dans un compartiment de chemin de fer ou dans un restaurant, qui prennent le dessus sur tous les autres bruits et finissent par vous obséder. Non seulement le rire est d’une sonorité désagréable, mais il est continu, il rebondit sans cesse, jamais il ne s’arrête. Il m’agace, je le hais. Je suis dans l’incapacité de me concentrer pour écrire. J’abandonne. Et d’un coup, je décide d’écrire sur ce rire et son propriétaire. Un texte vengeur, méchant, mais ça soulage.

Le rire paie sa consommation et s’en va. Je n’ai plus de sujet.

2 réflexions au sujet de « Post it n°3 – A la terrasse »

  1. Martine,
    tu as atteint et même dépassé largement aujourd’hui le record du nombre de commentaires déposés par la même personne dans la même journée.
    Dix-neuf commentaires ! Merci et bravo !
    A l’unanimité, l’équipe de rédaction du Journal des Coutheillas t’as décerné le titre envié de « LECTRICE DU MOIS ».
    Ce titre est récompensé par une bise sur le front et une estime indéfectible.

  2. Ah c’est café, il s’en passe des choses! C’est infini comme la diversité humaine est infinie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *