RENDEZ-VOUS À CINQ HEURES (49)

RENDEZ-VOUS À CINQ HEURES (49)

31/07/2020

Guy nous conseille de regarder ce film
Démesuré comme son acteur principal
À voir absolument

FITZCARRALDO

1982

Un chef d’œuvre cinématographique, de Werner Herzog.

Je ne vous apprendrai rien de l’épopée d’un entrepreneur givré (normal pour un fabricant de glace), Fitzcarraldo, rôle tenu par Klaus Kinsky (Dieu ait son âme, mais j’en doute), en Amazonie profonde, vers les années 1900 :
Passionné par le théâtre et le Bel Canto, Fitzcarraldo veut construire une réplique du Teatro Amazonas de Manaus, mais à Iquitos, capitale de l’Amazonie péruvienne, où il pourra ensuite faire venir son idole Caruso.
Pour cela, il faut des sous, beaucoup de sous, et ce n’est pas son commerce de glaçons qui va assurer !
Or, il se trouve qu’à l’époque et dans la région, l’hévéa est la richesse incontournable, à condition d’aller sur place récolter son latex et le mettre en balles.
Heureusement, il y a les « indiens » pour cela, et des rivières pour pouvoir évacuer les balles jusqu’à Iquitos ou Manaus.
Eh oui, l’automobile et ses Michelins associés explosent littéralement en ce début de siècle.
Oui, oui, circulez, visitez notre beau pays avec le Guide de l’année et mettez la « gomme » sur nos belles routes caillouteuses, car il y en a à revendre de la gomme.
Notre ami prend alors connaissance d’une région de la forêt riche en hévéas, mais inexploitée, et pour cause, car située dans une région d’où l’évacuation nautique jusqu’à Iquitos des balles de caoutchouc n’est possible qu’à la descente, et encore, car dans l’autre sens, les rapides ne permettent pas aux bateaux de remonter à la case départ pour se réapprovisionner.
Quoi faire ? Eurêka, Fitzcarraldo a trouvé la parade.
Il existe, en effet, une étroite bande de terre, certes un peu montagneuse, entre une rivière navigable depuis Iquitos, et celle intérieure à la concession.
Fitzcarraldo va réussir à force de volonté, aidé par les indigènes, nombreux et costauds dans la région à hisser l’embarcation, galvanisés par les clameurs de Caruso, dont il avait emmené les « vinyls ».
Des images sublimes de l’énorme bateau incliné à 30° dans la forêt.
Puis la descente de l’autre côté sur la terre ferme, là c’est facile, suivi du dévalement démentiel des rapides et enfin l’arrivée triomphale à Iquitos.
Ses esprits repris, c’est la Troupe de l’Opéra de Manaus qui vient chanter, puis, récompense suprême, l’apparition de sa chérie, la splendide, éclatante, Claudia Cardinale, bellissima en habits de bourgeoise Belle Epoque.
Fitzcarraldo triomphe. Il peut désormais exploiter sa forêt d’hévéas et financer son théâtre.

Une action clairement définie, limitée à l’essentiel (on passe sur les défrichements et terrassements), linéaire, dans un lieu unique et sublime, sur une (relativement) courte période de temps, tout ça servi par une distribution bien choisie, juste ce qu’il faut.
Les trois fameuses unités quoi.

Sur Arte avant le 2 Août.

ET DEMAIN, ICI MÊME À 7H47, COMMENCERA L’HISTOIRE D’ANTOINE BOMPAR DE COLMONT

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *