Petites nouvelles de rien du tout

Extraites du zapping de Marc Fiorentino

-La Chine produit 46.4% du charbon mondial, une idée de voyage pour Greta Thunberg;

***

– 1 MILLIARD D’EUROS

C’est ce que va coûter au total la grève à la SNCF.

Donc à nous.

Cette perte, nous devrons la compenser, avec nos impôts.

Un grand merci aux syndicats.

Le patron de la SNCF a donc annoncé qu’il allait devoir mettre en place un plan d’économies « sans toucher à l’emploi sur le terrain ».
Bon courage..

3 réflexions au sujet de « Petites nouvelles de rien du tout »

  1. Pour le charbon, ce n’est pas le CO2 qui est le plus préoccupant, mais les particules fines qui accompagnent la combustion du charbon en centrales.
    A Taïwan, les motos sont électriques mais leurs conducteurs doivent porter un masque à cause des centrales thermiques voisines. Ce n’est pas à cause du CO2.
    A Calcutta où j’ai résidé quelques temps, je n’ai jamais vu les étoiles et à peine le soleil. Pas à cause du CO2 lui-même, mais des poussières. Un répit quand même à la mousson bien arrosée.
    Pour la SNCF, je vois une poussée des bus Macron et des sentiers de GR sur les lignes secondaires abandonnées.

  2. Le Benito à remps partiel de de 9 à 17 heures dont il est question ici n’est pas celui que j’ai connu qui lui était un aspirant dictateur pistonné et sans savoir faire, un pseudo-patron certainement pas béni mais honni par ses sujets, et pas qu’aux heures de bureau. Le Benito de ce récit en quatre épisodes est plutôt sympathique, c’est un skieur manifestement expérimenté et un manipulateur plus qu’un dictateur pour arriver à ses fins, un simili démocrate quoi. Il a du style! On ne peut le nier, aussi bien dans l’art du planter de bâton et du stem-christiana que dans celui de l’écrire, avec la la souplesse et la fluidité nécessaire qu’exigent ces arts très différents, pour en faire partager le plaisir. Après avoir lu ces quatre épisodes, j’envie les quatre skieurs de cette journée unis par l’amitié!

  3. Le milliards d’euros sera largement dépassé si on inclut l’ensemble des conséquences économiques.
    Il faudra du temps pour réparer le désastre, à commencer par faire comprendre aux français que les syndicats jusqu’au boutistes (CGT, FO, etc) sont d’une époque révolue au service de quelques minorités moribondes mais avec un pouvoir de nuisance extraordinaire. La modernisation des syndicats, leur représentativité, leur rôle et les limites de leur pouvoir, voilà une réforme urgente à faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *