6 réflexions au sujet de « Les jumeaux derrière ma porte – 13/13 »

  1. C’est un mauvais passage, leur route va forcement se recroiser un jour ou l’autre, avec le temps la colère sera passée et ils seront tellement contents de se revoir, l’amour sera toujours là et des jumeaux ça restent toujours connectés, ils ont un lien invisible qui les relient toujours entre eux.

  2. Adieu Bob et boB, les frères Dupont/d des portes parisiennes…

  3. A l’attention de Paddy :
    de la part de Bob
    Merci pour cet au-revoir déchirant, mais c’est définitif. C’est donc un adieu.
    De la part de boB
    Ircem ruop tec riover – ua tnarihcèd, siam tse ´c fitinifèd. Tse ´c cnod nu uieda.

  4. Sans bobard, votre séparation fera l’effet d’une bo(m)be médiatique!

  5. Adieu les Jumeaux, chers boB et Bob, j’vous aimais bien mais votre séparation qui s’annonçait depuis quelque temps me conduit à regretter que vous m’avez embobiné avec vos histoires, je pense même embobeliné. J’aimais bien vos bobinettes aussi soignées que celle d’un bobtail présenté à un concours de beauté pour chien. Qu’eut-il fallu pour décoiffer vos houpettes super-laquées? Une descente infernale en bobsleigh peut être! Votre posture aussi flegmatique que celle de deux bobbies londoniens en faction devant le 10 Downing Street était digne, sans être snobe, à la porte de votre immeuble bobo rue des Ursulines dans le fifth arrondissement de Paris. Bien plus bobo que ceux de la rue Bobillot dans le 13ème.
    Adieu jumeaux déjumelés, je vous souhaite bon vent!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *