Journal de Campagne (20)

Journal de Campagne (20)
Samedi 4 avril 2020

Depuis les événements des Gilets Jaunes, je ne regarde plus les informations télévisées et depuis que je suis à la Campagne, je n’ai plus de télévision du tout.

Mais je me tiens quand même informé. Pour cela, j’ai les alertes de FranceInfo et celles du Figaro, et quelques fois, la radio RTL au hasard de mes passages dans la salle de bain. L’autre jour, il devait être 13h30, tandis que je me rasais — je fais ce que je veux — j’ai écouté presque à mon insu, quelques minutes de l’émission Les auditeurs ont la parole. Je n’ai connu ce titre que plus tard quand je suis allé le vérifier sur la grille des programmes RTL. Des gens en colère, râleurs, ironiques, paranoïaques, complotistes, experts en tout, critiques sur tout s’y exprimaient à longueur d’ondes généreuses, indifférents aux timides objections du présentateur quand leurs affirmations étaient vraiment trop énormes.

Ce même matin, après avoir parcouru une alerte de FranceInfo sur l’intervention du Premier Ministre devant la mission d’information de l’Assemblée nationale, j’avais lu les commentaires des lecteurs-auditeurs. Des gens en colère, râleurs, ironiques, paranoïaques, complotistes, experts en tout, critiques sur tout s’y exprimaient à longueur de colonnes, sans modération et cette fois-ci sans modérateur.

Pourquoi ne retrouve-t-on dans ces interventions du public que les mêmes raccourcis, accusations, théories, fausses nouvelles et amalgames que ceux qui courent déjà sur Internet ?

L’Esprit Gilets Jaunes s’est propagé à une vitesse surprenante dans la population. Il régnait déjà dans beaucoup de domaines, l’économie, la politique, la diplomatie…  Il vient d’ajouter à son empire ceux de la santé et des sciences. Si quelqu’un trouve quelque chose d’injuste ou de scandaleux au principe d’Archimède, qu’il parle et il sera écouté. Et suivi.
À présent, tous, nous connaissons au moins une personne proche touchée par ce virus pour lequel on n’a encore trouvé ni remède ni vaccin. Certains disent qu’à moins d’un confinement absolu et d’une fermeture définitive de Facebook, 80% de la population sera atteinte, dont plus de la moitié irrémédiablement.

Cet état d’esprit laisse mal augurer des mois et peut-être des années qui vont suivre la fin de la crise sanitaire. Nous aurons alors, en même temps qu’une crise économique, une crise morale.

Ah, ben ! On peut pas parler de Proust tous les matins.

 

3 réflexions au sujet de « Journal de Campagne (20) »

  1. Je l’ai toujours pensé que les français sont des râleurs …..( ce n’est pas cher ..)

  2. Tout amateur de football aussi passionné que tu l’es connait le phénomène.
    Cela commence par la nomination, en vue des cinq ou six années à venir, du sélectionneur : ce crétin de président de la fédération a encore choisi la pire des tartes molles, à se demander où il est allé le chercher celui-là !
    Ensuite, précisément, il y a la sélection : il y a, en France, soixante dix millions de sélectionneurs et chacun d’eux a sa sélection en mains, charpentée, osée, prudente, documentée, infaillible, évidente (un peu comme chacun a sa martingale pour Paris-Turf).
    Chacun d’eux ? Que nenni : le sélectionneur, cet enfoiré, n’y connait rien, il ferait mieux de m’écouter, ce con qui va encore nous faire perdre (plus précisément, les faire perdre, car la France gagne, mais ce sont eux qui perdent, ces analphabètes du ballon rond) en choisissant des bras-cassés au bord de la réforme ou des jeunes dénués d’une expérience quelconque.
    Même pas capable, avec les pépites dont il dispose (vous aurez noté la contradiction avec la nullité de la sélection ci-avant critiquée) de définir une stratégie cohérente, de choisir intelligemment entre un 4-4-2 évident et un 3-1-4 explosif, et de procéder aux remplacements qui pourtant sautaient aux yeux.
    Et l’on déblatère en boucle sur BFM, LCI et France Info grâce à des tables rondes composées des meilleurs spécialistes hic et nunc, et l’on consulte l’Equipe, seule référence incontournable mais qui, malheureusement, n’écrit que des conneries (d’ailleurs, c’est sûr, tous ces journalistes pourris sont manipulés par nos adversaires, j’en ai la preuve à votre disposition), et tous ces pontes sont incapables de se mettre d’accord, sauf sur un point : ce sélectionneur est le pire que nous ayons jamais eu.
    A la fin, c’est l’Allemagne qui gagne : c’était parié d’avance, avec cet imbécile de sélectionneur, tous des vendus et notre gouvernement d’incompétents devrait démissionner sur le champ ou à la suite d’une commission d’enquête parlementaire. On aurait mieux fait de consulter Trump ou Hidalgo (fine allusion à l’homonymie entre ta mairesse préférée et un célèbre sélectionneur de l’équipe de France, honni en fonction, oublié en retraite et adulé depuis sa mort, la semaine dernière) !
    Parfois et par inadvertance, la France gagne, c’est vrai, mais ce n’est certainement pas dû au génie du sélectionneur : c’est grâce aux conseils prodigués par soixante dix millions de français, enfin, surtout grâce aux miens.
    La seule différence avec le sujet de ta chronique du jour, c’est qu’au football, il y a toujours un score et un résultat final qui tranchent à peu près la question.
    Dans les trois crises qui vont se succéder, le gouvernement aura forcément tort mais personne n’aura jamais raison.
    Sauf moi.

  3. Ni avoir le talent de Victor Hugo pour décrire l émotion que suscitent les gazouillis d Irene , 6 mois inconsciente du monde absurde qui l entoure.
    ce matin une conversation surréaliste avec la parfaite qui s était occupé de ma mere :  » tout ça c est voulu, organisé,  »
    Mais Michelle c est un virus, pas si imprévisible quand on mange du pangolin…ET puis Marie l a eu, elle va très bien : j ai senti l angoisse monter et elle a raccroché persuadée d avoir été contaminée par les ondes maléfiques… comme si connaître un malade meme guéri pouvait transmettre le mauvais sort…
    Rien n y fit: je restai pantoise , me félicitant de n avoir jamais su comment accéder aux réseaux dits sociaux : une certitude, sur le JDC on est très très bien immunisé contre la connerie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *