Marion, Séverin et moi

Dix-huit heures, il est l’heure de préparer le dîner. Je jette un œil à Marion qui reste impassible au milieu de la cuisine. Je saisis dans mon frigo quelques poireaux, je tourne, je vire, attrape couteaux et ustensiles. Et Je me lance à les émincer sur la planche à découper en verre alors que Séverin m’observe de l’autre bout de la pièce. Je remplis ma bouilloire puis l’installe sur son socle de chauffe. Je farfouille dans mon congélateur et y déniche un complément à mon repas du soir improvisé, qui me laisse songeuse.

Je me retourne les mains chargées, m’avance d’un pas et bouscule légèrement Marion. En guise d’excuses, je lui adresse une petite moue et un haussement de sourcil. Je confie à Séverin ma trouvaille congelée et reviens à mes poireaux émincés. D’un mouvement de tête, je demande à Marion si je peux ajouter quelques carottes à ma préparation. Je n’attends pas de réponse car je sais que, comme chaque fois, elle restera dubitative et sans avis.

Dans mon dos j’entends la respiration régulière de Séverin. Je sais qu’il me préviendra quand il aura fini sa tâche. Sa rigueur est à toute épreuve.

Cela fait déjà quelques temps que je partage ma cuisine avec Marion et Séverin. Malgré la faible superficie des lieux, je suis loin de me sentir à l’étroit car chacun garde respectueusement sa place : Severin sur le meuble blanc et Marion à côté de la gazinière. Je dois me rendre à l’évidence qu’en ces temps de confinement et seule depuis plusieurs semaines, nos rapports ont changé. Je prends conscience de l’ironie de la situation : tel Robinson sur son île déserte qui tente de parfaire Vendredi à l’image de ses valeurs propres, je m’octroie un peu d’humanité dans ma cuisine en attribuant à mon Vitaliseur Marion® et mon micro-onde Severin® personnalité et sentiments. Et c’est comme si d’un coup, je mesurais à l’once prés, l’importance, même minimes, des relations sociales dans la vie de chacun et que je comprenais aisément que l’homme peut difficilement se sentir Etre lorsqu’il est seul.

Géraldine C.

Bientôt publié

26 Mai, 16:47 RENDEZ-VOUS À CINQ HEURES (12)
27 Mai, 07:47 TABLEAU 301
27 Mai, 16:47 RENDEZ-VOUS À CINQ HEURES (13)
28 Mai, 07:47 Un petit coin au Mexique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *